ConsoCollaborative http://consocollaborative.com Thu, 21 May 2015 12:35:35 +0000 fr-FR hourly 1 Co-recyclage : les déchets des uns font le bonheur des autres ! http://consocollaborative.com/5542-co-recyclage-les-dechets-des-uns-font-le-bonheur-des-autres.html http://consocollaborative.com/5542-co-recyclage-les-dechets-des-uns-font-le-bonheur-des-autres.html#comments Thu, 21 May 2015 12:35:35 +0000 Come Bastin http://consocollaborative.com/?p=5542 Véritable « Bon Coin du gratuit », cette plateforme lancée en 2012 permet de proposer ou de rechercher des objets pour éviter qu’ils ne finissent à la décharge. Elle vient d’intégrer la promotion 2015 des Acteurs du Paris durable.

 20140626_110630

Matériaux issus du démontage de l’exposition Monumenta, au Grand Palais (Juin 2014) © Co-recyclage

Gazinière, haltère, télé, table ou ordi : on trouve de tout sur co-recyclage. Mieux, on le trouve gratuitement. Après une brève inscription, chacun est libre de proposer ou de rechercher sur cette plateforme tout type d’objets et de matériaux. Et ca marche : depuis son lancement en 2012, co-recyclage totalise 60 000 utilisateurs. En 2014,  pas moins de 150 tonnes de matière y sont passées : 67 par redistribution, et le reste par une valorisation dans les filières de recyclage.

 

Lutte contre le gaspillage et économie circulaire sont autant de valeurs qui motivent le geste des donneurs. Mais pas seulement, explique Renaud Attal, co-fondateur de la plateforme. « Pour certains, c’est aussi une manière de se débarrasser rapidement d’objets inutiles, plutôt que de marchander sur une autre plateforme pour finalement vendre à un prix dérisoire. » Et de raconter l’histoire de ce hangar agricole de 1500 m2 que son propriétaire avait posté sur la plateforme pour pouvoir le démonter au plus vite et libérer le terrain ! Du côté de ceux qui récupèrent, pas seulement des bobos adeptes de la récup’, « mais aussi des gens vraiment dans le besoin, à qui on ne demande pas de se justifier comme chez Emmaüs ». Enfin la plateforme est également créatrice de lien social, avance Renaud Attal. « Cela permet de faire des rencontres dans votre quartier ».

 

Connecter l’offre et la demande

 

Un bon coin du gratuit ? Oui mais pas que. L’objectif de co-recyclage est de connecter l’offre et la demande de matériaux et objets entre particuliers, mais aussi associations et entreprises. Pour cela, l’équipe se déplace sur le terrain pour voir si le matériel laissé par les uns peut intéresser les autres. Le SenseCube, espace de co-working pour entrepreneurs sociaux, a ainsi hérité des armoires du ministère de la Santé.

20140623_113552

« On réfléchit même avec Bouygues Immobilier à réutiliser les matériaux d’un immeuble qui va être démoli au sein de bâtiments écologiques en construction », raconte le co-fondateur. Une plateforme spéciale pros devrait voir le jour pour permettre aux artisans, artistes et entrepreneurs sociaux de récupérer plus facilement le matériel dont se débarrassent les grandes entreprises.

 

Service aux entreprises

 

Ce choix permet à la plateforme de trouver son modèle économique, en proposant des services aux entreprises ou aux collectivités territoriales. La mairie de Puteaux a ainsi son interface dédiée pour permettre aux habitants et aux acteurs économiques de « co-recycler » objets et matériaux au sein de la municipalité.  Chez Aéroports de Paris, co-recyclage ne sert pas uniquement la politique RSE. La plateforme est venue remplacer les vieux tableurs excels pour optimiser les stocks. « Avant d’acheter un nouveau siège, on peut vérifier si cet équipement n’est pas déjà disponible ailleurs dans l’entreprise. »

 

Nominé pour la promotion 2015 des Acteurs du Paris durable, co-recyclage est également incubé au sein du Social Good Lab, dédié aux entreprises sociales technologiquement innovantes, et emploie quatre personnes. Parmi les projets : nouer des partenariats pérennes, notamment avec le monde du spectacle et des expositions qui utilisent beaucoup de matériaux pour les scénographies. Et surtout, sortir de Paris pour connecter faire co-recycler toute les villes de France. Quant à l’international, « une version anglaise est dans les cartons », assure Renaud Attal.

Côme Bastin / @Come_Bastin

]]>
http://consocollaborative.com/5542-co-recyclage-les-dechets-des-uns-font-le-bonheur-des-autres.html/feed 0
« Quand vous goûtez à SofaConcerts, vous n’avez plus envie d’aller dans les zéniths » http://consocollaborative.com/5514-quand-vous-goutez-a-sofaconcerts-vous-navez-plus-envie-daller-dans-les-zeniths.html http://consocollaborative.com/5514-quand-vous-goutez-a-sofaconcerts-vous-navez-plus-envie-daller-dans-les-zeniths.html#comments Tue, 19 May 2015 14:51:27 +0000 Samuel Roumeau http://consocollaborative.com/?p=5514 Ce matin, l’espace de coworking Volumes est plutôt calme. Quelques personnes qui travaillent dans l’espace de coworking, certains sont en réunion dans la salle réservée aux makers, tandis que d’autres préparent le repas du midi au Foodlab. Cette tranquillité apparente va forcément contraster avec l’effervescente de demain soir lors du concert de lancement de SofaConcerts en France.

