Guide consocolaborative

L’arrondi indolore

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

MicroDON permet à des consommateurs et à des salariés de reverser les centimes après la virgule à des associations. De quoi donner sans trop s’en apercevoir.

Payer 14 euros au lieu des 13,66 € qui s’affichent à la caisse du Franprix et savoir que les 34 centimes versés en plus iront à une association, c’est ce qu’on appelle l’arrondi. Ce service est commercialisé par MicroDON, qui édite des logiciels de dons à destination des entreprises. Pour proposer l’arrondi, les enseignes doivent compter au moins dix points de vente, car la solution technique est lourde à mettre en place. MicroDON rend aussi possible l’arrondi sur salaire dans les entreprises de plus de 250 salariés. Il consiste à verser les centimes de sa feuille de paie et, si on le souhaite, un petit montant fixe de son salaire (quelques euros), à une association parmi celles que l’entreprise choisit d’aider.

Question d’arrondis

Créée en 2009 par Pierre-Emmanuel Grange, qui en est aujourd’hui le président, MicroDON a pour but de toucher un public qui ne donne pas habituellement et de multiplier les occasions de donner à travers des gestes de la vie quotidienne. « Nous croyons que demain, le mécénat sera partagé et plus horizontal », affirme le chef d’entreprise. Parmi les entreprises qui ont acquis cette solution technologique, on trouve des sociétés comme Nature & Découvertes, mais aussi de grosses sociétés aux pratiques parfois contestées comme Adidas, BNP Paribas… Pour elles, c’est un moyen de se donner une image plus sociale.

« C’est aussi une façon de diffuser les valeurs qu’elles portent auprès de leurs employés », précise Pierre-Emmanuel Grange.

Il compte développer encore ce volet en proposant aux entreprises des sites Internet centralisant tous les « engagements solidaires » que les salariés peuvent prendre, comme, par exemple, consacrer régulièrement une après-midi à une association. Si pour le don en caisse, il n’y a logiquement que très peu de reçus fiscaux demandés, l’arrondi sur salaire, régulier et souvent d’un montant un peu plus élevé, ouvre droit à une réduction fiscale comme le don direct à une association (une réduction de son impôt sur le revenu de 66 % du montant du don si l’association est reconnue d’intérêt général).

DR

 

Quant à l’arrondi bancaire et l’arrondi pour les achats en ligne, également possibles, ils restent marginaux. « Nous nous concentrons aujourd’hui sur le retail — activité de commerce de détail — et les ressources humaines », explique Pierre-Emmanuel Grange. En 2016, 1,7 million d’euros ont été collectés et versés à 300 associations [1]. En 2017, MicroDON espère atteindre les 2,5 millions d’euros. Avec quinze enseignes et 2 000 magasins concernés, l’arrondi en caisse représente en valeur les deux tiers des montants collectés. Quant à l’arrondi sur salaire, c’est un service proposé par 300 entreprises. Celles-ci ont la possibilité de doubler le montant versé par leurs salariés. En pratique, plus de 90 % le font.

Une entreprise solidaire d’utilité sociale

MicroDON se rémunère uniquement par le logiciel vendu aux entreprises et ne prend pas de commission. Cette société par actions simplifiée a reçu l’agrément entreprise solidaire d’utilité sociale (Esus), héritier de l’agrément entreprise solidaire qui implique une lucrativité limitée, une participation des salariés au choix des dirigeants par le biais d’un comité de salariés et une limitation de l’éventail des salaires. MicroDON, compte à son capital des fonds de l’économie sociale et solidaire comme Esfin Gestion, France Active, Solid et Maif Investissement social et solidaire. Elle emploie aujourd’hui vingt salariés, mais n’est pas encore rentable. fonds de l’économie sociale et solidaire comme Esfin Gestion, France Active, Solid et Maif Investissement social et solidaire. Elle emploie aujourd’hui vingt salariés, mais n’est pas encore rentable. – Céline Mouzon

 

[1] En tenant compte d’autres dispositifs de générosité en caisse, comme les cartes MicroDON proposées ponctuellement pour de petites associations locales, ce sont en tout près de 400 associations qui en bénéficient.

Le 24 novembre 2017


Comments

comments

Sur le Même sujet