Guide consocolaborative

Sikana.tv, ou comment partager gratuitement tous les savoir-faire du monde

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

La plateforme héberge déjà des milliers de micro vidéos traduites dans de nombreuses langues. Objectif : diffuser, notamment vers les pays du Sud, des connaissances pratiques et gratuites dans des domaines aussi divers que la couture, l'électricité ou l’alimentation.

Apprendre et enseigner : c’est la traduction du mot hindi « Sikana ». C’est aussi le leitmotiv de Sikana.tv, une plateforme vidéo de « micro éducation » lancée en 2012 par Gregory Filipo après un voyage dans les pays du Sud. « Notre objectif est de permettre aux individus de mieux agir localement et de changer leur monde, avec une approche à mi-chemin entre les vidéos inspirantes de TED et l’ambition encyclopédique de Wikipédia », explique le fondateur.

Travail discret

Le projet a beau être discret – l’équipe a choisi de peu communiquer pour l’instant – il n’en est pas moins ambitieux. Des milliers de petites vidéos ont déjà été produites par Sikana.tv et sa communauté, sur des thèmes aussi divers qu’apprendre à nager le crawl, coudre un vêtement, ou réaliser un générateur photovoltaïque. Traduite dans plusieurs langues, chaque vidéo est réalisée en interne, dans les studios de 1000m2 de Saint-Denis (93), ou dans les antennes internationales de la plateforme, Inde et Brésil en tête. Au total, une cinquantaine de personnes planchent sur le projet, après 5 ans d’existence.

Les vidéos éducatives de Sikana.tv durent entre 1 et 2 minutes et sont articulées autour de 200 problématiques identifiées par l’équipe dans le domaine de l’habitat, du sport, de l’artisanat, de la santé ou de l’environnement. Cette approche permet d’aller chercher de grands groupes pour dégager des fonds : Décathlon va financer l’éducation au sport ou Danone des vidéos qui touchent à la santé et l’alimentation. « C’est pour eux l’opportunité de communiquer autrement qu’avec des bannières publicitaires, en soutenant des causes », juge Grégory Filipo.

Vers les pays du Sud

Au total, quelques 20 millions de cours ont été « dispensés » – comprendre 20 millions de vidéos visionnées, en moyenne 50 000 fois chacune selon Sikana.tv. Grégory et son équipe souhaitent aujourd’hui aller plus loin que d’être simplement producteur de contenu. « Avoir des vues sur Internet, c’est bien. Mais ce qu’on souhaite c’est de pouvoir évaluer l’impact de nos vidéos sur le terrain ».

Accéder à ces savoirs est le meilleur moyen de sortir de la pauvreté. 

Et le terrain visé est en priorité celui des pays du Sud. « En Inde, on fait des programmes professionnalisants, avec Kingfisher sur l’électricité ou avec Ushuaïa sur la couture. Accéder à ces savoirs est le meilleur moyen de sortir de la pauvreté. » Principal enjeu pour aller plus loin : favoriser l’emploi de Sikana.tv par les professeurs dans les centres éducatifs. « L’objectif n’est pas de les remplacer mais au contraire de les outiller, et qu’ils nous fassent des retours pour améliorer nos programmes », précise Grégory.

pho1eab1710-3fb3-11e3-9156-9f73e93eacb8-805x453

Pour révolutionner l’accès au savoir, l’équipe table sur une approche collaborative. « Comme les scouts qui en 100 ans ont réussi à impliquer 50 millions de personnes, on aimerait que les citoyens engagés, les professeurs, les volontaires dans les associations s’emparent de Sikana et produisent eux aussi des vidéos », détaille Grégory.

On doit passer d’un rôle de producteur de contenu à un rôle d’accompagnateur.

Dernier exemple en date : un partenariat avec La Croix Rouge pour transcrire en vidéo les gestes de premiers secours dispensés par l’association. Ou le lancement de la Sikana Factory, une plateforme sur laquelle qui le veut peut aider à traduire les vidéos ou à repérer des sujets. Mais le chemin est encore long. « On doit passer d’un rôle de producteur de contenu à un rôle d’accompagnateur où l’on encadre et finance tout ceux qui veulent diffuser des savoirs-faires », résume Grégory. La disruption dans l’éducation passe par là. »

Le 4 janvier 2017


Comments

comments

Sur le Même sujet