Guide consocolaborative

Les Français, toujours plus séduits par l’autoréparation

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Pour le plaisir de bricoler, faire un geste pour la planète ou de simples économies, de plus en plus de consommateurs choisissent de réparer plutôt que de jeter. Reste encore à posséder les bons matériaux et conseils pour y parvenir : de nombreux sites se positionnent justement sur le créneau.

Qui ne s’est jamais retrouvé démuni devant une machine à café en panne, un lave-linge qui fuit ou un aspirateur qui n’aspire plus rien ? Que faire dans la situation où les garantis sont arrivées à échéance et que seules deux solutions se présentent : réparer ou jeter.

Les Française seraient de de plus en plus tentés par la première proposition. Adeptes de l’auto-réparation vraiment ? C’est ce que dévoile une étude du site Spareka et de l’Ademe publiée en 2017 dans laquelle on apprend qu’un sondé sur deux a déjà réparé lui-même un appareil électroménager.

Une démarche que les interrogés pourraient adopter davantage, selon eux, s’il était facile de se procurer des pièces détachées rapidement et une aide pour diagnostiquer la panne. C’est ce que propose justement le site Spareka. Avec son slogan “Réparer, c’est facile”, la plateforme, créée en 2012, assure pouvoir fournir aujourd’hui 8 millions de références de pièces détachées pour la réparation de petit ou gros électroménager, de motorisation de portail, de matériel de piscine et de jardin. « Nous venons de dépasser le million de clients avec une croissance de 40% chaque année. Le secteur de l’auto-réparation est en plein développement », déclare Floriane Richiardi, porte-parole de Spareka.

Des tonnes de vidéos tutos

Aujourd’hui, 45 personnes travaillent pour le site marchand, dans les secteurs de la vente mais également pour les fonctions d’aide au diagnostic, de service avant ou après-vente. « Nous proposons 600 vidéos tutoriels sur Youtube pour apprendre soi-même à déceler la panne et changer les pièces, c’est la première chaîne de réparation », poursuit la porte-parole. Sur le site « L’atelier de Spareka », les internautes peuvent également échanger entre eux pour enrichir leurs connaissances. Le forum est géré par une équipe de la plateforme qui veille à répondre à tous les utilisateurs. Plus de 10 millions de vidéos Spareka auraient été visionnées.

La plateforme teste en permanence de nouveaux outils pour donner le goût de la restauration aux consommateurs. Proposant majoritairement jusqu’alors des services sur Internet, Spareka souhaite désormais aller à la rencontre des réparateurs lors d’ateliers pédagogiques ou dans le cadre de son Repair Tour, évènements dans plusieurs villes de France.

Spareka se partage le marché de l’autoréparation avec d’autres acteurs comme iFixit ou Sosav.fr qui proposent des pièces détachées et des tutoriels pour réparer les objets électroniques tels que les téléphones portables, les tablettes ou encore les appareils photo. De nombreux « youtubeurs », qu’ils soient plombier ou électriciens dans l’âme, publient également des vidéos sur le net.

Économique et écolo 

Dans chaque cas, les clients des plateformes mettent en avant des arguments économiques et le sentiment de réaliser une action responsable et écologique. Des préoccupations dont le gouvernement souhaite également s’emparer dans une politique de lutte contre l’obsolescence programmée. Le ministère de la Transition écologique songe notamment à la mise en place de l’affichage d’un « indice de durée de vie » des produits, qui s’appuierait en partie sur les critères de mise à disposition de pièces détachées et de documentation technique de réparation.

Alors demain tous bricoleurs ? Rassurez-vous, si vous ne vous sentez pas encore l’âme d’un réparateur vous pouvez toujours vous rapprocher de personnes plus compétentes. L’Ademe et les Chambres de métiers et de l’artisanat propose avec le site annuaire-reparation.fr de repérer un professionnel de la réparation et du dépannage près de chez soi (dans six régions seulement pour le moment). Enfin, le réseau Repair Café permet de venir, lors d’ateliers, faire réparer son objet défectueux auprès de bricoleurs experts mais bénévoles. On en dénombre aujourd’hui 1 500 dans le monde dont près de 100 en France. Il y en a surement un pas loin de chez vous.

Le 28 mars 2018


Comments

comments

Sur le Même sujet