Guide consocolaborative

Paléo-énergétique et régénérateur de piles : Cédric Carles réinvente l’énergie

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Rencontre avec Cédric Carles, créateur du site collaboratif Paléo-énergétique, où les inventions du passé sont redécouvertes pour relever le défi de la transition énergétique.

Il n’aime pas dire « dommage ! » Le designer Cédric Carles déplore que l’histoire des sciences et des techniques soit remplie de ces inventions géniales abandonnées parce qu’arrivant trop tôt ou de ces objets utiles oubliés parce que n’ayant pas atteint leur public. En mars 2015, il a lancé le site Paléo-énergétique. « Un appel à l’intelligence du plus grand nombre et à la mémoire collective », affirme-t-il. Dix-huit mois plus tard, une cinquantaine de chercheurs, étudiants, citoyens, ingénieurs, retraités ont exhumé des dizaines d’innovations qui méritent une seconde vie. En l’occurrence, un système de régénération des piles devrait être bientôt proposé aux consommateurs (lire plus bas).

Innover, c’est donc, parfois, regarder le passé.

Pour Cédric Carles, homme tout à fait de son époque, la grande affaire des prochaines décennies, c’est la transition énergétique. Autrement dit, un bouleversement dans la façon de s’éclairer, de se chauffer, de se déplacer. Voilà pourquoi « il n’est pas inutile de regarder ce qui se faisait avant que le charbon ne transforme les modes de production », affirme le quadragénaire. Les archives poussiéreuses ne vous effraient pas ? Vous pouvez devenir un de ces bénévoles curieux qui redécouvrent de bonnes solutions. La bouteille à la mer qu’il a lancée avec Thomas Ortiz, artiste et ingénieur, Come Bastin, journaliste à We Demain et Marie-Aude Caraës, codirectrice des Beaux-Arts de Tours, a enregistré très vite des dizaines d’envois et le comité scientifique (où l’on retrouve notamment Thierry Salomon de l’association negaWatt), créé pour juger de la pertinence des propositions, n’a pas chômé. Pas question en effet de se fourvoyer avec des mouvements perpétuels ou des moteurs à énergie libre ! « Il nous faut des choses qui marchent et répondent à un réel besoin des gens », précise Cédric Carles.

Cédric Carles (à droite)  avec Thomas Ortiz, cofondateur  du site Paléo-énergétique.
Cédric Carles (à droite)
avec Thomas Ortiz, cofondateur
du site Paléo-énergétique.

C’est ainsi qu’a émergé le bélier hydraulique, une invention de Joseph-Michel Montgolfier, en 1792, qui utilise la force d’une petite chute pour faire monter de l’eau sur de grandes hauteurs sans qu’on ait besoin de pompe diesel ou électrique (lire Sciences et Avenir novembre 2003). Il reste un fabricant français de ce bélier génial, la maison Walton, à Bordeaux, que la « paléo-énergétique » entend sauver de l’oubli. De même la presse solaire, inventée par Auguste Mouchot, imprimait plus de 500 journaux par heure en 1882 au centre de Paris, dans le jardin des Tuileries.

La paléo-énergétique fait le pari que ces techniques qui se passent très bien de pétrole et de charbon vont aider à décarboner des activités humaines. Cédric Carles imagine même leur développement dans un système ouvert. « L’amélioration de ces techniques ne peut se faire que dans la coopération des inventeurs, chacun apportant ses idées sans chercher à les protéger par des brevets, dans le partage », défend-il.

Regen Box, la seconde vie des piles

P2Une pile alcaline n’est pas réutilisable. Voilà une idée fausse. En 1980, l’un de ses co-inventeurs, Karl Kordesch, avait imaginé un système de recharge que les distributeurs se sont ingéniés à torpiller. En appliquant sur la pile un courant micropulsé, on fait circuler un courant dans le sens inverse, qui tend à ramener les constituants de la pile à leur degré d’oxydation initial. Reste aux ingénieurs à identifier les marques effectivement régénérables pour proposer un rechargeur bon marché. – Loïc Chauveau

 

 

Le 23 mai 2017


Comments

comments

Sur le Même sujet