Guide consocolaborative

Mes bonnes copines : le premier réseau collaboratif au féminin

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Après avoir créé « La Tribu des créateurs », agence de direction et production artistique événementielle, Florence Haxel fonde « Mes bonnes copines », le premier réseau collaboratif au féminin qui promeut l'entraide et le coup de main.

« J’aime ce qui me met en danger et je ne veux surtout pas savoir ce qui se passera pour moi demain. » Voilà comment Florence Haxel se définit. Allergique à la routine, cette pimpante brunette se lance sans cesse de nouveaux challenges. En 2011, La Tribu des créateurs, agence de direction et production artistique événementielle, qu’elle a fondée dix ans plus tôt, marche très bien. Trop bien pour elle. L’ennui la guette…

« Devenue maman, je faisais désormais partie de ces super nanas qui jonglent avec toutes les  facettes de leur vie. Et le sentiment d’entraide qui nous lie les unes aux autres me bluffait », confie-t-elle. Florence décide alors de créer un outil pour faciliter ces échanges de bons procédés. « Je n’avais aucune idée du business model, mais je savais que ça allait marcher. » En 2012, elle fonde Mes bonnes copines, le premier réseau collaboratif au féminin, en s’associant à un pro du digital. La « bonne copine », c’est aussi bien la fille qui donne son Maxi-Cosi parce que ses enfants ont grandi que la geek qui vient à votre secours pour créer un site Web ou une étudiante en sophrologie qui offre des séances d’essai pour parfaire sa technique… « Il ne s’agit pas d’une solidarité sociale ni morale. On aide l’autre parce qu’on y trouve un intérêt, que ça booste sa confiance en soi ou parce que ça permet d’élargir son réseau », décrypte-t-elle.

Florence Haxel©
Florence Haxel©

En cinq ans, la plateforme a permis de rendre 22 500 services et d’organiser 850 événements gratuits. Elle compte aujourd’hui 50 000 membres. Des mails la remerciant d’avoir donné lieu à une belle amitié ou à une association fructueuse, Florence en reçoit au moins deux par semaine. Son business model, elle l’a trouvé en consultant deux cents bonnes copines dans dix villes de France. « En leur parlant, j’ai compris qu’elles ne faisaient plus confiance aux marques : elles avaient besoin de créer entre elles les produits ou services de demain. J’ai donc croisé les intérêts de la communauté avec les besoins des annonceurs. »

L’affaire est lancée ! Simone Pérèle, les magasins bio Botanic, Ikea… commandent à Mes bonnes copines des études de marché. E-mailing à la communauté, sélection des testeuses, animation de l’étude, plan marketing… Florence se charge de tout. Si les membres du réseau émettent leur avis gratuitement, l’entreprise facture ces études. En 2016, son chiffre d’affaires s’élève à 250 000 euros. Tout roule. À tel point que Florence a effectué un nouveau virage. « Après vingt ans en électron libre, j’ai accepté un poste de directrice de la communication du CFPJ * pour assurer leur transformation digitale. »

La jeune femme partage ainsi son temps entre Paris et Cannes, où vivent son mari et ses enfants. Mais pas question de se poser pour autant. Dès que les écoliers sont en week-end, la famille embarque à bord d’un camping-car, direction inconnue ! « Ce que j’aime le plus, c’est de ne pas savoir où on atterrira le soir. À la nuit tombée, on s’installe dans le jardin d’agriculteurs. Et le matin, les enfants vont chercher les œufs tandis qu’on cause prix du lait avec les producteurs », raconte-t-elle, les yeux pétillants. En voilà une qui sait décrocher…- Sarah Dumont

* Centre de formation et de perfectionnement des journalistes, à Paris.

Dates clés

1977 : naissance à Strasbourg (Bas-Rhin) de Florence Haxel

1994 : débarque à Paris et crée l’association La Tribu des jeunes créateurs, visant à promouvoir les artistes

1996 : entre au Celsa (Deug médiation culturelle et communication)

1997 : licence arts du spectacle à Nanterre

1998 : Intègre le service marketing de Chanel

2000 : transforme son association, La Tribu des jeunes créateurs, en une agence de direction et production artistique événementielle, La Tribu des créateurs

2007 et 2009 : naissance de ses deux enfants

2012 : fonde le site Mesbonnescopines.com

Le 23 octobre 2017


Comments

comments

Sur le Même sujet