Guide consocolaborative

Sharetribe : Retour d’expérience d’un entrepreneur averti

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Nous sommes au tout début de l’ère des plates­formes et allons vivre des innovations majeures dans ce domaine de la création et gestion des places de marché.
Juho Makkonen est l’un des pionniers et influenceurs sur ce sujet. Il est le cofondateur et CEO de Sharetribe. Aujourd’hui, il partage avec nous son expérience et sa vision.

1 - sharetribe_team_november2015

 

Interview traduite de l’anglais.

Quand avez­vous commencé à vous intéresser à la création de places de marché ?

Mon cofondateur Antti Virolainen et moi­ même avons créé notre première place de marché en ligne en 2008. Cela faisait parti d’un projet de recherche et c’était alors un site assez simple qui permettait aux étudiants d’un campus universitaire d’emprunter des outils les uns aux autres, de vendre leurs anciens livres de cours ou encore de demander de l’aide pour déménager. A cette époque, personne ne parlait encore d’économie collaborative.

Le site est devenu plutôt populaire sur le campus. Nous avons alors réalisé l’importance que peuvent avoir les places de marché en ligne pour rapprocher les gens et les aider à réutiliser ou partager efficacement leurs biens. Nous avons décidé que c’était ce sur quoi nous voulions nous concentrer.

 

Comment est né Sharetribe ?

Nous avons créé l’entreprise en octobre 2011 dans la continuité de ce projet de recherche. Notre première approche était de prolonger ce qui avait fonctionné pour notre université : créer un réseau de places de marché locales et privées pour chaque campus, quartier et entreprise. Le business model initial était de facturer la gestion de ces sites aux universités, villes et entreprises.

Nous avons réussi à convaincre plusieurs universités, entreprises et villes d’essayer notre plate­forme. Cependant, nous avons rapidement été confronté à deux problèmes. Tout d’abord, cela prenait beaucoup de temps de négocier avec toutes ces organisations et elles n’étaient pas prêtes à payer beaucoup pour notre solution. Ensuite, malgré le fait que nous avions réussi à construire une communauté sur notre campus universitaire (nous en faisions partie), les nouveaux sites rencontraient beaucoup de difficultés à atteindre une masse critique car ils leurs manquaient un c ommunity manager dédié.

Dans le même temps, l’économie collaborative prenait forme et beaucoup d’entrepreneurs avaient comme idée de créer leur propre entreprise et place de marché en ligne. Beaucoup d’entre eux ont commencé à nous contacter pour savoir s’ils pouvaient bénéficier de notre plate­forme. Au fur et à mesure, cela nous a orienté vers le véritable problème que nous devons résoudre : nous devons permettre aux entrepreneurs sans compétences techniques de réaliser leur projet de place de marché.

Pour utiliser un “cliché” dans le monde des startups, nous avons “pivoté” en 2013. Nous avons rendu notre plate­forme personnalisable pour laisser nos utilisateurs créer leurs propres idées de places de marché, que ce soit “Le Airbnb des planches de surf” ou “Le Etsy des repas faits maison”. Cela s’est révélé être un bon choix : aujourd’hui, notre plate­forme propulse des centaines de places de marché dans le monde entier. Notre équipe est composée de 13 personnes et nous sommes en bonne voie pour être rentables.

Quels sont les principales leçons que vous avez apprises au cours de ces dernières années ?

Le principal enseignement que je retiens est qu’il ne suffit pas que tout le monde dise que votre idée est géniale. Les entrepreneurs de l’économie collaborative, en particulier, entendent ceci constamment. Tout le monde veut vivre dans un monde où l’on partage et c’est pour cela que tous souhaitent votre succès. Mais cela ne veut pas dire qu’ils utiliseront votre site pour autant. Vous devez offrir suffisamment de valeur et résoudre un véritable problème, et c’est plutôt difficile.

