Guide consocolaborative

Pour des « quartiers populaires à énergie positive », la première coopérative d’énergie renouvelable à Paris

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Partout en France, les projets citoyens d’énergie renouvelable fleurissent. À Paris néanmoins, l’urbanisme a longtemps freiné leur développement. Un collectif de citoyens regroupé derrière l’association Enercitif compte bien faire bouger les lignes.

Philippe Mante est président de la copropriété d’un immeuble du 19e arrondissement de Paris. Lui et les résidents paient depuis longtemps des factures d’électricité très (trop) salées pour le chauffage collectif, installé dans les années 70. Lorsque la loi sur la transition énergétique est promulguée en 2012, les tarifs augmentent encore. « C’était presque un tiers du budget de la copro », raconte Philippe. C’est ainsi qu’il commence à se familiariser avec les enjeux de l’énergie.

2 millions d’euros pour le solaire à Paris

mante
Philippe Mante, secrétaire de Enercitif

En 2016, Paris lance son budget participatif ouvert aux citoyens. Parmi les idées des habitants, de nombreux projets liés à l’énergie solaire… Dont celui de Philippe. Pour avoir éviter d’éparpiller les voies, les projets se regroupent en un seul : « des quartiers populaires à énergie positive ». Celui-ci remporte l’adhésion des internautes. La ville s’engage à investir 2 millions d’euros afin de « produire de l’électricité ou de l’eau chaude de manière écologique et économique, pour contribuer à lutter contre la précarité énergétique dans les quartiers populaires ».

Depuis lors, beaucoup de ceux qui portaient des projets liés aux énergies renouvelables pour le budget de Paris se sont regroupés au sein de l’association Enercitif, dont Philippe est secrétaire. Ils entendent se concentrer sur l’énergie solaire (le potentiel éolien de Paris étant très limité) et privilégier l’installation sur des bâtiments publics comme les logements sociaux. « Ca évite d’avoir à convaincre plusieurs propriétaires différents », explique Philippe.

Première réunion publique

« On a repéré une dizaine de toitures grâce au cadastre solaire réalisé par la municipalité, raconte le secrétaire de l’association. La difficulté ? « Il y a beaucoup de critères à prendre en compte. Toutes les toitures parisiennes ne sont pas adaptées, il faut prendre en compte la forme, l’orientation… Le service des bâtiments de France peut parfois aussi freiner des pieds, lorsqu’il s’agit de bâtiments historiques. »

Enercitif a rejoint le mouvement Énergie Partagée, à la fois association et fonds d’investissement destiné à soutenir le développement des énergies renouvelables.  En attendant de recevoir l’argent de la Mairie de Paris, l’association qui compte une quinzaine de membre actifs multiplie les réunions et fédère les énergies. Objectif : convaincre des parisiens de rejoindre une coopérative d’investissement dans le solaire.

Ces derniers seraient rémunérés pour leur investissement via l’électricité produite par les panneaux et revendue sur le réseau. Mercredi 5 juillet se tiendra la première réunion publique de l’association. L’occasion d’ajouter une pierre à l’édifice d’un Paris plus vert.

Crédit photo de une : Mairie de Paris

 

Le 29 juin 2017


Comments

comments

Sur le Même sujet