Guide consocolaborative

Une pièce en rab’ ? Cette plateforme permet d’héberger un artiste contre une toile

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

« Hostanartist » met en relation des artistes avec des particuliers désireux de les héberger chez eux contre une oeuvre ou un cours. Une nouvelle manière d’échanger entre le créateur et son public.

Deux pièces au premier étage d’un mas sur l’île de la Barthelasse, entrée et terrasse indépendants accès jardin, studio avec terrasse à Paris avec instruments de musique sur place, ou même cabane à la porte de la foret amazonienne péruvienne… Quelques une des résidences artistiques proposées sur « Hostanartist », plateforme qui connecte les artistes à des particuliers désireux de les héberger.

« Il n’y a que 300 résidences officielles en France, l’offre est clairement inférieure à la demande», déplore David Guez, lui même artiste et cofondateur du projet avec Anne Roquigny, commissaire d’exposition. « On ambitionne de devenir le couchsurfing des résidences d’artistes. » Mais pour les deux, il ne s’agit pas seulement d’augmenter l’offre de résidences pour les artistes mais aussi de transformer les circuits de médiation. « Aujourd’hui, un artiste se contente souvent d’exposer et n’a pas de rapport avec son public. Or beaucoup de gens veulent aussi voir l’artiste produire. On veut remettre de l’humain et de l’échange au cœur du processus de création. »

Une salle contre une toile

Concrètement, Hostanartist fonctionne comme une plateforme de petits annonces. Les hôtes décrivent l’espace qu’ils souhaitent mettre à disposition, pendant que les artistes détaillent leur CV et leurs besoins. Une fois le contact établi entre les deux parties, un contrat est signé pour préciser les termes de l’hébergement (d’une à quelques semaines le plus souvent), mais aussi les contreparties attendues de l’artiste. « Il n’y a pas d’échange financier, mais ça peut être une œuvre, un concert s’il est musicien, un atelier d’initiation », détaille David Guez.

hostanartist-teaser-en from Host Anartist on Vimeo.

Une centaine d’annonces et une vingtaine d’artistes ont pour l’instant été inscrits sur Hostanartist, lancé en novembre. Mais difficile de savoir combien de résidences ont vu le jour pour l’instant « car la signature du contrat se fait en dehors de la plateforme », explique David Guez. Une deuxième version du site devrait permettre un suivi. « Il y aura un mur sur lequel les artistes pourront poster des news, des vidéos, des témoignages sur leur résidence. »

Pas de commission

Hostanartist fonctionne sur le modèle associatif et a reçu un soutien du ministère de la Culture et de la région Île-de-France « Il n’est pas question de fonctionner avec un système de commission », précise David Guez. Des partenariats ont été lancés avec le Musée d’Art Contemporain de Créteil et la salle de concert Le Petit Bain, à Paris, pour accroître sa visibilité et héberger certains artistes. Pour le reste, les deux fondateurs comptent sur le bouche à oreille pour décoller. Comme beaucoup d’artistes.

Le 29 avril 2016


Comments

comments

Sur le Même sujet