Guide consocolaborative

« On s’est lancé un challenge : un an sans déchets ! »

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Jeremie Pichon et sa famille expérimentent depuis plus d'un an la vie sans déchets. Ils tiennent un blog sur la question et ont récemment publié « Famille Zéro Déchet, Ze Guide ». Rencontre.

Le Zéro Déchet, un terme qui en fait pâlir plus d’un(e)…et pour cause ! Atteindre cet objectif paraît presque insurmontable à l’heure de notre société de consommation. Pourtant, de plus en plus de personnes s’y adonnent avec ferveur. Rencontre avec Jeremie Pichon, le papa de la famille française référente en la matière. Bénédicte (illustratrice), Jérémie, et leurs deux enfants Mali et Dia expérimentent depuis plus d’un an la vie sans déchets. Ils tiennent un blog qui déborde d’idées sur la question et ont récemment sorti un livre (logiquement) illustré intitulé « Famille Zéro Déchet, Ze Guide ».

Capture d’écran 2016-06-02 à 10.44.31

 

Pauline Trequesser : Ta famille est devenue la référence française en matière de Zéro Déchet : quels constats vous ont poussé à vous lancer dans cette démarche ?

Jeremie Pichon : Cela fait maintenant plus de quinze ans que nous militons dans diverses ONG et pour les sols, les océans, les montagnes… Et à chaque fois, on se rendait compte que les déchets revenaient sur la table comme une maladie, un fléau. Nous qui pensions être bon en allant acheter en vrac et en ayant un composteur chez nous… Malgré ça, on s’est rendu compte qu’on avait quand même une poubelle. On a déballé et analysé cette poubelle : notre maladie à nous, c’était l’emballage. Il fallait trouver une solution. On s’est donc lancé un challenge : un an sans déchets. Finalement, on en revient jamais.

Qu’est-ce que cela implique pour vous au quotidien ? Des changements drastiques, des efforts (in)surmontables ?

Aujourd’hui, cela n’implique plus grande chose car nous avons tout simplement de nouvelles habitudes Zéro Déchet, et elles font parties de notre vie. Finalement, le plus compliqué c’est la phase de changement, il faut absolument s’organiser. C’est un vrai processus : tu changes les sacs en plastique par des sac en tissus, le papier du boucher par tes propres boites réutilisables. C’est un nouveau mode de vie : tu changes tes lieux d’achats, tes modes d’achat, tu réduis ta consommation, fabrique toi même certains produits… En France et ailleurs, les familles ne se posent pas la question des besoins mais de l’envie, alors qu’on entend chaque jour que les ressources de notre planète sont limitées. Notre conseil au quotidien ? C’est commencer par refuser !

[Vidéo] Comment fabriquer soi-même 4 litres de lessive bio pour un euro

Avec la démarche Zéro Déchet, êtes-vous aussi devenus des « consommateurs collaboratifs »  ?

Je crois que nous l’étions déjà avant de nous lancer dans la démarche Zéro Déchet ! On mutualise notre transport, notre logement, et tous nos objets en achetant et revendant d’occasion. On achète très rarement neuf et on pense durable. On utilise beaucoup le covoiturage, on est même fiers d’en être des ambassadeurs. On a acheté un mobilhome à Seignosse : on habite dedans l’hiver, et on le loue via des plateformes l’été ! Notre famille est plutôt dans les réseaux locaux mais on est moins connectés, par exemple en ce qui concerne le troc. On partage, on se donne, on troque du temps ou des services. Pour les achats d’occasion, on utilise les réseaux sociaux, Le Bon Coin, et on traine souvent dans les vide- greniers. Pas besoin d’AMAP, nous connaissons notre productrice locale qui fait de la vente en direct, mais c’est le même système.

Pourquoi devons-nous acheter Ze Guide ?

Parce que c’est un guide PRATIQUE. Dans ce livre, on a voulu donner des solutions pour éviter que les gens se prennent autant la tête que nous sur la question du Zéro Déchet : c’est du partage de savoir ! On donne tout ce qu’on sait. Pourquoi on le fait ? Comment on le fait ? Y’a de l’humour, de la pédagogie, des chiffres, et des dessins. Tout le monde y trouve un intérêt : le père, la mère, et les enfants.

capture-d_ecc81cran-2016-02-23-acc80-15-38-38

 

Le 6 juin 2016


Comments

comments

Sur le Même sujet