SofaConcerts, les concerts dans votre salon

 

Il y a quelques semaines, nous écrivions un article, à propos de cette nouvelle plateforme permettant aux artistes et aux fans de musique de vivre des expériences partagées. Le concept est simple: vous accueillez un artiste chez vous pour un concert en petit comité à domicile. Pour les musiciens, c’est l’occasion de se faire connaître et de jouer chez des gens accueillants, et pour les hôtes, c’est l’opportunité d’avoir un rapport privilégié avec un artiste. Si vous êtes ni musicien, ni propriétaire d’un grand salon, eh bien jetez un oeil sur le site pour assister à un concert près de chez vous! Plus de 1 000 concerts ont déjà eu lieu en Europe et même au Brésil. Voilà ce que ça donne en vidéo…

 

La vidéo de présentation de SofaConcerts (crédits: SofaConcerts)

 

Loca Tangata en concert à Volumes demain soir!

 

Loca Tangata est un groupe français, qui a déjà joué un peu partout dans le monde . Loca c’est la folie douce du voyageur à la marge des normes et des sentiers battus. Tāngata en langue māori c’est le peuple, la communauté ou simplement les gens. Le groupe sera précédé de November Pearls qui fera une petite introduction jazzy.

 

Local Tangata: L’invité, en live 

 

Thibaut Berlingen, a déjà organisé plusieurs SofaConcerts à Berlin et a eu envie d’importer le concept en France. Il nous explique : « la plateforme permet de faire des concerts en petit comité avec une expérience de proximité avec l’artiste. Ce genre d’évènements permet de créer du lien avec ses voisins: ils ne peuvent pas râler à cause du bruit puisqu’ils sont là avec vous. Enfin, ces concerts permettent aux artistes de se rémunérer un peu, en marge de dates plus importantes. Quand vous goûtez à SofaConcerts, vous n’avez plus envie d’aller dans les zéniths ».

2013_10_18-LILLE-CIRCUS-23

Les lecteurs du blog sont conviés à vivre cette expérience novatrice. Vous pouvez trouver toutes les informations nécessaires sur lien vers l’évènement, ici. Nous posterons des photos sur la page Facebook  Consommation Collaborative, n’hésitez pas à nous envoyer les vôtres aussi. Si vous ne pouvez pas vous libérer ce soir, il n’est jamais trop tard pour organiser un concert chez vous dans les semaines à venir.

 

]]>
http://consocollaborative.com/5514-quand-vous-goutez-a-sofaconcerts-vous-navez-plus-envie-daller-dans-les-zeniths.html/feed 0
Choisissez votre projet consommation collaborative préféré aux OuiShare Awards! http://consocollaborative.com/5503-choisissez-votre-projet-consommation-collaborative-prefere-aux-ouishare-awards.html http://consocollaborative.com/5503-choisissez-votre-projet-consommation-collaborative-prefere-aux-ouishare-awards.html#comments Mon, 18 May 2015 16:12:31 +0000 Samuel Roumeau http://consocollaborative.com/?p=5503 Comme chaque année, le OuiShare Fest récompense les initiatives d’économie collaborative les plus innovants, ambitieux et utiles. Découvrez les projets en lice dans la catégorie « Consommation collaborative » et donnez une voix à votre projet préféré. Le vainqueur bénéficiera d’une semaine de décélération au vert entouré de mentors et experts de l’économie collaborative.

Yottotel, le réseau social d’entraide entre hôtes professionnels

 

 

Jipio, la plateforme des transactions entre amis

 

 

Konnektid, la communauté d’apprentissage.

 

 

Open Food Network, le système alimentaire décentralisé.

 

 

Demooz, pour essayer avant d’acheter

 

 

Coliga, le logiciel pour les entreprises de services

 

 

Un de ces projets vous a particulièrement plu? N’hésitez pas à nous expliquer pourquoi et à encourager son développement en votant ici. Plus de 150 projets de 30 pays différents ont été soumis aux votes du jury, preuve s’il en est de l’internationalisation de la consommation collaborative. La plupart ne sont pas encore présents en France mais il ne tient qu’à nous de faire en sorte qu’ils puissent se dupliquer.

 

]]>
http://consocollaborative.com/5503-choisissez-votre-projet-consommation-collaborative-prefere-aux-ouishare-awards.html/feed 0
C’est au OuiShare Fest que s’invente la société collaborative de demain! http://consocollaborative.com/5474-cest-au-ouishare-fest-que-sinvente-la-societe-collaborative-de-demain.html http://consocollaborative.com/5474-cest-au-ouishare-fest-que-sinvente-la-societe-collaborative-de-demain.html#comments Sun, 10 May 2015 19:02:12 +0000 Samuel Roumeau http://consocollaborative.com/?p=5474 Le OuiShare Fest est la grand messe de l’économie collaborative qui rassemble activistes, chercheurs, entrepreneurs, collectivités et grands groupes pendant 3 jours pour inventer le monde de demain. Cette année se déroule la troisième édition qui aura lieu du 20 au 22 mai 2015 au Cabaret Sauvage à Paris. A deux semaines, de l’évènement, je suis allé à la rencontre de Francesca Pick et Asmaa Guedira, les deux responsables de l’organisation. Le thème de cette année, « Lost in transition », évoque l’incertitude dans le changement. Ensemble, essayons d’y voir un peu plus clair.

 

Samuel : Tout d’abord, comment définissez-vous le OuiShare Fest?

 

Francesca : Il y a plusieurs façons de le définir ! Pour le dire simplement, c’est un évènement de 3 jours qui est un mélange entre festival et conférence professionnelle, qui réunit tous les acteurs principaux de l’économie collaborative dans le monde. C’est LE point de rendez-vous annuel pour notre communauté au sens large, et l’événement emblématique de OuiShare en tant qu’organisation, parce que c’était notre premier grand projet, il y a 3 ans. Mais pour moi le OuiShare Fest est surtout une manifestation tangible de ce que OuiShare est : un lieu d’expérimentation et une plateforme de rencontre de personnes diverses, pour réfléchir ensemble et accélérer des idées et des projets.

