Guide consocolaborative

Park and view : le camping-car est dans le pré

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Depuis le 15 mai, Park and view propose aux « campincaristes » amoureux des grands espaces et de la liberté, de louer des emplacements chez des agriculteurs. Loin des parkings saturés, la start-up entend dépoussiérer ce mode de voyage en créant du lien entre monde agricole et voyageurs. Le nouvel Airbnb du camping ?

« 55 % des terres émergées appartiennent à des agriculteurs. En France, ils détiennent même 70 % du territoire » déroule Grégoire Popineau. L’ancien responsable marketing en est persuadé, ces propriétés privées sont les nouvelles aires de camping-car — de van, ou de minibus. Avec sa plateforme, Park and view, il entend convaincre les agriculteurs « d’ouvrir les portes de la nature » en louant des emplacements de 15 min 2 s — au calme et avec une jolie vue — aux milliers de « campingcaristes » et ainsi, générer des revenus complémentaires chez les premiers et vivre des expériences inédites pour les seconds. Face à un marché prometteur « en France on comptait 500 camping-cars il y a une cinquantaine d’années, contre 500 000 aujourd’hui », il espère aussi séduire les 98 % de Français qui n’en utilisent pas encore.

Application géolocalisée

Fils d’agriculteur et utilisateur de camping-car, Grégoire connaît les impératifs et les aspirations des deux parties. Misant sur la simplicité, l’application mobile de Park and view — qui sera lancée dans une semaine — permet de géolocaliser l’emplacement choisi ou le plus proche, et guide directement les vacanciers grâce au GPS. « Le voyageur n’est pas obligé de contacter ou de téléphoner. Il arrive quand il veut, part quand il veut ». Comptez entre 10 et 15 euros pour une nuit à la campagne, la montagne et même au bord de la mer. Dans 5 % des cas, l’emplacement proposé est gratuit. Park and view ponctionne une commission d’un euro sur chaque location effectuée.  

Création d’un emplacement – Park and view©

« J’ai mis un an à étudier le marché, faire un cahier des charges. Un autre pour développer les outils numériques » détaille le fondateur. Pour tester son concept, Grégoire a publié un encart dans le journal La France Agricole et une centaine de parcelles ont été proposées. « On a vu que le message était bien compris et que les emplacements étaient conformes à ce qu’on voulait. On a un seuil d’offre, un emplacement par véhicule donc pas de voisin ». Il a aussi fait un tour de France en deux-chevaux, à la rencontre d’agriculteurs.

Résultat, 75 % d’entre eux se sont montrés intéressés et 50 % ont enregistré sur le site immédiatement un bout de leur terrain. Lors de son périple, Grégoire a également constaté qu’une grande partie de la communauté agricole, souvent isolée, était en recherche de contact. Ainsi, il est possible de publier un statut, vert si l’on est ouvert au contact, rouge si l’on préfère rester tranquille « par exemple un agriculteur pris par les moissons ou un couple qui veut passer une soirée romantique sur son emplacement ».

Une start-up collaborative

Basé sur des valeurs collaboratives, Park and view propose à ses membres de devenir actionnaires. Pour cela, il suffit d’aider à dénicher de nouveaux emplacements. « Je trouve normal de partager nos marges sociales avec ceux qui nous permettent de nous développer ». Dans les statuts, est explicitement indiqué que la start-up appartiendra à hauteur de 51 % à ses membres. Une première phase est déjà lancée.

À son issue, lorsque 100 000 emplacements seront enregistrés sur la plateforme, 8 % de parts sociales — sur les 100 000 — seront offertes. Les membres recevront leurs parts sociales sous forme de token — actif numérique émis et échangeable sur la Blockchain — basé sur Ethereum. « Nos membres peuvent vérifier le nombre de parts qu’ils ont sur un registre indépendant. Ça donne confiance » précise Grégoire, qui a recruté Damien Morales, développeur et Lilly Blass, au marketing et à la communication.

Un Combi sur son emplacement – Park and view©

Élue start-up à potentiel par Canal+, Park and view planche déjà sur d’autres idées comme l’option pique-nique — pour ceux qui ont envie de s’évader quelques heures d’une grande ville — ou la location de « tentes luxueuses » toujours auprès d’agriculteurs. « En partenariat avec Wikicampers — qui permet de louer des camping-cars entre particuliers — on travaille sur l’organisation de circuits clés en main ». Cet été, tous en combi ?

 

Image de Une : Park and view

 

Le 22 mai 2019


Comments

comments

Sur le Même sujet