Guide consocolaborative

Mutuelle, loisirs ou achats pros : le Cercle des Indépendants offre aux freelances les mêmes avantages que les salariés

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

En rejoignant le Cercle des Indépendants, les freelances peuvent accéder à des avantages qui leur sont habituellement inaccessibles. Pour sa fondatrice Aurélie Damm, il s’agit de « réparer une injustice » vis-à-vis des salariés qui bénéficient eux, d’une meilleure complémentaire santé ou d’un comité d’entreprise.

cercle des indpts
Aurélie Damm©

« Aujourd’hui, il y a de plus en plus de travailleurs indépendants. Cependant, ils ne sont pas épaulés. Et c’est dommage », commence Aurélie Damm, fondatrice du Cercle des Indépendants. Elle ajoute : « lorsqu’on se lance, on a beaucoup de choses à faire et les loisirs sont mis de côté. Moi je pense qu’il faut continuer à profiter de la vie ! » Il y a 12 ans, lorsqu’elle est devenue indépendante, elle avoue avoir trouvé « pleins d’avantages » à son nouveau statut, mais aussi pas mal d’inconvénients, comme la recherche d’une bonne mutuelle « qui était une galère pas possible » ou encore la perte des avantages de son ancien comité d’entreprise « places de cinémas moins chères, réductions sur sa salle de sport ».

C’est pour « réparer l’injustice entre travailleurs indépendants et salariés » qu’elle a lancé il y a trois mois, le Cercle des Indépendants. Son concept est simple, faire office de centrale d’achats et de comité d’entreprise pour tous les travailleurs non-salariés, auto entrepreneurs, freelances, professions libérales, artisans, commerçants et même les patrons des petites et moyennes entreprises.

Mutuelle et comité d’entreprise

L’adhésion au Cercle des Indépendants est gratuite et donne accès à plusieurs services : réductions sur des achats professionnels, assurances, mutuelles de santé, location de véhicule ou livraison de nourriture bio pour bébé par exemple. Pour en bénéficier, il suffit de s’inscrire sur le site, sans condition. « On accepte chaque indépendant, on est dans la même aventure. On est tous passés par là [les débuts de l’entrepreneuriat NDLR]. Pas besoin d’avoir un chiffre d’affaires minimum, seul un SIRET suffit » précise Aurélie.

Cercle
Le Cercle des Indépendants©

L’autre proposition du Cercle des Indépendants, payante celle-ci — 3,90 euros par mois — est l’adhésion à un véritable comité d’entreprise. « Il existe déjà des comités d’entreprise pour indépendants, mais peu qualitatifs en termes de nombre d’offres. Nous, on propose et ce n’est qu’un début, plus de 200 000 offres de loisirs, cinéma ou voyage… » Les fournisseurs croient et suivent « en nous octroyant de très grosses réductions alors qu’on est un jeune projet qui ne peut pas faire miroiter de gros chiffre d’affaires ». Il faut dire qu’Aurélie a aussi un atout majeur : la négociation est son métier. Elle a choisi de délaisser les grands groupes pour lesquels elle travaillait auparavant pour se consacrer au indépendants qu’elle estime « sous représentés ».

En 2018, son cercle va s’agrandir : un espace de réseautage et de networking entre les adhérents va voir le jour. Il sera ainsi possible de partager des missions entre freelances. « Moi je préfère travailler avec un indépendant si j’ai besoin d’un community manager plutôt que de faire appel à une agence où je n’aurai pas toujours le même interlocuteur, explique la fondatrice qui conclut : on est en train de mettre en place des partenariats avec des fédérations professionnelles et des espaces de coworking qui vont accélérer notre développement. » À long terme, son souhait est que ce cercle devienne la plus grande communauté des travailleurs indépendants. « Plus on sera nombreux, plus on pourra se faire entendre ! »

 

Le 20 décembre 2017


Comments

comments

Sur le Même sujet