Guide consocolaborative

Recharger les piles « jetables » ? C’est possible avec « RegenBox »

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Le designer Cédric Carles et son association Atelier 21 ont créé un régénérateur qui en est capable. Placé en open-source, le prototype va désormais être testé par le grand public via une campagne de financement participatif en cours.

En 2014, 1,2 milliard de piles ont été mises sur le marché en France, pour la plupart sont des piles alcalines à usage unique. 33 000 tonnes de déchets toxiques, dont seul un tiers part dans les circuits de recyclage. Mais si l’on pouvait sauvegarder l’environnement (et notre porte-monnaie) en réutilisant ces piles « jetables » dix, voir vingt fois ?

À la tête de l’association Atelier 21, spécialisée dans les économies d’énergie, Cédric Carles en est persuadé. C’est en tombant sur une publicité des années 80 vantant les mérites d’un chargeur pour batteries jetables qu’il décide de se pencher sur cette technologie disparue. « L’entreprise, Rayovac, aurait mis la clé sous la porte suite au désistement d’un fournisseur mais on trouve beaucoup de discussions à ce sujet sur Internet et on a réussi à récupérer un vieil appareil d’occasion », raconte le designer franco-suisse.

Rechargeables 25 fois

Aux côtés du laboratoire de sciences citoyennes La Paillasse et des collectifs Zero Waste France et Halte à l’obsolescence programmée, l’équipe d’Atelier 21 s’est donc attelée à fabriquer son propre régénérateur de piles baptisé RegenBox. « On envoie des micropulsations de courant dans la pile pour inverser le processus électrochimique qui a lieu lorsqu’elle se décharge, détaille Cédric Carles. Résultat ? On a réussi à recharger 20 fois certaines piles à usage unique ! » Seule contrainte : la recharge doit être faite lentement – comptez 10 heures pour un plein.

Capable de régénérer les piles jetables comme rechargeables, le prototype a été partagé en open-source. « On veut maintenant créer une communauté de béta-testeurs pour vérifier le système et obtenir des données sur les piles les plus performantes », explique Cédric Carles. Atelier 21 a lancé une campagne de crowdfunding dont l’argent servira notamment à développer la carte informatique Arduino contrôlant le régénérateur. Ceux qui choisiront d’investir 60 euros recevront un prototype et participeront ainsi à la recherche.

Silence des fabricants

RegenBox est issu du projet paléo-énergétique visant à mobiliser le grand public pour ressusciter des technologies énergétiques oubliées. Et ce régénérateur de piles remporte l’adhésion du public, s’enthousiasme Cédric Carles, qui assure échanger déjà avec des collectifs africains : « les régénérateurs pourraient servir dans les stands de recharge des téléphones portables ! » Des professeurs de technologie et des fablabs aimeraient également participer à leur diffusion.

Du côté des fabricants les réactions se font un peu plus attendre. « Les piles répondent à des normes conçues par l’International Electronical Commission (IEC) que nous appliquons », justifie auprès du « Parisien » Anne-Charlotte Wedrychowska, du Syndicat français des fabricants de piles et d’accumulateurs portables. Qu’importe : « RegenBox est un projet citoyen dont l’objectif est d’abord d’éveiller les consommateurs au stockage de l’énergie », conclut Cédric Carles.

Le 26 septembre 2016


Comments

comments

Sur le Même sujet