Guide consocolaborative

Jevotepas.fr : rencontre avec le « parti des abstentionnistes »

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Pierre Siolim fait partie du P.A.S (Parti des abstentionnistes et des sans-voix). Avec les membres de cette association, ils lancent un site participatif pour permettre à ceux qui ne votent pas d’exprimer les raisons de leur choix. Un acte politique ?

Côme Bastin : Le parti des abstentionnistes est-il un parti ?

Pierre Siolim : Plutôt un faux-parti ! C’est une association 1901 créée par moi et quatre autres personnes l’été dernier. Le titre complet est « Parti des abstentionnistes et des sans-voix » , ce qui donne P.A.S. en initiales. Cela permet de faire des jeux de mots un peu pourris du type « Votez PAS » ! On a voulu singer l’élection présidentielle, en récupérer les codes et les slogans. À terme, on projette comme tous les partis de faire une fête de victoire le soir des élections. Car l’abstention est bien le premier parti de France.

Derrière l’aspect humoristique, la visée est-elle militante ? Est ce que vous vous battez contre ou au contraire pour l’abstention ?

Une étude du CEVIPOF a été publiée la semaine dernière qui montrait que 32 % des électeurs ne comptaient pas aller voter. On veut souligner que cela met en péril la démocratie car les résultats des élections ne sont pas représentatifs du peuple français. Il s’agit d’aborder la question autrement que, comme beaucoup de médias le font, en traitant les abstentionnistes de flemmards. Nous pensons au contraire qu’il s’agit d’un acte politique.

fillon

Pouvez vous nous présenter jevotepas.fr, le site que vous avez lancé ?

C’est une plateforme d’expression libre que nous avons crée pour qu’un maximum de personnes expliquent pourquoi est ce qu’elles « votent PAS ». On regroupe ceux qui ne vont pas voter, mais aussi les non-inscrits sur les listes électorales, ainsi que ceux qui votent blancs ou les votes nuls. On pourrait aussi parler de ceux qui votent utiles mais sont fatigués de le faire… Pour l’instant, on a qu’une cinquantaine de témoignages et avec nos moyens on ne peut se faire connaître que par le bouche à oreille. Mais les médias commencent à s’intéresser à la démarche.

Comment les politiques ou la politique pourrait faire revenir aux urnes cette population ?

Il y a tous les profils. Beaucoup ne s’y retrouvent pas et aimeraient pouvoir l’exprimer par le vote blanc qu’il faudrait reconnaître. Mais certains veulent aller plus loin et réformer la façon dont on élit nos représentants. Plutôt que de voter pour une personne on pourrait classer plusieurs candidats par ordre de préférence : cela éviterait le vote utile et renforcerait les petits partis. Enfin certains veulent instaurer une démocratie directe ou continue, avec Sénat tiré au sort, et supprimer purement et simplement les élections.

melenchon

Plusieurs candidats portent à cette élection un projet de 6e République. Le meilleur moyen de changer le système électoral n’est-il pas justement de voter pour eux ?

À titre personnel, je vais aller voter ! Derrière nos slogans, on ne milite pas forcément pour que les gens ne votent pas, mais pour que les abstentionnistes puissent s’exprimer et soient écoutés. Pour certains, l’abstention est vraiment une stratégie politique. Dans son livre No Vote, Antoine Buéno explique ainsi qu’elle est le meilleur rempart contre le FN parce tous les électeurs tentés par les extrêmes pourraient trouver moyen de se rassembler dans le boycott des élections. C’est aussi un moyen de délégitimer son éventuelle élection en faisant baisser le taux de participation.

Jean-Luc Mélenchon est pour vote obligatoire. Qu’en pensez vous ?

Je ne suis pas contre, à condition qu’on reconnaisse le vote blanc ! Autrement seuls les riches pourraient contester le système en s’acquittant de l’amende.
Crédit photo de une : photolyse

Le 22 mars 2017


Comments

comments

Sur le Même sujet