Guide consocolaborative

Savez-vous planter chez nous : le bon plant entre voisins

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Certains ont un jardin, d'autres la main verte. Pour réunir les deux, Savez-vous planter chez nous, propose de mutualiser leurs lopins de terre à la ville comme à la campagne.

Chantal Perdigau n’a pas de jardin, mais elle permet à 10 000 personnes de cultiver le leur ! Via son site Savez-vous planter chez nous, les propriétaires d’un lopin de terre n’ayant pas l’envie ou plus l’énergie de s’en occuper proposent à d’autres de le cultiver, en échange de la moitié de la récolte. Une belle idée née de deux conversations. D’un côté, une voisine quinquagénaire se plaignait de ne plus pouvoir faire pousser ses tomates, de l’autre, une amie, âgée de la trentaine, rêvait de pouvoir s’autoalimenter en fruits et légumes. « En les écoutant, il m’a semblé évident qu’un échange gagnant-gagnant pouvait naître entre ces deux femmes », raconte cette ingénieure toulousaine, passionnée de nature depuis l’enfance.

Aidée de son frère aîné, développeur, elle crée en 2011 un site gratuit de petites annonces sur la région toulousaine. C’est un article paru dans le journal Le Parisien qui booste son développement. « Beaucoup de gens m’ont contactée à la suite de cette parution. Ils voulaient trouver leur binôme », se souvient-elle. Six mois plus tard, les habitants de tout l’Hexagone ainsi que des DOM-TOM pouvaient semer leur annonce !

10 000 inscrits

Savez-vous planter chez nous©
Savez-vous planter chez nous©

Bonne nouvelle : sur les 10 000 inscrits, on compte 55 % de prêteurs et 45 % de demandeurs. Du côté des « prêteurs », beaucoup de femmes âgées ouvrent grand leur jardin parce qu’elles trouvent le travail de la terre trop physique, mais ne veulent pas le laisser à l’abandon. De l’autre, des étudiants en agronomie, des paysagistes ou des retraités en quête d’activité. De ces échanges naissent parfois de belles amitiés ou des activités conviviales, comme celle de ces deux paysagistes qui venaient embellir le jardin d’une maison de retraite de Courbevoie et invitaient les pensionnaires à y participer. Ou encore cet apiculteur qui a « posé » sa ruche chez des voisins, en échange de cours d’apiculture et de pots de miel.

« Grâce à ce lancement, je me sens utile. Car, au-delà du jardinage, ce site crée du lien, permet à des gens de mieux s’alimenter, de changer leur regard sur la nature et de faire évoluer les modes de consommation , se réjouit Chantal.

Culture naturelle

En effet, 90 % des propriétaires exigent que la culture soit la plus naturelle possible, autrement dit garantie sans pesticides ni produits chimiques. Depuis 2013, Savez-vous planter chez nous a évolué. Chantal y a ajouté une rubrique échange de « graines et plantes » et une année plus tard, Choux-choux, un annuaire de professionnels du jardin. Ceux-ci sont sélectionnés en fonction de leur originalité : « Ce sont des jardineries familiales, des pépinières de plantes rares, des producteurs de plants potagers… En payant une cotisation pour la mise en ligne de leur fiche, ils couvrent les frais de fonctionnement du site et sont, en quelque sorte, devenus des sponsors de ce concept florissant », explique la jeune femme.

Chantal Perdigau ne chôme pas, entre ce projet et son activité de salariée associée chez 6tem9, entreprise de création de sites Internet, à l’origine de la toute nouvelle version en ligne. Face à l’afflux des demandes de particuliers désireux de tester le cojardinage, elle a déjà ouvert ses pages à la Suisse, à la Belgique, au Luxembourg et au Canada. Les habitants des pays non francophones devront attendre encore un peu… – Sarah Dumont

Chiffres clés

1985 : naissance à Toulouse

2006 : intègre l’Insa (Institut nationaldes sciences appliquées), école d’ingénieurs de Toulouse.

2007-2009 : master en finances d’entreprise

2009 : premier job à Suez en tant qu’ingénieure en traitement des eaux

2011 : lancement de son site d’échange de jardins

2012 : de nombreux médias en parlent

2013 : nouvelle rubrique dédiée à l’échange de graines

2014 : Choux-choux, annuaire de professionnels de la jardinerie

2017 : nouvelle version

Le 19 décembre 2017


Comments

comments

Sur le Même sujet