ConsoCollaborative http://consocollaborative.com Tue, 24 Mar 2015 14:41:41 +0000 fr-FR hourly 1 Inspeer(ez), expirez : l’assurance collaborative est née ! http://consocollaborative.com/5305-inspeerez-expirez-lassurance-collaborative-est-nee.html http://consocollaborative.com/5305-inspeerez-expirez-lassurance-collaborative-est-nee.html#comments Tue, 24 Mar 2015 14:41:41 +0000 Pauline Trequesser http://consocollaborative.com/?p=5305 La franchise, vous connaissez ? Certainement, oui ! C’est la somme qui reste à payer par l’assuré quel que soit le sinistre. La plupart des assurances ont une franchise, et elle peut représenter plusieurs centaines d’euros. Les chiffres le prouvent : en moyenne, une franchise auto s’élève à 300 euros tandis qu’il faut prévoir 250 euros pour l’habitation. Les tarifs des assurances vont continuer à augmenter en 2015 : jusqu’a 2,5% pour l’assurance automobile et de 2,5 à 5% pour l’assurance habitation. Mais alors, comment me protéger en cas de sinistre, et surtout, comment être certain que mes proches seront protégés ? L’assurance collaborative, un service innovant et utile pour tous, fait son entrée sur le marché de l’assurance et compte bien le révolutionner ! 
 
Logo Inspeer - vf
 

Un service solidaire basé sur la réciprocité

L’idée d’Inspeer est simple (il fallait tout de même y penser !) et peut changer la vie de nombreux assurés : le site Inspeer permet de mutualiser ses franchises d’assurance dommage (automobile, habitation, moto) avec ses proches et ce, sans changer de contrat d’assurance.

L’utilisateur demande à ses proches de contribuer à sa franchise et ce dernier s’engage à contribuer de manière équivalente à la franchise de son proche en cas de sinistre : il s’agit là d’un intention de paiement.

Mais alors, c’est parti pour une galère administrative qui va durer des mois ? Et non, vous avez tout faux : le système ne nécessite aucune démarche auprès de son assureur.

L’utilisateur choisit les personnes avec qui il souhaite « mutualiser » sa franchise, et pour chacune d’entre-elles, il fixe un montant de participation réciproque en cas de sinistre. Lors d’un sinistre, il le déclare à son assureur puis il charge le justificatif sur le site. Inspeer se charge ensuite de la collecte auprès de ses partenaires et il n’a plus qu’à récupérer ses fonds.

 

IMG_5299

 

Une marche à suivre des plus simple

Le système Inspeer est très souple et fiable : une fois votre inscription faite sur le site, il vous suffit d’inviter les proches de votre choix sur le site, via les réseaux sociaux. Vous additionnez les partenaires jusqu’a couvrir complètement votre franchise.

Le plus ? Un algorithme développé par la start-up permet de comprendre la statistique de sinistralité de ses contrats. Le site vous présente un indicateur de risque qui représente votre probabilité statistique d’avoir un sinistre.

En cas de sinistre, que faire précisément ? Inspeer est un service qui intervient en complément d’une assurance traditionnelle et qui s’appuie sur une assurance classique pour fournir le service. Il est donc nécessaire, en premier lieu, de déclarer le sinistre à votre assureur puis de le déclarer ensuite sur le site Inspeer. Inspeer se charge ensuite d’avertir vos partenaires et de collecter les fonds (visible en temps réel sur le site) et il est possible de suivre le bilan de la collecte.

 

homepage inspeer

 

Inspeer : un impact positif pour vous et vos proches

Inspeer permet d’éviter les imprévus de trésorerie et permet de baisser les coûts d’assurance en augmentant la franchise.

Les assurés peuvent se couvrir dès le premier euro en s’appuyant sur une communauté responsable et solidaire. Les utilisateurs d’Inspeer peuvent baisser leurs coûts d’assurance  auprès des assureurs en faisant augmenter leur franchise. Pour certains, cela pourrait même permettre de souscrire à l’assurance dommage, assurance hors de leur budget jusqu’à présent.

A noter : les utilisateurs ne paient rien tant qu’aucun sinistre n’est déclaré par l’un des membres de son réseau. Inspeer prélèvera une commission de 10 % sur les sommes collectées.

Assurez-vous de vous inscrire sur www.inspeer.me !

]]>
http://consocollaborative.com/5305-inspeerez-expirez-lassurance-collaborative-est-nee.html/feed 0
Entre Drivy et Bosch Car Service, ça roule! http://consocollaborative.com/5307-entre-drivy-et-bosch-car-service-ca-roule.html http://consocollaborative.com/5307-entre-drivy-et-bosch-car-service-ca-roule.html#comments Thu, 19 Mar 2015 14:57:11 +0000 Samuel Roumeau http://consocollaborative.com/?p=5307 Drivy, startup de la location de voiture entre particuliers, et Bosch Car Service, réseau international de réparation et d’entretien multimarques, officialisent leur partenariat. La nouvelle s’inscrit dans une tendance lourde de rapprochement entre des startups de l’économie collaborative et des entreprises plus « classiques ». L’idée est d’exploiter la complémentarité des services proposés par chacun des deux groupes au bénéfice de l’usager. 