Pour les places de marché, la principale difficulté est d’en réussir le démarrage. Vous devez résoudre le dilemme de “l’oeuf ou la poule” en faisant croître à la fois l’offre et la demande dans votre place de marché. C’est un travail de longue haleine. Avoir une super plate­forme avec de beaux graphismes et des tonnes de fonctionnalités ne suffit pas. Vous devez fortement travailler sur la construction de la communauté.

Juho

Quel conseil donneriez­-vous à un entrepreneur débutant sa place de marché ?

Au fil du temps nous avons vu beaucoup d’entrepreneurs investir énormément de temps et d’argent dans la création de leur propre plate­forme de place de marché. Très souvent ils pensent que si les fonctionnalités initiales et les graphisme sont bons, la croissance viendra naturellement. C’est presque toujours faux. Vous ne pouvez jamais être certain que votre idée est bonne tant que vous ne l’avez pas testée pour de vrai, en proposant quelque chose à vos utilisateurs. C’est seulement à ce moment là que le véritable apprentissage débute. Une fois que vous avez vos premiers utilisateurs, vous devez discuter avec eux et mesurer leurs usages de votre place de marché. Cela vous aidera à comprendre leurs véritables besoins et problèmes.

Mon conseil à tous les entrepreneurs est d’arriver à cette situation le plus vite possible, en dépensant aussi peu que possible. La majeure partie du temps et de l’argent dépensés avant le lancement le sont principalement en pure perte.

4 - marketplace_academy

 

Comment Sharetribe aide les entrepreneurs à construire leur business ?

Jusque là, nous nous sommes surtout concentré sur la technologie dont nos clients ont besoin pour leur plate­forme. Cependant, nous avons réalisé que la plate­forme n’est pas tout. Nous devons également les aider à faire croître leurs communautés et leurs sites pour qu’ils puissent devenir financièrement indépendants. La plupart de nos clients sont novices dans les places de marché et ils ont beaucoup de choses à découvrir. Jusqu’à présent, la plupart des entrepreneurs ont dû l’apprendre “à la dure” mais nous souhaitons changer cela. Nous développons un programme de formation en ligne pour tout entrepreneur d’une place de marché.

Nous sommes dans une situation idéale pour cela. Non seulement nous avons des années d’expériences dans la création de places de marché mais nous avons également des statistiques sur les centaines de places de marché que nos clients construisent, et nous en avons de plus en plus chaque jour. Nous sommes aux premières loges pour découvrir ce qui fait qu’une place de marché réussie ou échoue. Notre objectif est d’étudier ces informations et les rendre accessibles à tous via la Marketplace Academy que nous allons lancer très bientôt.

A quoi ressemble le futur de Sharetribe ? Qu’elle est votre vision à long terme ?

Nous voulons faire la même chose pour l’économie collaborative que ce que WordPress a fait pour la publication. Nous voulons la démocratiser en rendant simple et accessible à tous la création et gestion d’une place de marché en ligne, n’importe où dans le monde.

Notre plate­forme est déjà open­source, tout comme WordPress. L’étape suivante est de développer une architecture qui permettra à nos clients de personnaliser leur plate­forme comme ils le souhaitent tout en bénéficiant aisément d’une configuration et d’un hébergement.

Nous voulons permettre à des développeurs tiers de proposer des extensions et de les vendre à nos clients. Actuellement, Sharetribe est idéal pour les entrepreneurs qui souhaitent lancer rapidement un Minimum Viable Product, mais nous voulons également offrir un meilleur service aux places de marchés les plus performantes et qui ont atteint une taille importante. Pour cela, notre plate­forme doit être adaptable et personnalisable.

Nous ne voulons pas d’un futur où il n’y a que quelques grosses places de marché, dont les propriétaires absorbent tous les profits pendant que les vendeurs galèrent. À la place, nous espérons vivre un futur où des places de marché locales (peut être certaines gérées c omme des coopératives) grandiront et investiront leurs profits dans les communautés locales. Nous pensons que c’est un moyen équitable de distribuer l’immense valeur créée par l’économie collaborative, et nous sommes dévoués à rendre ce futur possible.

Le 1 décembre 2015


Comments

comments

Sur le Même sujet