Asmaa : Au delà d’être le principal rassemblement des acteurs de l’économie et la société collaboratives dans le monde, le OuiShare Fest est avant tout un festival né d’une communauté de gens passionnés par les émergences de modèles et d’initiatives innovantes et collaboratives. A la différence des nombreux évènements sur l’innovation, souvent très « tech » et business, le OuiShare Fest permet de connecter et faire réfléchir des acteurs pionniers sur des thématiques très diverses (entrepreneuriat, business, philosophie, environnement, etc.), tout en étant dans une ambiance bon enfant et festive !

 

Francesca, tu étais déjà responsable de l’organisation l’année dernière, et Asmaa, tu étais bénévole au sein de l’équipe: selon vous, qu’est-ce qui a changé en 1 an?

 

Francesca : Cette année, OuiShare en général a beaucoup évolué. L’équipe est plus grande, et le OuiShare Fest n’est plus notre seul grand projet parce que nous avons plusieurs autres en cours comme Sharitories et POC21. De plus, le paysage de l’économie collaborative a aussi beaucoup changé en 2014. Par rapport à la première année du Fest, l’euphorie a été remplacée par un regard plus critique. Au OuiShare Fest de cette année, nous voulons vraiment aborder en profondeur des questions controversées sur l’économie collaborative, pour comprendre comment elle pourrait vraiment offrir une solution à des problèmes sociaux et environnementaux. L’autre changement majeur depuis un an, c’est qu’avec la maturité du sujet, il y a plus d’entreprises qui se réveillent et sont intéressées par la transformation vers des modèles plus collaboratifs. Pour cette raison, les entreprises seront plus présentes cette année qu’en 2014.

unnamed

Le OuiShare Fest, ça donne le tournis!

Asmaa : A titre personnel, je pense que mon évolution de bénévole à co-chair du OuiShare Fest témoigne de l’agilité et la flexibilité de OuiShare en tant qu’organisation : horizontale, mouvante et une vraie do-ocracy qui donne une grande latitude à tout connector qui souhaite s’impliquer ! De façon plus générale, comme Francesca l’a mentionné, bien des choses ont changé depuis un an, tant dans notre approche du OuiShare Fest que dans la posture de OuiShare. Vous avez peut être remarqué que nous ne parlons plus seulement d’économie, mais de société collaborative. Nous cherchons à aller au delà de l’économie collaborative, qui est un point d’entrée pour réfléchir à l’ensemble des nouveaux modèles qui ébranlent notre système tout entier, sur la culture, l’éducation, le vivre ensemble, la solidarité, la technologie, les organisations… Notre thème cette année, “Lost in Transition”, se veut un reflet de cette mutation profonde qui nous interpelle tous : vers quelle direction allons nous !

« Nous ne parlons plus seulement d’économie, mais de société collaborative. »

 

Mais au fait, co-chair… que se cache-t-il derrière ce nom barbare?

 

Francesca : Chair, ça veut dire “chef de projet”. Nous en avons toujours deux pour le OuiShare Fest, parce que nous pensons que c’est toujours important d’être en binôme pour se soutenir et avancer ensemble. Le rôle en tant que tel est assez classique et complet, il inclut de développer et coordonner l’équipe, s’assurer que la communication est fluide, mettre en place la stratégie globale de l’événement, gérer le budget et pouvoir garder une vision globale de tout ce qu’il se passe… ce qui n’est vraiment pas facile dans uns projet de cette taille, avec autant de contributeurs!

Asmaa : Hahaha ! On va dire qu’à deux, c’est toujours mieux ! La complexité d’organiser un évènement collaboratif et participatif de cette taille là (3 jours, 1 500 participants, 200 speakers, 150 bénévoles, des évènement satellites, un programme co-construit avec la communauté) demande une grande coordination et anticipation en amont. On est un peu comme les présidente et vice-présidente du OuiShare Fest, mais sans pouvoir exécutif dans une organisation distribuée et non pyramidale.

 

 

Le OuiShare Fest présente un format payant, pourquoi?

 

Asmaa : Même si le OuiShare Fest est un évènement festif et bon enfant, c’est avant tout une conférence de 3 jours qui mobilise de nombreux intervenants de qualité (que nous ne rémunérons pas), et qui demande plusieurs mois de travail acharné de notre côté pour le préparer ! Nous souhaitons également rester indépendant au maximum et choisissons attentivement nos partenaires et sponsors – sans lesquels l’évènement ne verrait pas le jour – afin de conserver cette indépendance et d’être en accord avec nos principes et valeurs. Il nous est arrivé de refuser des propositions de financement d’entreprises que nous ne souhaitions pas associer à l’évènement pour des raisons éthiques !

 

Concrètement, quels peuvent être les impacts de ce gros évènement sur la vie d’un citoyen lambda dans sa pratique de la consommation collaborative?

 

Francesca & Asmaa : Le OuiShare Fest permet de découvrir les projets et innovations de l’économie collaborative – et de réfléchir à la transition que nous souhaitons opérer dans notre société. Un évènement de ce type, au delà de permettre une meilleure compréhension et vision des innovations du secteurs, permet aussi de réaliser des connexions entre les acteurs et contribue à faire émerger de nouveaux projets. Nous ne serions pas surprises d’entendre l’apparition de nouveaux services, ou initiatives, inspirées par le OuiShare Fest, auxquelles les citoyens auront accès !

« Nous ne serions pas surprises d’entendre l’apparition de nouveaux services, ou initiatives, inspirées par le OuiShare Fest, auxquelles les citoyens auront accès ! »

 

Au delà de votre mission, êtes-vous des adeptes de la consommation collaborative? Est-ce que vous vous reconnaissez dans les portraits robots des nouveaux consommateurs?

