Guide consocolaborative

« Le vrai malaise des gilets jaunes n’est pas fiscal, il est démocratique »

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Cofondateur de Démocratie Ouverte, Armel Le Coz est engagé dans de nombreuses initiatives pour réinventer notre modèle politique. Son collectif publie un scénario de sortie de crise qui mêle assemblée citoyenne, nouvelles technologies et concertation territoriale. Entretien.

Armel Le Coz

Cela fait des années que vous parlez du malaise démocratique en France. Pensez-vous que les gilets jaunes en soient l’illustration ?

Je ne suis pas surpris de ce mouvement. Bien sûr, je ne prétends pas avoir pronostiqué sa forme ni sa date. Mais depuis 2014, années durant lesquelles j’ai entrepris un tour de France des maires en stop, je sens un ras-le-bol monter. Ce malaise, partagé par de nombreux élus et citoyens, touche aux dysfonctionnements de notre système démocratique. Ce que je trouve intéressant avec le mouvement des gilets jaunes, par rapport à un mouvement comme Nuit debout qui était plutôt urbain et éduqué, c’est qu’il est populaire et représentatif de toute la population française. Il y a aussi toutes les opinions politiques. Mais pour moi qui observe les groupes Facebook, les groupes Discord et me rends sur les ronds points, il y a une constante : la question de la démocratie est sur toutes les lèvres.

Le fait que les gilets jaunes se soient organisés avec de simples groupes Facebook et Whatsapp n’est-il pas un camouflet pour les acteurs des civic tech ?

Je ne crois pas. C’est logique que le mouvement parte de là où les gens se trouvent. Géographiquement, ça donne les ronds-points. Dans l’espace numérique, c’est Facebook. Mais on voit que ces plateformes montrent déjà leurs limites pour de nombreuses raisons : surveillance, fake news, polarisation des extrêmes avec les bulles de filtre… Il y a donc déjà des gilets jaunes qui cherchent à s’emparer de nouveaux outils mieux à même d’organiser leurs propositions, d’organiser des votes. Des plateformes telles que Fluicity ou Cap Collectif commencent ainsi à être utilisées.

Les annonces du président sont-elles en mesure d’apaiser le malaise démocratique dont vous parlez ?

Les quelques mesures pour le pouvoir d’achat convaincront peut-être certains Français qui soutiennent les gilets jaunes. Avec les vacances de Noël, cela pourrait suffire à faire retomber le mouvement, mais je ne le crois pas. Car la question démocratique est la grande absente du discours d’hier. Emmanuel Macron dit qu’il va aller rencontrer les maires. Mais il y en a 35 000 en France ! Et puis faire des auditions, c’est une méthode qui a vieilli. Je pense donc que la colère continuera ou réapparaîtra dans les prochains mois avec la réforme des institutions qui s’annoncent. Il est urgent de construire des alternatives à notre fonctionnement démocratique avec le peuple, autrement il se tournera vers des personnages autoritaires. Au Brésil, aux États unis, c’est ce qui s’est passé : à force d’avoir le sentiment que la démocratie était un enfumage, les gens se sont tournés vers des hommes à poignes qui ne font pas semblant de concerter.

Vous avez justement élaboré avec votre collectif Démocratie Ouverte un scénario pour sortir de cette crise politique par le haut.

Oui, car même si ce mouvement est parti de la contestation d’une taxe, nous pensons que dans le fond la démocratie est la mère de toutes les batailles, car seule une démocratie qui fonctionne permet de prendre les décisions qui s’imposent sur le climat ou la fiscalité. Ce que nous proposons, c’est une méthode pour mettre intelligemment gilets jaunes ou verts, citoyens, élus et gouvernement autour de la table pour élaborer ensemble un projet ensuite soumis à référendum. Cela passe par une assemblée citoyenne qui mêle citoyens et élus tirés au sort. L’emploi des civic tech, mais aussi d’ateliers physiques dans tous les territoires, afin de faire remonter les doléances de tous les Français. C’est ainsi qu’on pourra faire débattre toute la société et aboutir à un référendum pour une nouvelle démocratie qui ne soit pas une question piège. Nous invitons tout le monde à imaginer ce scénario avec nous.

Lire le scénario : Gilet jaunes – comment sortir démocratiquement de la crise. 

Démocratie Ouverte, un Collectif d’innovation démocratique pour gagner en pouvoir d’agir, mieux décider ensemble et mettre à jour nos systèmes politiques. Participez ici.

 

Le 11 décembre 2018


Comments

comments

Sur le Même sujet