Guide consocolaborative

La Fabrique du Regard, un lieu collaboratif pour former les jeunes à la photo

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Marie Doyon, coordinatrice générale de La Fabrique du regard, raconte les initiatives collaboratives menées par la plateforme éducative du BAL. Lieu d’exposition, mais aussi de formation. Objectif : aider les jeunes à penser le monde en images.

La célèbre photographie (à droite) – dont l’auteur est anonyme – des athlètes Tommie Smith et John Carlos aux Jeux olympiques de Mexico, en 1968, a été reprise par les élèves de quatrième du collège Voltaire d’Asnièressur-Seine dans leur publication réalisée lors de l’atelier Mon journal du monde. ©Le BAL
La célèbre photographie  – dont
l’auteur est anonyme – des athlètes Tommie
Smith et John Carlos aux Jeux olympiques
de Mexico, en 1968, a été reprise par les élèves
de quatrième du collège Voltaire d’Asnières sur-Seine
dans leur publication réalisée lors
de l’atelier Mon journal du monde. ©Le BAL

Les programmes d’éducation à l’image et par l’image font partie de l’ADN du BAL. Nos ateliers durent entre dix et cent dix heures, étalées sur l’année, et sont mis en place par notre équipe avec des enseignants de toutes disciplines : histoire-géographie, lettres, arts appliqués, mathématiques entre autres. Le budget annuel du BAL – 1300000 euros l’an passé – est réparti de manière égale entre les expositions et les initiatives pédagogiques de La Fabrique du regard.

Le matériel semi-professionnel est fourni gratuitement aux élèves grâce aux financements de nos partenaires publics ou privés. Notre but est d’aborder avec les jeunes des thématiques liées à des questions de société à travers l’art et la photographie, de susciter des échanges autour d’un corpus d’images pour développer leur esprit critique. Basés sur la réflexion collective autour de l’image, nos workshops se concluent par la création d’un projet éditorial collaboratif: film, webdocumentaire, performance, affiche ou journal. Chacun repart avec un exemplaire du travail qu’il a produit. L’ensemble est valorisé par une exposition de tous les projets réalisés par La Fabrique du regard à la fin de l’année.

Les retours sont très positifs. Nos ateliers ont souvent un effet déclencheur dans le parcours scolaire des participants. Nous avons eu des nouvelles, récemment, d’un élève qui passe maintenant le concours d’entrée de plusieurs écoles d’art et d’un autre qui a créé une sorte d’agence de presse en banlieue parisienne. L’aspect collaboratif est primordial : travailler ensemble, communiquer, argumenter, écouter le point de vue de l’autre. Et comprendre qu’il est possible de concrétiser  un projet à partir d’une idée.

La Fabrique du regard

Créée en 2008, est une plateforme pédagogique du BAL, soutenue entre autres par la mairie de Paris. Son objectif: former à et par l’image un public scolaire issu d’établissements relevant pour la plupart de l’éducation prioritaire. Des professionnels interviennent chaque année dans ce cadre auprès d’eniron 2000 jeunes, dans 150 écoles élémentaires, collèges et lycées. Le BAL, 6, impasse de la Défense, Paris XVIIIe .

Propos recueillis par Léonor Matet

Le 11 janvier 2018


Comments

comments

Sur le Même sujet