Guide consocolaborative

Média citoyen et ONG à la fois : comment Disclose veut réinventer le journalisme d’investigation

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Non lucratif, non partisan et indépendant : Disclose est le premier média lanceur d’enquêtes français. À la fois ONG et média, il mène actuellement une campagne de crowdfunding et lancera ses premières investigations en janvier 2019.

C’est le premier média d’investigation à but non lucratif en France. À son initiative, cinq journalistes partant du principe qu’un journalisme de qualité doit être accessible à tous et gratuit. À l’époque en poste ou indépendants, tous sont confrontés aux problèmes de « course à l’audience » et de rentabilité au sein des rédactions. « Les enquêtes de plusieurs mois, avec différents journalistes, étaient devenues impossibles » déroule Geoffroy Livolsi.

Membre fondateur de Disclose et co-directeur de la publication, ce journaliste d’investigation passé par Envoyé Spécial et collaborateur à Médiapart, défend une presse qui informe tout en contribuant au changement. « On ne veut pas juste dénoncer des pans obscurs de nos sociétés, ni s’indigner à chaque scandale écologique, industriel ou sanitaire, car ça ne suffit plus ».

Une ONG collaborative

Disclose n’a pas pour ambition de directement verser dans l’activisme. « Après nos enquêtes, on voudrait que les citoyens s’emparent d’outils pour faire pression sur les pouvoirs politiques. En tant que journalistes, on peut accompagner mais c’est à la société civile d’agir ». Aujourd’hui composé d’un comité éditorial d’une dizaine de journalistes chargé de superviser les enquêtes et de choisir les sujets menés, Disclose collabore avec d’autres experts. « Sylvia qui est chercheuse, a travaillé avec nous sur la question de la presse à but non lucratif.. Des avocats nous ont prêté main forte quand au concept d’intérêt général du journalisme ».

Le média lanceur d’enquête reposera aussi sur la collaboration, pendant les enquêtes, avec d’autres ONG, des juristes ou des sociologues : « on les interview mais en fait, ils font aussi de l’enquête avec d’autres méthodes que les journalistes d’investigation. Il y a donc utilité à collaborer ensemble pour intégrer leurs expertises et inversement » précise Geoffroy.

Site web Disclose©

Agroalimentaire et santé publique

Les enquêtes, dont les thèmes tournent autour des questions agroalimentaires, de santé publique ou environnementales, pourront être proposées par des journalistes contributeurs. « Du côté des citoyens, on va mettre en place une plateforme qui leur permettra de nous contacter, de façon anonyme ou non » détaille Geoffroy qui précise : « l’idée c’est d’avoir des membres dans toutes les régions pour compter sur eux dans le cadre d’enquêtes collaboratives. Il va nous arriver d’avoir besoin de quelqu’un à un endroit précis, pour récupérer des documents lors d’une réunion publique ou bien pour faire des prélèvements sur un terrain. »

A partir de janvier, les enquêtes seront multi-formats : podcast, vidéos, presse, photos et accessible sur le site de Disclose, mais aussi sur ceux des médias partenaires comme Médiapart, Konbini, France Inter et Rue89 (Lyon, Bordeaux, Strasbourg et Marseille). De quoi maximiser leur impact et toucher des publics de lecteurs différents.

Un modèle de financement anglo-saxon

Disclose s’inspire de médias indépendants, uniquement soutenus par les dons, comme ProPublica aux États-Unis, Correctiv en Allemagne et The Buro of Investigative Journalism en Angleterre «C’est comme ça qu’on sort le journalisme d’investigation des logiques de rentabilité ! ». Le modèle économique de Disclose repose sur la philanthropie, le don de mécènes ou de lecteurs membres, ainsi que ceux des Fondations internationales habituées au soutien des médias indépendants. « Ces dernières n’ont pas accès au board, n’ont pas de représentants au conseil d’administration. On n’accepte pas non plus les fondations d’entreprises. »

Pour doper son lancement, Disclose mène actuellement une campagne de crowdfunding : « l’idée c’est de lever des fonds bien sûr, mais aussi sortir de la logique d’abonnement et passer à celle de l’adhésion, afin que le lecteur fasse partie intégrante de Disclose ».

 

 

Image de Une: Disclose©

Le 28 novembre 2018


Comments

comments

Sur le Même sujet