Guide consocolaborative

Paris aussi veut sa monnaie locale… mais voilà pourquoi ça traîne

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

L’association Une Monnaie pour Paris ! travaille au lancement de la première devise de la capitale, prévu pour début 2018. Mais convertir une ville de 2 millions d’habitants et cohabiter avec les monnaies locales voisines demande de la préparation.

La Pêche à Montreuil, l’Eusko au Pays Basque, La Roue à Marseille ou encore La Lucioles en Ardèche… De plus en plus de villes et de régions se dotent en France de leur propre monnaie locale complémentaire. Celles-ci servent à stimuler le commerce de proximité et parfois à favoriser les activités à impact environnemental et social. Un rapport gouvernemental remis à l’ex secrétaire d’Etat chargée du commerce, Carole Delgas, préconise d’ailleurs leur développement dans le pays.

Dès lors, pourquoi Paris, la capitale et plus grande ville de la France, n’en est-elle toujours pas dotée ? « Cela fait plusieurs années que l’on y réfléchit », répond Lucas Rochette-Berlon, Co-Président et cofondateur de l’association Une monnaie pour Paris, qui assure être « prêt à se lancer sur la phase opérationnelle : levée de fonds, impression des billets » pour le premier semestre 2018.

Adhésion à la charte 

Après plusieurs réunions publiques, son association a voté ses statuts en mai 2016. La charte, adoptée le 25 juin 2017, précise les contours exigeants de la future monnaie Parisienne. Elle se veut « un outil puissant pour toucher à l’écologie, la démocratie, l’économie et le lien social », explique Lucas Rochette-Berlon, par ailleurs militant écologiste.

Du côté des commerces qui voudraient l’adopter, un certain nombre de conditions seront exigées : adhésion à un corpus de valeurs, approvisionnement majoritairement local… « Il ne s’agit pas de rester entre puristes mais d’inciter les entreprises à la transition », justifie Lucas Rochette-Berlon.

Du côté des consommateurs, une bonification de 5 % sera attribuée pour encourager le passage de l’Euro à la devise parisienne. Pour 100 euros, on obtiendra donc 105 unités de la fameuse devise… qui n’a pas encore trouvé son nom.

Un travail « colossal »

Car malgré les efforts des membres de l’association, créer une monnaie pour une ville de deux millions d’habitants prend plus de temps que pour une ville de taille moyenne. « C’est un travail colossal qui passe par trois niveaux, détaille le président de l’association. D’abord, une sensibilisation du grand public à travers des évènements tels que Nuit Debout ou Alternatiba. Ensuite, de nombreuses assemblées plénières pour décider des critères. Enfin de la prospection auprès des entreprises, des mairies d’arrondissement et de la Mairie de Paris. »

Le Stück, monnaie locale de Strasbourg
Le Stück, monnaie locale de Strasbourg

Outre la taille de la Ville, qui implique plus de communication et d’organisation, c’est l’interaction de la monnaie parisienne avec celles des banlieues voisines qui pose également question. La commune limitrophe de Montreuil possède ainsi sa propre monnaie, La Pêche, indexée comme la future monnaie de Paris sur le cours de l’euro. Dès lors, faut-il rendre possible l’échange entre les deux monnaies ? Étendre La Pèche à Paris ? Ou au contraire créer deux devises les plus indépendantes possibles ?

Équivalence ou indépendance ?

En Loire-Atlantique, deux monnaies limitrophes (le Rozo et le Retz’l) ont ainsi choisi de se marier. Dans la capitale, la question n’est pas encore tranchée, reconnaît Lucas Rochette-Berlon. « Fusionner les deux monnaies aurait des avantages, mais ferait perdre son caractère local à la monnaie parisienne. Par ailleurs, elles ne partagent pas la même fiscalité pour les consommateurs, ni les mêmes critères d’adoption pour les commerces. »

Même si la sortie de la monnaie a déjà été repoussée, tout cela devrait être tranché prochainement, assure l’homme. Une chose est sûre : alors qu’on dénombre plus de 80 monnaies locales sur tout le territoire, ces dilemmes devraient être de plus en plus fréquents.

 

Image de Une : Jeton de la corporation des monnayeurs et ajusteurs de la Monnaie de Paris. Wikipedia Commons.

 

Le 16 octobre 2017


Comments

comments

Sur le Même sujet