Un partenariat gagnant-gagnant

 

Les 20 000 propriétaires Drivy choisissant d’entretenir leur véhicule dans les enseignes Bosch Car Service participant à l’opération bénéficieront d’une réduction de 20% sur les pièces, ainsi que des conseils de la part des professionnels du réseau (pneumatiques, vidange, conduite économique…)

image001

Les adhérents Bosch Car Service, pour leur part, pourront proposer les véhicules de leur parc à la location sur Drivy, profitant ainsi d’une nouvelle opportunité de diversification et de croissance de leur activité.

bosch_car_care_center

Pour Paulin Dementhon, président et fondateur de Drivy, “ce partenariat signale l’ouverture de notre plateforme aux véhicules de professionnels au côté de ceux des particuliers. En outre, la sécurité de nos locataires étant la première de nos préoccupations, cette collaboration avec un réseau d’une telle qualité était une vraie nécessité”.

Et pour Denis Regard, Directeur Commercial Pièces et Services, “En nous rapprochant de Drivy, acteur de la nouvelle mobilité, nous souhaitons renforcer la stratégie de diversification de notre Réseau Bosch Car Service. En effet, grâce à ce partenariat, nos adhérents auront d’une part l’opportunité d’avoir une nouvelle source de revenus, en proposant leurs véhicules non utilisés de leur parc à la location. Mais ils pourront également augmenter de façon notable leur portefeuille clients par le biais des propriétaires Drivy choisissant d’entretenir leur véhicule dans l’un de leurs établissements, ce qui représente près de 20 000 véhicules supplémentaires”.

Un garage précurseur et une évolution vers le B2C

 

Drivy a le premier cherché à contacter Bosch pour établir un partenariat. La volonté de la startup est de s’associer avec des professionnels de l’automobile afin d’asseoir son image, en particulier sur le thème de la sécurité et de la qualité du service, érigés en priorités. Le partenariat avec Bosch permet de faire en sorte que les voitures louées sur Drivy soient bien entretenues.

A noter que des adhérents de Bosch Car Service étaient déjà présents sur Drivy, à l’instar de Christel et Gérard Vedel, un couple de garagistes implantés à Espaly-Saint-Marcel (43). “Sur la vingtaine de véhicules de courtoisie que nous détenons, huit sont loués sur Drivy depuis un an car il s’agit d’une activité de complément très appréciable et sans engagement. Nous n’avons même pas à nous inquiéter des questions d’assurance, entièrement prises en charge par le site, explique d’ailleurs Christel. Nous sommes situés en zone rurale et notre clientèle est essentiellement touristique, même si nous louons aussi des voitures à des jeunes des environs sans véhicule personnel. La demande est régulière malgré des pics saisonniers mais nous louons autant le week-end qu’en semaine”.

Drivy s’oriente non plus exclusivement sur un modèle de particulier à particulier mais fait également appel à des professionnels pour mettre à disposition des voitures. Il peut s’agir de garages indépendants ou de gérants de parking qui cherchent à optimiser leur flotte de véhicules, avec comme objectif de mettre à disposition une voiture le plus proche possible d’un usager qui en aurait besoin.  Si le partenariat avec Bosch est une première pierre, d’autres devraient suivre prochainement, avec des grands groupes mais aussi avec des petits acteurs qui utiliseront la location sur Drivy comme une source de revenus complémentaire à leur activité.

]]>
http://consocollaborative.com/5307-entre-drivy-et-bosch-car-service-ca-roule.html/feed 0
ShaRevolution : les résultats attendus d’une étude sur la consommation collaborative http://consocollaborative.com/5264-sharevolution-les-resultats-attendus-dune-etude-sur-la-consommation-collaborative.html http://consocollaborative.com/5264-sharevolution-les-resultats-attendus-dune-etude-sur-la-consommation-collaborative.html#comments Wed, 04 Mar 2015 13:30:56 +0000 Pauline Trequesser http://consocollaborative.com/?p=5264 Vous n’êtes pas sans savoir que votre voisine s’approvisionne principalement en passant par des systèmes locaux collaboratifs, que votre cousin ne dort plus à l’hôtel mais chez l’habitant ou encore que votre meilleur ami se déplace en covoiturage, au lieu d’être seul dans sa voiture. La consommation collaborative bouleverse les habitudes de consommation des français, et l’émergence des plateformes collaborative en est la preuve. Cet engouement suscite beaucoup de questions, tant par les consommateurs, que par les entreprises et par les institutions : ces modèles économiques sont-ils durables ? Comment évolueront ces pratiques dans les années à venir ? Depuis un an, La FING et OuiShare s’attèlent à étudier les pratiques des français dans la consommation collaborative, et diffusent aujourd’hui les résultats de cette étude tant attendue. Mais alors, quelles opportunités pour les organisations de demain ? 