 

Francesca : Tout à fait. Je fait du coworking partout où je me déplace en utilisant la plateforme Copass pour avoir accès à desespaces de coworing dans le monde entier. Je fais beaucoup de couchsurfing au sein de la communauté OuiShare, du covoiturage aussi… et le Velib est mon moyen de transport préféré à Paris!

Asmaa : J’étais adepte de consommation collaborative avant même de savoir ce que c’était ! J’ai grandi dans une coopérative d’habitation et ai toujours fait du covoiturage pendant mon enfance pour aller à l’école avec nos voisins. Aujourd’hui, je suis aussi coworkeuse, je voyage avec Couchsurfing et Airbnb, j’utilise vélib et autolib, et je soutiens de projets sur des plateformes de crowdfunding, et je suis adhérente à une coopérative alimentaire. L’un des piliers de la communauté OuiShare reste tout de même le rejet de la surconsommation de masse et un mode de vie plus responsable.

 

Pour finir, donnez nous chacune trois bonnes raisons de faire un tour au OuiShare Fest cette année!

 

Francesca : En premier, les gens, qui viennent de tous les coins de monde cette année: Brésil, Myanmar, Singapour, Afrique du Nord, Europe et Amérique. En second, l’énergie : après chaque OuiShare Fest, les participants sont frappés par l’énergie impressionnante qui se dégage pendent l’événement et l’inspiration que ça leur donne. Enfin, le niveau et la diversité du contenu et les intervenants sur l’économie collaborative, qu’on ne trouvera sous cette forme à auncun autre événement international.

« Promiscuité et ambiance : pas de zone VIP dans un évènement comme le notre, n’importe quel participant peut s’asseoir et partager une barquette de frites avec Lisa Gansky ou Pia Mancini »

Asmaa : Tout d’abord, les nouveautés de cette année : 2 espaces seront uniquement dédiés aux sessions participatives et à l’expérience, avec des ateliers et des sessions plus expérimentales dans la Péniche Cinéma. Et la dernière après-midi du Fest sera consacrée en partie aux start-ups, qui pourront pitcher leur projet devant un jury d’experts. Ensuite, la promiscuité et l’ambiance : pas de zone VIP ou de séparation dans un évènement comme le notre. N’importe quel participant peut s’asseoir et partager une barquette de frites avec Lisa Gansky ou Pia Mancini par exemple. Et bien sûr, la désormais iconique soirée de clôture OuiShare Love, ouverte au public : si vous ne pouvez pas venir assister au OuiShare Fest en entier, venez découvrir le Cabaret Sauvage dans une ambiance magique et célébrer le monde de demain avec tous les intervenants, participants et équipe du Fest !

url

 

Pour en savoir plus : le site du OuiShare Fest

]]>
http://consocollaborative.com/5474-cest-au-ouishare-fest-que-sinvente-la-societe-collaborative-de-demain.html/feed 0
Start-up Assembly : de nombreuses start-ups collaboratives pour cette 4ème édition http://consocollaborative.com/5437-start-up-assembly-de-nombreuses-de-start-ups-collaboratives-pour-cette-4eme-edition.html http://consocollaborative.com/5437-start-up-assembly-de-nombreuses-de-start-ups-collaboratives-pour-cette-4eme-edition.html#comments Mon, 04 May 2015 11:36:28 +0000 Pauline Trequesser http://consocollaborative.com/?p=5437 « Des journées du patrimoine version start-up » :  c’est ainsi qu’est présentée la Start-up Assembly, le festival des start-ups en France, par son fondateur Marc-Arthur Gauthey.  Depuis 4 ans, des centaines de start-ups françaises ouvrent leurs portes au grand public, et pour cause : plus d’un jeune sur deux voudrait monter son entreprise. Ca tombe bien ! Les start-ups sont créatrices d’emplois, et ont augmenté leurs effectifs de 22% en un an, avec 7566 emplois crées en 2012 contre 6190 en 2013. Un avenir prometteur pour ces jeunes pousses. Alors, convaincus ?
 
 
LOGO Startup Assembly une ligne
 

Start-ups : ouvrez vos portes. Curieux : venez visitez !

 

Cette année, c’est du 28 au 30 mai qu’aura lieu le rendez-vous annuel des bâtisseurs de la France du 21ème siècle, directement dans les locaux des start-ups, les espaces de coworking ou encore les incubateurs.

L’objectif est simple : promouvoir l’emploi, l’entreprenariat et l’innovation dans l’hexagone.

Depuis quelques semaines déjà, les start-ups peuvent s’inscrire sur le site Start-up Assembly et ainsi créer un ou plusieurs évènements, avec un format ludique de préférence, pour ouvrir leurs portes au grand public et ainsi transmettre leurs savoirs.

D’ailleurs, quel public cet évènement touche-t’il ? La moitié des personnes qui rendent visite aux start-ups ont moins de trente ans, et 30% d’entre eux ont entre 30 et 40 ans. Entrepreneurs, curieux, investisseurs, fans, famille : le public est mixte et l’évènement attire de nouvelles personnes chaque années !

A partir du 4 mai, les participants pourront s’inscrire sur le site ou via l’application mobile, et pourront dès lors visiter les start-ups aux dates et heures convenues. Attention : places limitées !

 

OuiShare

 

Start-up Assembly : une visée sociale

 

Outre le fait de transmettre et de partager leurs expériences auprès du grand public, les start-ups participent également pour RECRUTER. En effet, plus d’une entreprise sur deux qui ouvre ses portes recrute !

