Guide consocolaborative

Poussette, siège bébé, lit… une plateforme pour partir en vacances avec enfant(s), mais sans 10 kilos d’affaires

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Partir en voyage avec un bébé c’est souvent une mission, inutile d’y ajouter le calvaire du transport du matériel. Adieu poussette cassée, lit parapluie encombrant et location exorbitante de siège auto. BabyHop met en relation parents touristes et parents locaux pour mutualiser leurs équipements.

« En rentrant chez moi au Mexique, pour les vacances, j’ai récupéré ma poussette cassée par le voyage en avion. J’ai perdu un temps fou à en chercher une sur place. Je n’ai trouvé personne qui pouvait m’en prêter une et j’ai dû racheter une poussette ». C’est pour éviter à d’autres parents de subir la même déconvenue que Karina Silva a créé BabyHop. Sur son site qui fonctionne un peu comme AirBnb, les particuliers peuvent proposer ou louer porte-bébé, poussette, mais aussi jeux ou mobilier. « Le but de BabyHop est de permettre aux familles de profiter de leurs voyages sans perdre de temps sur leurs lieux de vacances à chercher une chaise haute ou une baignoire en plastique », explique Karina.

Voyager léger pour voyager loin

Jeune mère et accro aux voyages, Karina confie ne pas avoir voulu renoncer à sa passion après la naissance de ces deux enfants. « J’ai envie que les parents arrêtent de se dire qu’ils partiraient bien, mais que rien que le fait de penser à ce qu’ils doivent trimballer les freine ». Tous ceux qui sont passés par là le savent : voyager avec des enfants en bas âge équivaut à un déménagement. « Partir en famille multiplie aussi par trois ou quatre le coût à cause de l’achat de matériel adapté au déplacement et du surpoids des bagages » ajoute Karina qui cite en exemple le lit parapluie : « c’est absurde, le temps qu’il reste dans un placard. En plus, c’est hyper lourd à trimballer. C’est improbable pour moi que des parents continuent à en acheter ».

Inforgraphie BabyHop©

Lancée début janvier 2018, la phase test de BabyHop est un succès. Du côté de Toulouse, où elle réside, la mayonnaise prend vite. À tel point que des parents qui n’étaient pas dans la liste de testeurs rejoignent l’aventure grâce au bouche-à-oreille. Fin avril, le site entre officiellement en service. Ainsi, arrivée à sa destination de vacances, une famille peut réserver un objet et venir le récupérer en main propre auprès d’un particulier. Le paiement se fait via la plateforme qui, si elle ne comprend aucune publicité, prélève 20 % sur les transactions. Aujourd’hui, BabyHop compte 2034 inscrits et totalise une cinquantaine de réservations par mois.

Du plastique pas fantastique

Karina Silva, fondatrice de BabyHop – Karina Silva©

Côté prix, comptez 5 euros par jour pour un siège auto ou 3 euros pour un porte-bébé. Beaucoup moins cher que d’acheter sur place un objet à usage unique. C’est aussi pour lutter contre la surconsommation et donner une seconde vie aux objets, que cette ancienne consultante s’est lancée dans l’aventure de BabyHop. En France, les jeunes parents dépensent en moyenne 1500 euros à la naissance de leur enfant et possèdent 16 articles de puériculture.

Pourtant, le célèbre lit parapluie ne sert que 3,6 fois et une nacelle de poussette ne s’utilise plus beaucoup passé les deux mois du nourrisson (chiffres BabyHop). « Aucun produit de puériculture n’arrive à la fin de sa vie utilisé à sa juste valeur. Il est remisé ou jeté » déplore Karina qui poursuit : « je me suis aperçue que la plupart du matériel pour les petits est composé de plastique ou de ses dérivés, qui sont tous compliqués à recycler et finissent donc souvent par ne pas être recyclés du tout ».

À terme, la fondatrice de BabyHop souhaite fédérer une communauté où l’entraide permettra d’échanger plus que du matériel. « L’an dernier à Chicago, mes enfants sont tombés malades. J’aurais aimé rencontrer d’autres parents pour qu’ils me recommandent un médecin. Idem pour des activités à faire en cas de mauvais temps, ou pour trouver un restaurant adapté aux plus petits » conclu Karina.

 

Le 5 juillet 2018


Comments

comments

Sur le Même sujet