Guide consocolaborative

Plutôt fêtard, végétarien ou non-fumeur ? Cette appli permet de trouver la colocation qui vous ressemble

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

À la manière des applis de rencontre, Whoomies met en relation avec un colocataire qui partage les mêmes aspirations. Autant qu’un choix économique, la vie en communauté est pour ses fondateurs un mode de vie.

La rentrée approche et pour beaucoup, le besoin de trouver un logement. Face au marché de l’immobilier, de plus en plus de particuliers choisissent de vivre en colocation. Et pas seulement des jeunes : les salariés représentent désormais 45 % des colocataires en France, selon le site Appartager. C’est après avoir vécu des expériences d’habitat collectif peu concluantes que Lauren Dannay et Alexandre Assal ont décidé de lancer Whoomies. Souvent désignée comme le « Tinder de la colocation », cette application permet de rechercher colocation, colocataire ou appartement.

Plutôt que de se concentrer sur le seul critère du prix ou de l’emplacement, Whoomies offre la possibilité de s’associer avec des personnes par affinité. Bien s’entendre avec ses colocataires est en effet central, selon Lauren Dannay. « La colocation est un mode de logement économique, mais pas seulement. De plus en plus, elle est aussi un mode de vie plébiscité par des jeunes qui veulent faire des rencontres. »

Fêtard ou casanier ?

Pour cela, chaque utilisateur est invité par un chatbot à renseigner des critères tels que le mode de vie (fêtard(e) ou casanier(e) ?), l’alimentation (végétarien(e) ou omnivore ?), ou la sociabilité (timide ou extraverti(e) ?). À l’arrivée, un profil qui permet de déterminer un score de compatibilité avec d’autres. « L’interface suggère ensuite des profils avec des points communs que l’utilisateur va pouvoir swiper [NDLR : accepter ou rejeter] », explique la cofondatrice de Whoomies.

Quand deux utilisateurs valident mutuellement leur vision de la colocation, c’est alors le « match ». Ils sont mis en relation par messagerie pour s’entendre sur l’organisation de leur logement. « Certains ont déjà un appartement et cherchent un colocataire, d’autres cherchent une chambre à louer à rejoindre, d’autres enfin ne partent de rien et choisissent de chercher un appartement ensemble », détaille Lauren Dannay.

6 000 appartements 

Si l’utilisation de Whoomies est 100 % gratuite, c’est en proposant des appartements disponibles à la location que la startup récolte des fonds. « Nous avons des partenariats avec des particuliers et des agences qui paient un forfait pour afficher leurs biens sur l’application », explique la cofondatrice. 6 000 appartements sont ainsi proposés par l’application dans 25 villes de France ainsi qu’à Londres — où la colocation est très répandue.

Depuis son lancement en septembre 2017, Whoomies aurait accueilli 50 000 utilisateurs et permis à environ 7 000 colocations de voir le jour. « Nous allons désormais étendre notre champ d’action en proposant des services premiums, permettant par exemple de gérer le budget et les tâches ménagères entre colocs, prévoit Lauren Dannay. Nous voulons aussi travailler avec les résidences universitaires, les habitats partagés et les espaces de coliving à mieux fédérer leurs communautés. »

Le 28 août 2018


Comments

comments

Sur le Même sujet