5,6 millions de chômeurs en France. Des milliers d’offres d’emplois sont à saisir dans les start-ups : une belle occasion de rencontrer les fondateurs et les équipes, et ainsi de se démarquer ! Une belle alternative au traditionnel envoi de CV par email…

Le chômage inversé ? Quézaco ? De nombreux emplois dans les start-ups ne trouvent pas preneurs, faute de candidats qualifiés ou de visibilité. Start-up Assembly permet la rencontre de personnes motivées et prêtent à se déplacer pour rencontrer des start-ups à la recherche de la perle rare !

Marc-Arthur Gauthey nous explique son point de vue sur ces rencontres :  » Il n’y a rien de plus précieux que de recevoir les conseils d’une personne qui a de l’expérience et qui vous raconte son parcours, ses réussites, ses erreurs. Or en fonction de nos études, de notre milieu social, nous n’avons pas tous le même réseau et je voulais que tout le monde ait l’opportunité de vivre cette expérience”.

Les partenaires sont d’ailleurs nombreux à soutenir cet évènement : Google, La Maif, Blablacar, Lengow ou encore l’AFIC.

 

iadvize

Les start-ups collaboratives jouent le jeu

 

En 2012, 40 start-ups ouvraient leurs portes à Paris uniquement et on comptait 1200 visiteurs. Cette année, plus de 1000 start-ups ouvrent leurs portes, et 15 000 visiteurs sont attendus dans toute la France.

Chaque semaine, des entrepreneurs trouvent des idées innovantes dans le secteur du collaboratif et nombre d’entre eux participent à l’événement cette année. Nous avons fait la sélection, rien que pour vous !

France Barter : L’échange inter-entreprise

Five By Five : agence innovation

Smart Angels : plateforme de crowdfunding

Okoni : Management de l’innovation

Iconity : Market place de location de vêtements

Trouve ton transport : place de marché communautaire pour demande de devis de transport

We Claim : Plateforme de mise en relations entre avocat et victime

Alsace digitale : Association des coworkers de la Plage Digitale

KWERK : espace de coworking

BlaBlaCar : plateforme de covoiturage

La Marchande.com : site de petites annonces entre amis

Azendoo : Application de gestion de tâches

Happy Capital : plateforme de crowdfunding

HopsWays : plateforme pour co-accompagner les trajets des enfants

Izinéo : site des activistes du bon temps

Mutum : plateforme de prêt

Costockage : Garde-meubles entre particuliers

Click & Boat : Location de bateau entre particuliers

La Cordée : Espace de coworking Lyon

aladom : Services à domicile

Hey Jeffrey : conciergerie par sms

JeLoueMoncampingCar.com : location de camping cars entre particuliers

Group’Union : espace de coworking Marseille

KANG : Partage de savoir-faire en ligne

La Ruche qui dit Oui! : Réseau de producteurs locaux et de consommateurs

Roomlala : Location de chambres chez l’habitant

Co-rider.fr : covoiturage aller-retour dédié aux sports de glisse

Welkeys : Marketplace pour trouver un concierge de confiance

Airbnb : Location de logement entre particuliers

www.laboiteaservices.com : Marketplace pour les prestations de services

PreppySport : Achat/ vente de matériel de sport

Fullmobs : Mobilisation citoyenne

VoulezVousDiner : Dîner chez l’habitant

Sweek : service d’échanges d’appartement urbain

Entrelac : Espace de coworking Annemassse

Ulule Site de financement participatif

SwitchAround.com : Service de logement entre étudiants

DOZ : Mise en relation de marketteurs

ZenWeShare : réputation en ligne

Colunching Déjeuner entre particuliers

Whaller : Réseau social personnel et professionnel

Digital Saint-Malo : Association d’entrepreneurs du numérique

My Pop Corner : Location d’espaces commerciaux éphémères

MyMajorCompany : Plateforme de financement participatif

Mobeye : Réseau d’enquêteurs

Weroom : recherche de colocations

WondrWorld : réseau social qui vous aide à réaliser vos rêves

ChezNous : site de petites annonces

Likibu : Comparateur de location de vacances

rentez-vous : site de rencontre belge

KWAALA : plateforme communautaire de location de matériel de voyage entre particuliers

ICI Montreuil : Structure collaborative et solidaire pour les créateurs

OptiMiam : OptiMiam a pour mission d’aider les commerces de proximité à vendre à temps leurs excédents alimentaires

Proxience : Société de service en logiciels libres spécialisée dans les outils de support à la recherche et au développement

OPTEOS : Plateforme d’entreprenariat collectif

Carfully : Location de voitures entre particuliers pour les vacances

La Ruche : Espace de Coworking Bordeaux

ocahoo : co-accompagnement des enfants dans leurs déplacements

MyEasyTrip : location de vacances entre particuliers

SUPERPROF : Cours particuliers chez professeur particulier

Drivy : location de voitures entre particuliers

Mon P’ti Voisinage : Réseau social de voisinage

Dividom : Crowdfunding immobilier

COCOURSE : Livraison à domicile

Mad(e) in TIC : Association de consom’acteurs

Le Collectionist: Location de villas de luxe

The Bubbles Company : Réseau de chargeur de smartphone

A little Market : Place de marché pour créateurs

Kiss Kiss Bank Bank : Plateforme de crowdfunding dédié à la créativité et à l’innovation

Jestocke.com :  Garde-meubles entre particuliers

SERVEXIA :  Mise en relation entre particuliers et professionnels des services à domicile et à la personne.