 

Qui se cache derrière ShaRevolution ?

Pendant un an, la Fondation Internet Nouvelle Génération (Fing) et OuiShare se sont associés pour mener la première étude indépendante sur les pratiques des Français dans la consommation collaborative.

Depuis 2000, la FING explore le potentiel transformateur des technologies en faisant travailler ensemble grandes entreprises et startups, chercheurs et innovateurs sociaux, utilisateurs et professionnels, acteurs publics et privés. Il était naturel d’associer la FING et OuiShare, think thank – do thank et communauté internationale qui oeuvre pour l’émergence d’une société plus collaborative, afin de mener à bien cette étude.

Logo ShaRevolution

ShaRevolution : une cartographie des modèles désormais disponible

Qu’est-ce que ShaRevolution concrètement ?  Il s’agit d’une expédition qui propose une cartographie des modèles de consommation collaborative, analyse les comportements et les motivations des consommateurs, et invite surtout les organisations de demain à s’engager sur de nouvelles pistes.

Dans son ouvrage référence intitulé What’s Mine in yours,  Rachel Botsman proposait déjà une définition de la consommation collaborative en 2010 :

La consommation collaborative est un modèle économique favorisant l’usage sur la possession et permettant d’optimiser les ressources via le partage, le troc, la revente, la location, le prêt ou le don de biens et services.

Face à la diversité des usages et à l’évolution de ce modèle, Sharevolution propose, cinq ans après, une lecture cartographié des différents modèles.

Capture d’écran 2015-03-04 à 14.18.02

 

Une étude vouée à analyser les comportements des consommateurs 

C’est grâce à plus de 2000 usagers de services de consommation collaborative que ShaRevolution a constitué une infographie qui analyse en profondeur le profil, les motivations et les usages de ces derniers.

Les chiffres clés qui ressortent de l’étude  » Je partage ! et vous ? » sont parlants. On sait désormais que 52 % des usagers pensent que l’économie collaborative sera aussi importante que l’économie traditionnelle dans le futur, que 92% des sondés ont déjà acheté ou revendu un objet d’occasion, que 33% pratiquent les circuits courts (AMAP et autres) ou encore que 20% ont expérimenté l’échange de services entre particuliers.

Il en ressort également que 74% des sondés cite « la recherche de sens » dans leur consommation, même si les raisons économiques priment pour 75% d’entre eux.

Selon Arthur De Grave, connector OuiShare, “l’étude a permis de faire émerger quatre profils type de consommateurs en fonction de leurs motivations. Les Pragmatiques qui cherchent avant tout le caractère pratique de la consommation collaborative. Les engagés, qui trouvent dans un supplément d’âme dans cette forme de consommation. Les opportunistes, qui ont avant tout recours pour des raisons économiques. Enfin, il y a les sceptiques, qui ont essayé le collaboratif par simple curiosité et n’ont pas été convaincus.”

 

Capture d’écran 2015-03-04 à 13.56.07

 

Quelles opportunités pour demain ?

Grâce à cette étude, ShaRevolution a pu formuler cinq scénarios prospectifs :

  • La consommation collaborative va se couper en deux branches. Ceux qui vont peu à peu intégrer les valeurs de l’ESS (économie sociale et solidaire) afin d’apporter des réponses aux enjeux sociétaux, et ceux qui garderont dans leur ADN les valeurs du capitalisme traditionnel.
  • Des hubs de partage physiques et numériques vont voir le jour pour outiller et faciliter les pratiques de partage sur les territoires, invitant les entreprises traditionnelles à revoir leurs modèles de revenus. 
  • De plus en plus d’objets vont être conçus directement pour être partagés et en faciliter la circulation, ce qui va entrainer de nouvelles spécificités dans les cahiers des charges industriels et des opportunités nouvelles dans l’économie des services.
  • Le second temps du développement de la consommation collaborative va tendre à une consommation de plus en plus coopérative et accompagner l’émergence de modèles de gouvernance, de gestion et de valeur partagées.
  • Les usages collaboratifs des jeunes vont se diffuser à mesure qu’ils entrent dans la vie active et citoyenne, de sorte que les services et les politiques qui leurs sont destinés vont s’en imprégner de plus en plus rapidement.

ShaRevolution a été rendu possible grâce à de nombreux partenaires : l’ADEME, Bouygues Immobilier, Bouygues Construction, EDF, Orange, Renault et la Région Nord-Pas de Calais. La diversité de ces partenaires prouvent d’ores et déjà que de nombreuses opportunités sont à venir pour la consommation collaborative…

Pour aller plus loin…

 

 

Retrouvez également différentes analyses sur le magazine de la communauté OuiShare et participez à la troisième édition du OuiShare Fest les 20, 21 et 22 mai à Paris.

