Guide consocolaborative

Zéro marge et 100 % bio : le supermarché en ligne qui va vous faire bien manger

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Grâce à une distribution numérique et un système d’adhésion, La Fourche est un supermarché biologique et équitable qui ne prend aucune marge sur les produits qu’il vend. Résultat : 20 à 50 % de réduction par rapport aux prix du marché.

Changer la distribution de produits bio et encourager la consommation responsable en France n’est pas une mission impossible pour Lucas, Boris et Nathan. Anciens copains de promo à HEC, ils ont tous les trois quitté leur job pour lancer La Fourche, un magasin bio et responsable, en ligne. Des denrées alimentaires (hors frais), en passant par les produits d’hygiène et d’entretien, l’offre est la même que dans une structure bio classique. Seul diffère le prix.

En allant sur le site de La Fourche, c’est à prix coûtant que le client achète. Une révolution dans le monde de la distribution. En effet, 46  % du surcoût des produits issus de l’agriculture biologique est imputable aux marges des enseignes, d’après l’enquête de l’association de consommateurs UFC-Que choisir.

Éthique, inclusif et militant

L’entrepôt de stockage de la Fourche est situé à La Courneuve (Seine–Saint-Denis), au milieu de la cité des 4000. « C’est une volonté de s’implanter dans un lieu en difficulté. Il y avait un Carrefour qui ne vendait que des produits exotiques à bas prix, qui a fini par fermer » explique Lucas. Leur hangar, lui, est ouvert aux habitants du quartier qui peuvent venir sans payer la livraison.

Alors pour être rentable, La Fourche repose sur les adhésions. Comptez 69,90 euros pour un abonnement annuel, remboursé s’il n’est pas amorti par les économies effectuées. « On offre pour chaque adhésion souscrite, une adhésion à une famille dans le besoin » précise le cofondateur. Pour lui, « il y a l’engagement politique, associatif. Il y a aussi le financier, qui est de se dire : où est-ce que je mets mon argent ? Chaque achat est un système de vote et trop de gens ignorent que si tous boycottaient un produit pendant deux semaines, cela suffirait à faire changer l’entreprise concernée ».

La Fourche©

Petite fourche deviendra grande

Lancée en juin dernier, La Fourche qui n’a fait aucune campagne de communication compte 150 adhérents dont les trois quarts sont des clients que les fondateurs ne connaissent pas. En aval, ceux qui revendiquent une approche « bootstrap » ont tout appris. « On est allé assez vite, rencontré des gens qui bossent en magasin bio : acheteurs et responsables logistiques. Comme personne ne nous disait  » votre projet est aberrant  », on a foncé » confie Lucas.

Dans les semaines à venir, l’objectif est de proposer des produits secs en vrac (à terme tous seront proposés sous cette forme) afin de faciliter l’achat zéro déchet. « L’impact carbone de tous nos produits va aussi être calculé. On sera les premiers à le faire dans toute la France, grâce à l’Ademe et Eco2 initiative, un cabinet de conseil indépendant engageant en développement durable » ajoute Lucas. Et de conclure : « on va aussi intégrer les scores Yuca (qualité nutritionnelle ) et Siga (taux de transformation) de nos produits. Car la transformation d’un produit, c’est ce qu’il y a de plus corrélé avec les cancers et les maladies cardio-vasculaires. De quoi faire, enfin, les courses les yeux fermés ?

 

Le 13 septembre 2018


Comments

comments

Sur le Même sujet