]]>
http://consocollaborative.com/5437-start-up-assembly-de-nombreuses-de-start-ups-collaboratives-pour-cette-4eme-edition.html/feed 0
JeLoueMonCampingCar.com à la conquête de l’Espagne ! http://consocollaborative.com/5406-jelouemoncampingcar-com-a-la-conquete-de-lespagne.html http://consocollaborative.com/5406-jelouemoncampingcar-com-a-la-conquete-de-lespagne.html#comments Thu, 23 Apr 2015 12:08:36 +0000 Pauline Trequesser http://consocollaborative.com/?p=5406 Nous vous avions déjà parlé de JeLoueMonCampingCar, start-up bordelaise, dans un article dédié à la mobilité en mai 2013. En l’espace de trois ans, cette start-up s’est imposée comme le leader français de la location de camping-cars et de vans aménagés entre particuliers. Déjà en 2013, Benoit Panel, co-fondateur, évoquait le projet principal de sa start-up: « D’ici à 2014 nous souhaiterions également ouvrir nos services dans d’autres pays ».  Après plusieurs mois de développement en France, le projet se concrétise enfin ! Petite start-up deviendra grande ! 
 

JeLoueMonCampingCar, tiers de confiance

La confiance est la maître-mot de JLMCC. Sa communauté le ressent et pour preuve : en bientôt 3 ans d’existence, le site a réussi à réunir la plus grande offre de véhicules de loisirs à louer en Europe, générant 30 000 jours de location. L’équipe s’amuse d’ailleurs à comparer ce chiffre à « 83 ans ou toute une vie de vacances rendue possible grâce à JeLoueMonCampingCar ».

Car, il est vrai, la start up a trouvé la formule gagnante pour instaurer un climat rassurant entre ses membres :  un partenaire assureur de qualité, la relation client au coeur du service et un intérêt particulier porté aux retours des utilisateurs.

 

logo-jlm-hd

 

Un développement sans précédent

L’équipe de JeLoueMonCampingCar peut être fière de constater son hyper-coissance de 266% sur l’année 2014. Et pour cause, sa récente levée de fonds, d’un montant de 550 000 euros, lui permet désormais d’avoir les moyens de ses ambitions ! Cette levée de fonds s’est réalisée auprès d’investisseurs privés de renom tels que les fondateurs de Blablacar, ou encore celui d’Entreparticuliers.com.

La start-up confirme aujourd’hui ses ambitions européennes. Premier stop : l’Espagne !

 

BENOIT_ADRIEN_PLAZAMAYOR

 

AlquilarMiAutoCaravana.com est né !

C’est sous le nom de AlquilarMiAutoCaravana.com que JLMCC se développera en Espagne, tout d’abord. Le concept ne change pas : l’idée est de permettre aux propriétaires de vans et camping- cars de rentabiliser leur véhicule en le louant à des particuliers lorsqu’ils ne l’utilisent pas.

L’ équipe s’est ajustée aux habitudes des consommateurs espagnols avec des horaires de standard adaptés à leur rythme de vie et l’utilisation d’un moyen de communication supplémentaire et très répandu dans le suivi client en Espagne, l’application WhatsApp.

Benoit Panel et Adrien Pinson, les deux fondateurs, expliquent ce premier choix :

 » La péninsule ibérique a un fort potentiel pour les vacances itinérantes grâce à la grande diversité de ses paysages, ses cultures régionales fortes et au climat qu’elle offre. On remarque aussi que la culture du caravaning est bien présente en Espagne car on y dénombre plus de 120 associations et clubs de camping-caristes. De plus, elle fait partie des 5 pays de l’Union Européenne les plus enclins au développe- ment de l’économie collaborative et 81% des 35-44 ans ont déjà utilisé ces services « .

Bonne route à cette start-up grandissante !

 

]]>
http://consocollaborative.com/5406-jelouemoncampingcar-com-a-la-conquete-de-lespagne.html/feed 0
Avec OuiDrive, passer le permis devient plus simple! http://consocollaborative.com/5206-avec-ouidrive-passer-le-permis-devient-plus-simple.html http://consocollaborative.com/5206-avec-ouidrive-passer-le-permis-devient-plus-simple.html#comments Mon, 13 Apr 2015 12:49:00 +0000 Samuel Roumeau http://consocollaborative.com/?p=5206 On y passe tous ou presque, chacun y laisse un peu de temps, beaucoup d’argent et rares sont ceux qui le réussissent du premier coup, j’ai nommé… le permis de conduire. Beaucoup de familles s’arrachent les cheveux face à ce passage obligé qui, avec le droit de vote, marque symboliquement le début de la vie d’adulte. Face à ce constat, Ouidrive propose une solution collaborative pour faciliter le passage du permis de conduire : mettre en relation jeunes élèves et conducteurs bénévoles expérimentés.

Un contexte tendu entre prix exorbitant et attente sans fin

 

Le permis de conduire est l’examen le plus passé en France. 1,5 millions de personnes se présentent chaque année les mains tremblantes pour décrocher le précieux sésame et seul 50% des candidats l’obtiennent du premier coup. A 1 200 euros le permis en moyenne – une heure de conduite coûtant entre 40 et 55 euros -, mieux vaut ne pas prendre trop d’heures supplémentaires. Un élève moyen prend 35h de conduite avant de réussir l’épreuve. Une semaine de travail à la mode Martine Aubry en somme. Le parcours peut être long et d’autant plus fastidieux que les temps d’attente sont parfois énormes entre deux tentatives. La conduite accompagnée est un premier pas qui permet d’abaisser le coût du permis et le passage de l’examen en étant plus serein. Néanmoins, un des problèmes soulevés est le manque de temps des proches qui bloquent ainsi un accompagnement régulier pour la conduite.Capture d’écran 2015-04-10 à 15.57.10

Une solution pour rendre la conduite accessible à tous.