]]>
http://consocollaborative.com/5264-sharevolution-les-resultats-attendus-dune-etude-sur-la-consommation-collaborative.html/feed 0
L’hébergement innovant entre particulier : faites le grand saut avec Trampolinn ! http://consocollaborative.com/5241-lhebergement-innovant-entre-particulier-faites-le-grand-saut-avec-trampolinn.html http://consocollaborative.com/5241-lhebergement-innovant-entre-particulier-faites-le-grand-saut-avec-trampolinn.html#comments Wed, 25 Feb 2015 08:57:23 +0000 Pauline Trequesser http://consocollaborative.com/?p=5241 Votre budget vacances est souvent limité ? Vous cherchez une solution pour éviter de mettre tout ce budget dans un logement à défaut de l’utiliser pour les excursions, visites ou restaurants ? A mi-chemin entre Air bnb et Couchsurfing, Trampolinn fait partie des plateformes d’échanges de logement entre particuliers qui proposent un service innovant pour voyager malin !  Vous l’aurez compris, le marché du logement de vacances est en pleine mutation. Il est désormais possible de se loger gratuitement et en créant du lien, tout en se faisant plaisir sur les à-côtés. Les vacances, c’est fait pour ça non ? 
 
 
ban_5_fr
 

Une offre complète qui séduit déjà…

Créée en 2014 par Hugo Allary et Sébastien Claeys, cette plateforme communautaire propose aujourd’hui des logements dans plus de 130 pays et 2500 villes à travers le monde, soit environ 10 500 logements disponibles (maisons, appartements, chambres).

L’idée est survenue en 2009, lorsque Hugo se lance dans un tour du monde et traverse plus de 50 pays en vélo : ce dernier connaît durant ces quelques mois l’hospitalité des locaux pendant son voyage et il lui vient naturellement l’idée de créer une communauté ou les voyageurs seraient à la fois des hôtes et des invités.

Logement entier, chambre privée, chambre partagée ou encore canapé, l’offre de Trampolinn séduit d’ores et déjà de nombreux vacanciers : la nouvelle plateforme vient de dépasser les 22 000 membres seulement dix mois après son lancement. Trampolinn permet de se loger gratuitement, et ce, partout dans le monde.

 

hugo_seb_foto

Une plateforme qui n’a pas à rougir devant les « grands » du secteur

La nouvelle plateforme communautaire n’a rien a envier à celles qui ont vues le jour ces dernières années, car elle propose des améliorations et de nouvelles fonctionnalités, ce qui fait d’elle un acteur clé du marché de l’échange de logement entre particuliers.

En effet, l’atout principal et économique de ce service est sa gratuité : grâce à un système de points innovant, les voyageurs n’ont pas a débourser un centime pour se loger ! Le principe est simple : les membres sont des hôtes et des invités à la fois. Pour commencer à voyager, il suffit de s’inscrire et dès lors, plusieurs nuits sont offertes au nouveau membre. Il gagne ensuite des points quand il héberge un autre membre de la communauté. Le membre peut ensuite échanger ses points contre des nuits dans la ville et à la date de son choix. Les échanges sont non réciproques et les dates sont flexibles, ce qui facilite les voyages et leur organisation !

 

IMG_6007

 

Un réseau social « économique » !

Le concept Trampolinn est né d’un besoin, et il permet avant tout de rencontrer des personnes partageant les mêmes hobbies et les mêmes activités. Il est certain que le volet économique rentre aussi en ligne de compte pour les membres. Le budget logement lors des vacances est le plus coûteux : Trampolinn permet aux vacanciers de transformer leur budget logement en un budget plaisir !

Hugo Allary, co-fondateur et CEO de Trampolinn, affirme :  » Nous sommes en train d’observer un changement de comportement des personnes qui souhaitent partir en voyage. Depuis le début de la crise économique 1 famille sur 2 ne peut plus se permettre de voyager. En donnant la possibilité à nos membres de se loger gratuitement chez des locaux, ils peuvent économiser environ 70% de leur budget vacances « .

Devenez membre de la plateforme par ici : https://trampolinn.com

 

 

]]>
http://consocollaborative.com/5241-lhebergement-innovant-entre-particulier-faites-le-grand-saut-avec-trampolinn.html/feed 2
Payname investit dans le cobanking. http://consocollaborative.com/5210-payname-investit-dans-le-co-banking.html http://consocollaborative.com/5210-payname-investit-dans-le-co-banking.html#comments Wed, 18 Feb 2015 11:21:20 +0000 Samuel Roumeau http://consocollaborative.com/?p=5210 Le service proposé par Payname part d’un constat simple : aujourd’hui, les banques s’essoufflent et ne donnent pas entière satisfaction à leur clients. Les chiffres le confirment : 45% des français ont une mauvaise image des banques, seulement 30% leur font confiance et 25% estiment qu’elles acceptent de prendre des risques pour les aider. Avec l’essor de la consommation collaborative, Payname permet aux consommateurs de sécuriser leurs transactions en ligne tout en bénéficiant de services complémentaires : le cobanking est né. 

