Guide consocolaborative

Pour défendre le covoiturage « libre », deux plateformes indépendantes joignent leurs forces

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

RoulezMalin et Covoiturage-Libre vont mutualiser leurs communautés ainsi que leurs moyens techniques. Objectif : défendre l’esprit d'origine du covoiturage.

« L’important pour nous, c’est que quand quelqu’un partage son trajet avec quelqu’un d’autre, cette générosité et cette conscience écologique ne conduisent pas à l’enrichissement de personnes privées ou de fonds d’investissement », explique Bastien Sybille. Président de Covoiturage-Libre, l’homme vient de nouer un partenariat avec le site RoulezMalin. Ces deux acteurs du covoiturage libre (ils ne prélèvent pas de commissions) souhaitent augmenter leur masse critique de covoitureurs pour proposer une alternative au géant du secteur.

Plateforme open source

Pour Bastien, l’aventure Covoiturage-Libre a débuté en 2016, lorsqu’il reprend les rênes du site « laissé un peu en jachère ». L’association née en 2011 a survécu face au géant BlaBlaCar (ex covoiturage.fr). Elle propose 100 000 trajets annuels et revendique une communauté active de 25 000 membres. « Certains usagers n’ont jamais supporté que covoiturage.fr change de modèle économique (NDLR : en devenant BlaBlaCar, la plateforme a commencé à ponctionner une commission sur chaque voyage) » raconte Bastien.

Interface covoiturage-libre.Fr

Face à l’importante communauté de BlaBlaCar, l’idée de s’allier avec RoulezMalin fait son chemin rapidement. En 2017, Matthieu Jacquot, son fondateur, accepte de passer son infrastructure sur un socle open source. « Un prérequis indispensable pour garantir l’indépendance de notre communauté » souligne Bastien, ce qui scelle l’ébauche de partenariat entre les deux plateformes. « Cette alliance est primordiale, car nous sommes une association qui fonctionne avec peu de moyens. La maintenance de son interface technique est un problème récurrent. S’il y a un bug, il faut compter sur les bénévoles pour le corriger. » RoulezMalin, lui, possède une infrastructure solide.

Mutualiser les forces

Interface RoulezMalin

Aujourd’hui, RoulezMalin et Covoiturage-Libre vont plus loin, en fusionnant leurs annonces. Pour les covoitureurs, rien ne change : ils continueront à aller sur la même plateforme. D’ici à la fin de l’été, ils auront accès à beaucoup plus de propositions de trajets puisque celles-ci seront mutualisées entre les deux sites. De nouvelles fonctionnalités feront aussi leur apparition sur Covoiturage-Libre comme le compte utilisateur (pour éviter les lapins) ou les pages évènements (des espaces dédiés à un festival, une manifestation sportive, etc.). De son côté, RoulezMalin qui s’engage bénévolement tirera profit de la communauté de Covoiturage-Libre. 

« À travers ce rapprochement, on est en train de redessiner les cartes du covoiturage en France », espère Bastien. « On n’a aucun problème avec BlaBlaCar, on pense juste que c’est important qu’il y ait une offre avec laquelle la richesse créée par les covoitureurs reste à la communauté des covoitureurs ». Doctorant en science politique autour des questions du numérique, fondateur de l’Association internationale du logiciel libre, l’homme demeure fidèle à son mantra : faire du numérique un outil de progrès social.

 

Le 24 août 2018


Comments

comments

Sur le Même sujet