 
Ouidrive a imaginé un projet collaboratif pour faciliter l’accès à la conduite pour tous. Comment? En mettant en relation des élèves avec des accompagnateurs bénévoles. L’association propose de mettre à la disposition des accompagnateurs motivés et désireux de vous faire partager leur expérience de la conduite. Formés par les moniteurs diplômés des auto-écoles partenaires, les « ouidrivers » sont là pour apporter écoute et conseil tout en assurant la sécurité des élèves et celle des autres usagers sur la route. Toute personne titulaire du permis de conduire (B) depuis 5 ans sans interruption (ayant suivi une formation de 4 heures en auto-école pour les voitures à double commande) peut devenir accompagnateur.

 10427334_373516332820336_8499472315265590491_n

 

Vous êtes jeune retraité et souhaitez rejoindre la communauté en faisant partager aux jeunes apprentis conducteurs votre expérience de la route ? Contribuez à rendre le passage du permis plus solidaire et innovant, OuiDrive vous attend !

]]>
http://consocollaborative.com/5206-avec-ouidrive-passer-le-permis-devient-plus-simple.html/feed 0
Le coworking: infographie d’un phénomène qui monte. http://consocollaborative.com/5370-le-coworking-infographie-dun-phenomene-qui-monte.html http://consocollaborative.com/5370-le-coworking-infographie-dun-phenomene-qui-monte.html#comments Thu, 09 Apr 2015 13:41:34 +0000 Samuel Roumeau http://consocollaborative.com/?p=5370 Le coworking est un phénomène qui monte. Incontestablement. Anne-Sophie Novel avait relayé cette tendance il y a neuf mois sur le blog Même pas Mal du journal Le Monde où figurait déjà la Carte du coworking qui s’est bien remplie depuis. 

Aujourd’hui, Bureaux à Partager vient  de réaliser une infographie éclairante sur la réalité de ces espaces de travail partagés en France. Bien plus que des espaces de travail, ces nouveaux lieux sont un bon prétexte pour organiser des évènements (3 espaces sur 4 en font au moins un par semaine), agrandir son réseau et démarrer de nouveaux projets (88% des espaces voient leurs coworkers travailler ensemble). Ils correspondent à une nouvelle façon de travailler, plus libre, plus distribuée et plus collaborative. Alors, déjà convaincus ou bientôt adeptes?

PastedGraphic-1

]]>
http://consocollaborative.com/5370-le-coworking-infographie-dun-phenomene-qui-monte.html/feed 2
Décathlon digitalise le Trocathlon ! http://consocollaborative.com/5346-decathlon-digitalise-le-trocathlon.html http://consocollaborative.com/5346-decathlon-digitalise-le-trocathlon.html#comments Thu, 02 Apr 2015 14:30:32 +0000 Pauline Trequesser http://consocollaborative.com/?p=5346 Course à pied, ski, danse, vélo… Vous adorez le sport, c’est un fait ! Les années passent, les goûts et les couleurs changent, alors, à quoi bon garder du matériel de sport que vous stockez dans votre grenier ou qui encombre vos armoires ? 
Sportif du dimanche ou de haut niveau, il va sans dire que Décathlon, l’entreprise française de distribution d’articles de sport et de loisir est identifiée et appréciée de tous : produits de qualité, prix doux, image de marque très positive et pour preuve, il s’agit de l’enseigne de sport préférée des Français ! Ce marquage dans l’esprit des français est aussi dû au célèbre Trocathlon mis en oeuvre par l’entreprise, depuis…1986 ! Déjà en avance sur son temps à cette époque, entreprise pionnière de l’économie collaborative, Décathlon se lance dans la digitalisation du Trocathlon ! Suivez le mouvement ! 
 
 
logo-trocathlon
 
 
 

Le Trocathlon : de 1986 à aujourd’hui

 

Depuis 1986, le célèbre Trocathlon permet aux particuliers de vendre ou d’acheter leurs articles de sport d’occasion qui ne sont plus utilisés. Ce dépôt vente qui fait le bonheur des sportifs a lieu deux fois par an durant une semaine, la troisième semaine du mois d’octobre et la troisième semaine du mois de mars. Cet évènement permet à tout un chacun de se faire le tri et de se débarrasser de son matériel pas utilisé ou peu utilisé, à des prix défiants toute concurrence. Grâce à l’initiative de Décathlon, il est désormais possible de s’équiper avec du bon matériel, à moindre coût : le sport est à la portée de tous.

Il y a quelques mois encore, il s’agissait de déposer son matériel sportif dans l’une des enseignes Décathlon participant à l’opération. Il y avait pour ce faire une mention  » Trouver le Trocathlon le plus proche de chez vous  » afin de faciliter les recherches des intéressés.

Sur place, lors du dépôt, une évaluation technique d’un spécialiste de l’enseigne est prévue et un prix est ensuite fixé et reporté sur un contrat de dépôt vente. La vente et la transaction sont effectuées par les spécialistes de Décathlon, sans frais de commission.  Une fois la transaction effectuée, des bons de réduction sont remis au vendeur, lui permettant d’acheter des produits neufs pendant six mois dans les magasins Décathlon.

En cas d’invendu, le matériel est à récupérer le lendemain de la date de clôture du Trocathlon.

 

La semaine du Trocathlon, operation organisee par les magasins Decathlon. Pendant une semaine, les particuliers peuvent vendre leur materiel d'occasion et beneficier de bons d'achat

 

 

Décathlon décrypte les freins des consommateurs

 

Consciente des freins que peut encore provoquer l’achat en ligne pour certains utilisateurs, Décathlon a pris le soin d’étudier sa démarche et surtout d’en informer les utilisateurs, afin de les rassurer.

Selon une étude de 2012, nous sommes 61% à trouver qu’il existe un large choix de produits en ligne comparé à l’offre en magasin et 58% des français préfèrent consommer sur Internet pour gagner du temps, trouver rapidement leurs produits sans être obligés de courir dans les magasins.