Le cobanking propose un nouveau deal

Dans le changement de paradigme que propose Payname, la confiance et l’efficience sont au coeur des préoccupations des consommateurs. Initialement, Eric Charpentier, le fondateur, souhaitait créer un site de jobbing accouplé à une solution de paiement. Il s’est vite rendu compte que la question du paiement était suffisamment importante pour en faire une plateforme dédiée, d’autant plus qu’elle demande une grande technicité.

cobanking_600_80_payname-1

On assiste aujourd’hui à une explosion des échanges entre particuliers qui achètent et vendent des produits d’occasions, proposent et achètent des services à domicile. Néanmoins, les questions de confiance et de sécurité tendent à freiner certains utilisateurs dans leurs pratiques collaboratives. C’est à ce besoin que Payname tente de répondre, en ôtant la question du paiement de la tête des consommateurs collaboratifs. Initialement, Payname a développé un service pour déclarer, assurer et payer les services entre particuliers de façon simple et intuitive. Si vous employez une personne pour faire votre repassage, elle sera payée et déclarée le soir même. Le site permet aussi de payer seulement à la réception d’un produit lorsque vous le commandez sur Le Bon Coin par exemple, ainsi plus de crainte de payer avant de recevoir votre vélo ou votre téléphone.

 

Une multitude de services sécurisés autour des transactions en ligne

Payname a développé tout une série de services pour faciliter les transactions d’argent (voir l’infographie ici). Par exemple, il est possible de payer en trois fois sans frais pour les achats d’occasion. Ce nouveau service n’est désormais plus seulement offert par les grandes marques de distribution mais peut vous être utile pour faire durer les objets plus longtemps. D’autres fonctionnalités intéressantes permettent de financer ses propres projets avec l’appui d’une communauté, d’échanger de l’argent avec ses proches, de prêter son argent sans intermédiaire (très prochainement), ou encore de fédérer une communauté de cobanqueurs solidaires et indépendants.

payname

L’idée n’est pas tant d’opérer une concurrence frontale avec les acteurs traditionnels que de répondre à un besoin grâce à des services complémentaires. Comme le souligne Eric Charpentier : « Nous nous adaptons aux nouveaux usages des consommateurs qui aujourd’hui consomment dans des magasins traditionnels mais gagnent aussi de l’argent en proposant leurs biens et leurs services. On parle alors d’économie de partage. Le cobanking représente notre vision du financement dans cette nouvelle économie en plein développement ».

 

]]>
http://consocollaborative.com/5210-payname-investit-dans-le-co-banking.html/feed 0
Zenpark annonce une levée de fonds de 1,6 millions d’euros http://consocollaborative.com/5164-zenpark-annonce-une-levee-de-fonds-de-16-millions-deuros.html http://consocollaborative.com/5164-zenpark-annonce-une-levee-de-fonds-de-16-millions-deuros.html#comments Fri, 23 Jan 2015 15:29:34 +0000 Pauline Trequesser http://consocollaborative.com/?p=5164 Comme chaque matin, vous vous rendez au travail en voiture. Le samedi soir, vous rejoignez des amis pour dîner. Si près du but…et non ! Les places non payantes sont toutes prises et se font rares, les parkings payants sont complets, et on veut éviter l’amende qui fait si mal au coeur…Vous en avez marre de tournez en rond ? Zenpark, le premier opérateur de parkings partagés en France, vous garde une place, rien que pour vous ! A noter : la recherche de places de stationnement dans les villes est responsable de 30% du trafic automobile, ce qui représente près de 20% des émissions de CO2. Simplifiez-vous la vie ! 
 

Zenpark - Paris_150121

 

Optimisation : le maître mot de Zenpark !

Le principe du service est simple : Zenpark passe des accords avec les bailleurs sociaux, hôtels, supermarchés, exploitants et administrations pour optimiser l’utilisation de leurs places de parking libres et permettre à tout automobiliste membre du service Zenpark d’accéder à ce réseau de parkings partagés.

Mais comment ce service fonctionne t-il ? Rien de plus simple : l’application mobile Zenpark permet de réserver une place de parking, d’entrer dans le parking et de régler son stationnement directement par carte bancaire. L’inscription sur zenpark.com est gratuite, sans engagement, et le principe « on partage la place, on partage les coûts » permet d’abaisser considérablement les tarifs pratiqués.

 

Un service qui a déjà fait ses preuves

La start-up connait une forte croissance de plus de 40% par mois depuis deux ans. Et pour cause, le développement de Zenpark dans la capitale est impressionnant : déjà plus de quarante parkings partagés à Paris ! (Retrouvez la liste des parkings sur le site)

Ce service permet d’une part, d’apporter un peu de sérénité au trafic urbain et d’autre part, apporte une réponse efficace aux politiques de suppression massive des places de stationnement dans les rues et des augmentations de tarifs.

L’objectif de Zenpark est de développer son réseau de partenaires dans toute la France : la start-up a déjà noué de nombreux partenariats avec des sociétés mettant leurs parkings à disposition, et ne compte pas s’arrêter en si bon chemin ! Zenpark souhaite donc déployer son service au niveau national, en commençant par le grand Paris puis par les grandes villes de France.

Zenpark - Parking_150121

 

Levée de fonds : l’avenir est au beau fixe pour Zenpark !

