Guide consocolaborative

Les Collab’elles : Portrait de Charlotte de Vilmorin, Wheeliz.com

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Elles innovent, apportent un nouveau souffle à l’économie et s’engagent avec des initiatives collaboratives. Rencontre en six épisodes avec des femmes qui font bouger les lignes.

Ça commence par une histoire de macaron. Pas celui à coller sur la voiture pour se garer sur une place handicapé, mais cette douceur pour laquelle des gourmands peuvent faire des kilomètres. Quand Charlotte de Vilmorin décide avec son fauteuil roulant de faire une station de RER pour en acheter, la virée macarons tourne au cauchemar. Ascenseurs en panne, elle met 1h30 à s’évader des couloirs de la RATP. Qui s’excuse en lui envoyant un DVD… sur sa mission handicap.

C’était en 2012. Racontée dans un post bourré d’humour sur son tout jeune blog, l’histoire fait le buzz. La RATP envoie des macarons, le blog de Charlotte décolle et elle publie « Ne dites pas à ma mère que je suis handicapée, elle me croit trapéziste dans un cirque ».

SLP 2014

La question de la mobilité est un obstacle quotidien. Au printemps 2014, Charlotte doit se rendre à un mariage à Aix-en-Provence. « Prendre le train ou l’avion, c’est facile », raconte la jeune femme qui a voyagé de la Russie à l’Inde. Mais comment se rendre de la gare au lieu de rendez-vous ? Le principal loueur de voitures adaptées possède une trentaine de véhicules et le prix est élevé. « Avec 100 000 propriétaires de voitures aménagées en France, il y en avait forcément un dans le coin qui pouvait m’en prêter une ». L’idée de Wheeliz, premier site de location de voitures adaptées entre particuliers, est née. Une solution concrète à un problème de mobilité qui « permet aux gens d’éviter de renoncer », s’enthousiasme Charlotte.

Renoncer n’est pas une option pour Charlotte. Avec cette fille pleine d’énergie, agacée par « cette tendance à dire aux personnes en fauteuil de ne rien faire » et qui bouscule les a priori, tout va très vite. En juin 2014, elle quitte son boulot dans une agence de pub. En trois semaines, elle trouve via son blog un associé-geek, Rémi Janot, en charge du développement technique. En décembre, elle atteint, en une semaine, les objectifs du crowdfunding lancé sur KissKissBankBank. 15 000€€ permettant de développer la plateforme. L’activité démarre en mai avec cent voitures proposées à la location. Début juillet, Wheeliz fêtait sa centième location. Le plus difficile ? « Trouver un assureur, avoue Charlotte, dans le collaboratif et, en plus, sur des voitures aménagées. La Maif a été agile en créant un produit sur-mesure pour protéger le véhicule du propriétaire et le locataire ».

Pas question de se reposer sur ses lauriers, Charlotte fourmille d’idées et travaille sur le développement de services et le déploiement à l’international. Tout en continuant son blog et en entrant au conseil d’administration de l’association J’accède. « Un précurseur dans le collaboratif, le site permet de recenser les lieux accessibles pour les personnes en fauteuil », explique-t-elle.

Car créer une communauté solidaire est essentiel dans la démarche de Charlotte. Même si Wheeliz secoue le monde du handicap où la gratuité et le bénévolat sont la référence. « Pourquoi une personne qui a payé entre 25 et 50 000 € une voiture aménagée ne pourrait-elle pas la louer ? Ce n’est pas parce qu’on parle de handicap qu’on doit être dans le don. On peut créer une économie vertueuse qui crée de la valeur et de la richesse », s’exclame-t-elle. « Et il y a encore tellement de choses à faire ».

 

Article publié sur Causette, en partenariat avec MAIF pour une société collaborative.

Le 9 septembre 2015


Comments

comments

Sur le Même sujet