Cependant, les acheteurs et les vendeurs restent méfiants : impossibilité d’essayer les produits, frais de ports élevés, peur de se faire arnaquer, transactions financières non sécurisées…

A l’heure du digital, Décathlon souhaite proposer un nouveau service pour faciliter la vie de ses utilisateurs, en toute confiance !

 

Le Trocathlon prend le virage du digital !

 

Aujourd’hui, le célèbre Trocathlon prend un nouveau tournant et s’adapte à la révolution technologique qui est en marche en proposant un service gratuit à ses clients : un site de vente en ligne dédié au Trocathlon.

Calqué sur le modèle précédent, il est désormais possible de déposer son annonce sur le site www.trocathlon.fr, puis de bénéficier des conseils d’un expert en magasin et un contrôle gratuit du produit.

La digitalisation du Trocathlon permet avant tout de faciliter les recherches des clients (par prix, par sport) et donc de gagner beaucoup de temps.  En ce qui concerne le prix, un argus en temps réel est disponible pour guider le client. La transaction est sécurisée car le vendeur récupère son bon d’achat en magasin, toujours sans commission.

Au delà de la transaction, les parties prenantes se retrouvent dans un lieu neutre, à savoir un magasin Décathlon, cela permet de conserver les relations humaines et pourquoi pas, de trouver de nouveaux compagnons sportifs !

A vos marques, prêts, Trocathlonez !

 

infographie-decathlon-trocathlon

]]>
http://consocollaborative.com/5346-decathlon-digitalise-le-trocathlon.html/feed 0
Inspeer(ez), expirez : l’assurance collaborative est née ! http://consocollaborative.com/5305-inspeerez-expirez-lassurance-collaborative-est-nee.html http://consocollaborative.com/5305-inspeerez-expirez-lassurance-collaborative-est-nee.html#comments Tue, 24 Mar 2015 14:41:41 +0000 Pauline Trequesser http://consocollaborative.com/?p=5305 La franchise, vous connaissez ? Certainement, oui ! C’est la somme qui reste à payer par l’assuré quel que soit le sinistre. La plupart des assurances ont une franchise, et elle peut représenter plusieurs centaines d’euros. Les chiffres le prouvent : en moyenne, une franchise auto s’élève à 300 euros tandis qu’il faut prévoir 250 euros pour l’habitation. Les tarifs des assurances vont continuer à augmenter en 2015 : jusqu’a 2,5% pour l’assurance automobile et de 2,5 à 5% pour l’assurance habitation. Mais alors, comment me protéger en cas de sinistre, et surtout, comment être certain que mes proches seront protégés ? L’assurance collaborative, un service innovant et utile pour tous, fait son entrée sur le marché de l’assurance et compte bien le révolutionner ! 
 
Logo Inspeer - vf
 

Un service solidaire basé sur la réciprocité

L’idée d’Inspeer est simple (il fallait tout de même y penser !) et peut changer la vie de nombreux assurés : le site Inspeer permet de mutualiser ses franchises d’assurance dommage (automobile, habitation, moto) avec ses proches et ce, sans changer de contrat d’assurance.

L’utilisateur demande à ses proches de contribuer à sa franchise et ce dernier s’engage à contribuer de manière équivalente à la franchise de son proche en cas de sinistre : il s’agit là d’un intention de paiement.

Mais alors, c’est parti pour une galère administrative qui va durer des mois ? Et non, vous avez tout faux : le système ne nécessite aucune démarche auprès de son assureur.

L’utilisateur choisit les personnes avec qui il souhaite « mutualiser » sa franchise, et pour chacune d’entre-elles, il fixe un montant de participation réciproque en cas de sinistre. Lors d’un sinistre, il le déclare à son assureur puis il charge le justificatif sur le site. Inspeer se charge ensuite de la collecte auprès de ses partenaires et il n’a plus qu’à récupérer ses fonds.

 

IMG_5299

 

Une marche à suivre des plus simple

Le système Inspeer est très souple et fiable : une fois votre inscription faite sur le site, il vous suffit d’inviter les proches de votre choix sur le site, via les réseaux sociaux. Vous additionnez les partenaires jusqu’a couvrir complètement votre franchise.

Le plus ? Un algorithme développé par la start-up permet de comprendre la statistique de sinistralité de ses contrats. Le site vous présente un indicateur de risque qui représente votre probabilité statistique d’avoir un sinistre.

En cas de sinistre, que faire précisément ? Inspeer est un service qui intervient en complément d’une assurance traditionnelle et qui s’appuie sur une assurance classique pour fournir le service. Il est donc nécessaire, en premier lieu, de déclarer le sinistre à votre assureur puis de le déclarer ensuite sur le site Inspeer. Inspeer se charge ensuite d’avertir vos partenaires et de collecter les fonds (visible en temps réel sur le site) et il est possible de suivre le bilan de la collecte.

 

homepage inspeer

 

Inspeer : un impact positif pour vous et vos proches

Inspeer permet d’éviter les imprévus de trésorerie et permet de baisser les coûts d’assurance en augmentant la franchise.

Les assurés peuvent se couvrir dès le premier euro en s’appuyant sur une communauté responsable et solidaire. Les utilisateurs d’Inspeer peuvent baisser leurs coûts d’assurance  auprès des assureurs en faisant augmenter leur franchise. Pour certains, cela pourrait même permettre de souscrire à l’assurance dommage, assurance hors de leur budget jusqu’à présent.

A noter : les utilisateurs ne paient rien tant qu’aucun sinistre n’est déclaré par l’un des membres de son réseau. Inspeer prélèvera une commission de 10 % sur les sommes collectées.

Assurez-vous de vous inscrire sur www.inspeer.me !

]]>
http://consocollaborative.com/5305-inspeerez-expirez-lassurance-collaborative-est-nee.html/feed 3