Zenpark a annoncé ce mercredi une deuxième levée de fonds de 1,6 millions d’euros auprès des fonds d’investissement Demeter Partners et Nestadio Capital, avec la participation du fonds déjà associé Pole Capital.

Cette start-up en plein essor propose un offre qui séduit les sociétés souhaitant rentabiliser leurs parkings dont les places sont souvent libres.

Zenpark s’inscrit parfaitement dans le secteur de la mobilité partagée, étant la suite logique du développement de l’autopartage ou du covoiturage, en perpétuelle évolution depuis plusieurs mois.

La mobilité partagée a de beaux jours devant elle !

 

 

]]>
http://consocollaborative.com/5164-zenpark-annonce-une-levee-de-fonds-de-16-millions-deuros.html/feed 0
Touscuistots.fr, ce n’est pas de la tarte! http://consocollaborative.com/5126-touscuistots-fr-ce-nest-pas-de-la-tarte.html http://consocollaborative.com/5126-touscuistots-fr-ce-nest-pas-de-la-tarte.html#comments Tue, 20 Jan 2015 09:59:13 +0000 Pauline Trequesser http://consocollaborative.com/?p=5126 Vous avez peur d’empoisonner votre entourage lorsque vous vous aventurez dans la cuisine ? Vous ne comptez pas vos heures de travail et vous n’avez pas le temps de mijoter des petits plats au quotidien ? Ou tout simplement…vous saturez des pizzas et des pâtes ? Touscuistots.fr vole au secours des gourmands en détresse, en les mettant en relation avec des cuisiniers amateurs ou professionnels, grâce à un site internet. Le repas doit redevenir un moment de convivialité et non une nécessité ou une corvée !
 
post-it-map
 
 

Touscuistots.fr, une histoire de voisins !

 

L’idée de Touscuistots.fr est révolutionnaire : le site permet à des cuistots amateurs ou professionnels de vendre leurs plats cuisinés à des personnes qui ne savent pas cuisiner ou qui manquent cruellement de temps pour se faire de bons petits plats…mais pas n’importe lesquels ! Ces petits plats sont réalisés avec amour mais surtout avec des produits frais, pour pallier les surgelés et autres plats préparés « sans charme et souvent décevants » nous confie l’équipe de Touscuistots.fr.

Il y a toujours un voisin prêt à vous aider, alors pourquoi ne pas acheter un plat préparé par ses soins ?

Les cuistots peuvent faire profiter de leurs recettes et en tirer des revenus ! Cela permet aux cuistots de partager leur savoir-faire culinaire, et cela créer forcément du lien : finies les discussions autour de la pluie et du beau temps, parlons plutôt cuisine !

Flyer recto 1 Mars 2013l TousCuistots.fr

 

Cuisine entre particuliers : la simplicité avant tout !

 

Une idée ingénieuse, c’est bien, la simplicité d’utilisation, c’est encore mieux ! Touscuistots.fr a misé sur un site simple et intuitif : succès garanti.

Le cuisinier concocte ses petits plats, se connecte gratuitement sur le site Touscuistots.fr et met ses plats en vente en précisant le nombre de parts, les ingrédients qu’il a utilisé, les heures de retraits, le prix de vente et biensûr, une photo !

Le gourmand voit l’annonce, commande le nombre de parts et indique son heure de retrait directement en ligne : il reçoit ensuite un SMS de confirmation de la commande. Il n’a plus qu’a récupérer sa commande prête et emballée. Il est ensuite possible (et recommandé) de noter le petit plat préparé par son cuistot !

Le plus : une carte est disponible sur le site avec la localisation des cuistots actifs situés sur votre itinéraire bureau – maison.

 

PAdrien en cuistot

 

Pourquoi participer à cette aventure culinaire ?

 

Touscuistot.fr, c’est une aventure qui a débuté en 2011, et c’est aujourd’hui un site internet prêt à l’emploi ! Pour cette nouvelle année, l’équipe souhaite se concentrer sur le développement de l’application Iphone et Android,  et souhaite également multiplier les opérations sur le terrain. Ils commencent aussi à rendre visite aux cuistots et à les prendre en photo afin de rassurer les gourmands !

Alors n’hésitez plus et inscrivez-vous. En participant à l’aventure Touscuistots.fr, vous aurez le beurre, l’argent du beurre, et…le sourire de la crémière !

