Guide consocolaborative

Mamie Régale : des petits plats maisons et solidaires

Partager 63

Et si les mamies cuisinaient pour les salariés ? C'est l'idée de Mamie Régale, un concept qui mêle économie du partage et solidarité intergénérationnelle.

Lutter contre l’isolement des personnes âgées tout en permettant aux salariés de mieux manger. C’est le pari de Mamie Régale, une startup fondée en 2015 par deux jeunes Toulousaines.

Leur idée est simple : livrer des repas de qualité aux salariés, mitonnés par des personnes âgées afin de leur offrir un revenu supplémentaire ainsi que du lien social.

« J’ai toujours aimé cuisiner avec ma grand-mère et lorsque j’ai commencé à travailler, je me suis rendue compte qu’il était difficile de bien se nourrir, notamment dans les zones d’activité »  explique Kylia Claude.

Entre Blablacar et la Ruche qui dit oui

Avec son amie Coline Déjean, elle décide de bâtir une entreprise sociale « qui ait du sens ». Pour cela, les deux toulousaines s’inspirent des succès de l’économie collaborative : « On voulait un système aussi simple d’usage que Blablacar, mais aussi un modèle réplicable et qui créé de l’emploi à la façon de la Ruche ».

mamieregale
Sur une formule à 12 euros pour le salarié, 4 euros vont à la mamie et 3 euros au Toqué. La plateforme Mamie Régale prend, elle, une commission de un euro. (Crédit : Mamie Régale)

Tout comme cette dernière, Mamie Régale fonctionne grâce à des auto-entrepreneurs,qui font le lien entre producteurs et consommateurs.  Nommés « Toqués »,  leur activité leur « rapporte 450 euros net pour dix heures de travail ».

Chaque Toqué est en charge d’au moins une « cantine », c’est à dire un regroupement de 50 salariés dans une zone géographique, « mais pas forcément dans la même entreprise ». Il leur livre une fois par semaine leurs repas et s’assure également de l’approvisionnement en ingrédients pour les mamies.

Renouer du lien social

Ces dernières, en cuisinant une fois par semaine des formules pour huit personnes, gagnent environ  130 euros par mois « ce qui est plus que le SMIC horaire et rentre dans les plafonds de la loi Macron « .

Mais c’est surtout une façon de renouer du lien social grâce au Toqué avec qui elles travaillent, mais aussi avec les salariés, qu’elles rencontrent une fois par mois. « Certaines mamies sont devenues amies et cuisinent ensemble. Nous avons aussi des papys comme Marc qui est un ancien boulanger et fait très bien les choux à la crème ».

Papy Marc (Crédit : Mamie Régale)
Papy Marc (Crédit : Mamie Régale)

En proposant des formules plat+dessert à 12 euros, le tout avec des produits frais et locaux, Mamie Régale est aujourd’hui victime de son succès à Toulouse. Grâce à un partenariat avec la Ruche qui dit oui, les deux entrepreneuses espèrent s’implanter dans le reste de la France prochainement.

 

Le 16 février 2016


3 responses pour “Mamie Régale : des petits plats maisons et solidaires

  1. belle initiative dommage cette formule n’existe pas sur angouleme (16)
    ça m’aurais interéssé je suis cuisinier de métier à la retraite j’adore le partage et si en plus on allie utile et agréable que demander de mieux de plus si on peut rencontrer des gens pourquoi pas
    encore bravo pour cette idée inter générationnelle et anti mal bouffe

  2. Bonjour,

    Votre concept m’intéresse vivement. Est il exportable dans d’autre région (Drome Ardèche)?
    Envisagez vous des partenariats ou des relais sur d’autres régions?
    Dans l’attente, belle fin de journée

    christel jacob

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Sur le Même sujet