]]>
http://consocollaborative.com/5126-touscuistots-fr-ce-nest-pas-de-la-tarte.html/feed 2
BlaBlaCar part à la conquête de l’Inde ! http://consocollaborative.com/5116-blablacar-part-a-la-conquete-de-linde.html http://consocollaborative.com/5116-blablacar-part-a-la-conquete-de-linde.html#comments Wed, 14 Jan 2015 19:40:32 +0000 Edwin Mootoosamy http://consocollaborative.com/?p=5116 Neuf ans après avoir lancé le site de covoiturage BlaBlaCar, Frédéric Mazzella a annoncé hier le lancement du service en Inde ! Pour en savoir plus sur cette nouvelle étape de l’aventure c’est par ici :

 

]]>
http://consocollaborative.com/5116-blablacar-part-a-la-conquete-de-linde.html/feed 0
Makerbox, le cadeau à faire soi-même // Interview avec Matthieu Vergote, co-fondateur. http://consocollaborative.com/5092-makerbox-le-cadeau-a-faire-soi-meme-interview-avec-matthieu-vergote-co-fondateur.html http://consocollaborative.com/5092-makerbox-le-cadeau-a-faire-soi-meme-interview-avec-matthieu-vergote-co-fondateur.html#comments Fri, 09 Jan 2015 09:36:36 +0000 Samuel Roumeau http://consocollaborative.com/?p=5092 Makers, Fablabs, Do It Yourself, hackerspaces, imprimantes 3D… tout ces termes sonnent peut-être comme un sacré charabia dans le creux de vos oreilles. Eh bien justement, le projet MakerBox vous simplifie la vie et vous incite à franchir le pas d’un atelier pour apprendre à fabriquer par vous-même. Il paraît que c’est utile, responsable, enrichissant et même rigolo. Vous êtes curieux d’en savoir plus? Nous aussi! Alors posons quelques questions à Matthieu Vergote, l’un des trois fondateurs du projet en charge de MakerBox chez Usbek & Rica. 

Pour nos lecteurs peu familiers de la langue de Shakespeare, un maker, c’est quoi au juste ?

 
Un maker c’est quelqu’un qui fait avec ses mains : menuiserie, couture, etc., mais aussi électronique ou code informatique. Le maker, c’est le bidouilleur, le bricoleur des temps modernes, qui dope les savoir-faire traditionnels par des outils et une culture numérique.  Bien souvent, les makers se retrouvent dans des ateliers de fabrication numérique (autrement appelés fablab) pour avoir accès à des machines à outils « classiques » (perceuses, fer à souder, etc.) et des machines à commandes numériques comme les imprimantes 3D dont on entend beaucoup parler.

Littéralement, une makerbox serait une « boîte pour faire », tu confirmes ?

 
Une boîte pour apprendre à faire plus exactement. Notre box à une vocation pédagogique. Ce n’est pas de la consommation déguisée. L’idée est de proposer une expérience d’apprentissage d’une (ou plusieurs) techniques au travers d’un objet : le fraisage numérique par la fabrication d’un skateboard, la sérigraphie par la fabrication d’un T-Shirt, etc. Plus concrètement, dans une box à 119 euros par exemple, vous allez pouvoir choisir entre tel et tel objet que vous souhaitez apprendre à fabriquer. Une fois votre choix fait, vous n’avez plus qu’à aller dans un atelier partenaire. Tout est compris : l’accès aux machines, la matière première et l’accompagnement par une personne qualifiée.

Vous êtes trois sur ce projet, quelle est votre vision de la société derrière la makerbox ?

 
Une société où la vérité et la sincérité prime. Victor Papanek, un célèbre designer a écrit un livre de référence dans les années 70 : « Design pour un monde réel ». C’est ça aussi le message que nous voulons véhiculer. Le design, la méthode de fabrication d’un objet dit beaucoup de chose du créateur qu’il y a derrière, des matières premières utilisées, bref, de la réalité du monde associé. C’est un vecteur de culture et de compréhension du monde très puissant. C’est là tout l’intérêt du mouvement des makers. Quoi de mieux que de faire par soi même pour se forger une culture générale de l’objet, du design ? Modestement, avec MakerBox, nous voulons accompagner ce mouvement en poussant le plus grand nombre à passer la porte de l’atelier.

Untitled

Que penses tu de l’objectif de Barcelone, « produire 100% de l’énergie et 50% des biens de consommation localement via le réseau de Fablabs d’ici 2020 » ?

 
C’est un objectif très ambitieux que l’on ne peut que saluer. C’est bien qu’il y ait des politiques volontaristes sur la question. Ca montre l’énergie qu’il y derrière le mouvement. La volonté d’autonomie et de relocalisation de la production peut être assouvie par l’expansion massive de lieux de productions distribuées comme les Fablabs.

Tu nous dis que la makerbox sert à franchir les portes des ateliers, mais elles sont où ces portes en France ?

 
C’est un mouvement en pleine expansion, en pleine structuration. On trouve naturellement des fablab dans les centres urbains comme à Paris, Grenoble, ou Nantes. Mais le mouvement ne s’adresse pas qu’à quelques « bobos » urbains. Il y a aussi des fablab dans des zones rurales comme I Wood qui est situé dans un village d’Alsace ou le 8 FabLab à Crest dans la Drome. L’éclosion de ce type de lieu, que ce soit en ville ou ailleurs, a notamment été favorisée par différents appels à projets de l’état ou de collectivités territoriales. Globalement, la dynamique ne semble pas prête de s’arrêter.

MB_video_packs

Usbek & Rica, à l’origine du projet, est le magazine du futur : mais dès aujourd’hui comment se porte le mouvement des makers ?

 
C’est un mouvement relativement neuf, qui est très dynamique. Des personnes engagées, qui croient mordicus en leur projet, sont aux manettes pour faire avancer le sujet. Bien sûr, la démocratisation et l’expansion du mouvement ne se fera pas sans à-coups, mais l’énergie à long terme paiera. Pour notre part, nous sommes persuadés que MakerBox a un rôle important à jouer dans le développement de ce mouvement. En étant en carrefour des lieux de fabrication, des designers et du grand public, nous avons la capacité à fédérer tout le monde autour d’un enjeu commun : démocratiser l’accès à la fabrication personnelle.

Vous avez lancé une campagne de crowdfunding et je crois savoir que vous avez besoin d’un dernier coup de pouce pour atteindre votre objectif ?

 
Oui, tout a fait ! Nous avons souhaité mettre le projet entre les mains de ce qui feront ou non le succès du projet. Vraisemblablement, la dynamique est positive puisque nous avons déjà collectés 70% de la somme espérée. Mais pour aller au bout, nous avons besoin du soutien de tous pour ces 14 derniers jours de campagne ! N’hésitez pas à aller faire un tour sur la page du projet et nous soutenir !

 

]]>
http://consocollaborative.com/5092-makerbox-le-cadeau-a-faire-soi-meme-interview-avec-matthieu-vergote-co-fondateur.html/feed 0
ShareVoisins, la solution de partage pratique et anti-crise ! http://consocollaborative.com/5053-sharevoisins-la-solution-de-partage-pratique-et-anti-crise.html http://consocollaborative.com/5053-sharevoisins-la-solution-de-partage-pratique-et-anti-crise.html#comments Tue, 06 Jan 2015 14:57:53 +0000 Pauline Trequesser http://consocollaborative.com/?p=5053 Avez-vous déjà demandé un marteau à l’un de vos voisins lorsque vous souhaitiez accrocher un cadre dans votre séjour ? Ou encore emprunté un appareil à raclette car vous n’en aviez pas un à disposition chez vous? L’idée est simple et part d’un constat encore plus simple : le partage entre voisins peut vous faciliter la vie et peut vous permettre de réaliser de nombreuses économies ! Et pour cause, une récente étude IPSOS montre que 94% des personnes interrogées sont prêtes à rendre service à leurs voisins en cas de besoin. Arrêtons de se plaindre de nos voisins et partageons : un réel gain de temps, d’argent et d’espace ! 
 
mecano
 

Traversez le palier et économisez grâce à votre voisin d’en face !

ShareVoisins, c’est d’abord un petit mot dans un ascenseur, et de nombreuses réponses des voisins. Un simple mot, griffonné sur un bout de papier, proposant des échanges entre voisins de paliers, et ça a marché ! Mais alors, si ça marche chez les uns, ça peut également marcher chez les autres ?

Les raisons de partager entre voisins ? Il en existe plusieurs : on réalise des économies en empruntant plutôt qu’en achetant des objets qu’on utilise peu souvent, il suffit de traverser le palier ou la rue pour trouver l’objet dont vous avez besoin, et surtout, c’est convivial et cela permet de rencontrer ses voisins et pourquoi pas, de nouer des liens !

Depuis le lancement de son site internet au mois de septembre, le projet suscite beaucoup d’intérêt : déjà 8500 ShareVoisins, prêts à échanger leurs objets ! Et vous, souhaitez-vous rejoindre l’aventure ?

 

ShareVoisins ? Simple comme bonjour !

Un site internet efficace, qui simplifie forcément les échanges entre voisins. Il faut tout d’abord s’inscrire (en trois clics !), on ajoute son adresse pour rejoindre le quartier, il est possible de noter les objets qu’on a chez soi et qu’on peut partager (poussette, escabeau, boite à outils…).

Une fois passée cette étape, les objets partagés près de chez vous apparaissent sur une carte : il est possible de faire une demande d’emprunt à un voisin en lui envoyant un message. Il ne reste plus qu’à se donner rendez-vous !

 

Home_FB4

 

Crowdfunding : J-7 avant la fin de la campagne !

L’équipe ShareVoisins a lancé un appel au don, et la campagne a déjà remporté un franc succès avec, à ce jour, 6342 euros collectés sur 7000 euros soit 90% de l’objectif !

Il vous reste désormais quelques jours pour soutenir ShareVoisins dans sa campagne de crowdfunding. Le financement servira a améliorer le site internet, à construire le réseau ShareVoisins et à développer l’application mobile.

ShareVoisins lance un appel à tous ses membres, qui peuvent aujourd’hui donner un grand coup de pouce à ce beau projet déjà en marche !

La campagne est ouverte jusqu’au lundi 12 Janvier, rendez-vous sur Ulule pour y participer, et faites passer le mot à vos voisins pour faire avancer cette belle aventure !

 

]]>
http://consocollaborative.com/5053-sharevoisins-la-solution-de-partage-pratique-et-anti-crise.html/feed 0