Guide consocolaborative

InMemori : la plateforme qui accompagne les familles dans le deuil

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Lancée en juillet 2016 par Clémentine Piazza, InMemori accompagne les familles en deuil. La plateforme met à leur disposition un espace en ligne privé qui leur permet de rassembler toutes les personnes concernées et qui intègre des services pour rendre hommage.

Jeune trentenaire et directrice marketing d’une foncière immobilière du CAC 40, Clémentine Piazza épaule deux amis qui ont perdu un proche. Elle réalise combien il est difficile de rassembler les personnes concernées par le décès, lorsqu’on est submergé par l’émotion et la fatigue. « J’ai trouvé ça révoltant, qu’il existe des services pour tous les évènements de la vie sauf pour celui-là. C’est vraiment le moment où l’on a besoin d’être réuni, dans des délais très courts » explique Clémentine. Face à ce constat, elle fonde InMemori en juillet 2016. La plateforme a double vocation : du côté des familles, elle permet de communiquer les informations concernant les obsèques ; du côté des proches, elle offre l’occasion de se manifester et d’apporter leur soutien.

« On a tous un collaborateur qui a perdu un parent. On a envie d’envoyer des fleurs au cimetière, de transmettre ses condoléances, mais on n’a pas toujours l’adresse ou on ne sait pas comment s’y prendre ».

Intimité, dignité et universalité

Les pages créées par les familles sont des espaces en ligne qui restent privés, grâce au déréférencement des moteurs de recherche. Chaque personne est invitée à partager le lien de cette page. « On mise sur cette collaboration, on capitalise sur la solidarité de ceux qui ont connu le défunt. Grâce à ça, on touche 100 % des individus en moins de 48 heures ».

Exemple d’une page InMemori – InMemori©

Aucune publicité n’a lieu autour et sur le site d’InMemori, mais des partenariats sont noués avec des acteurs de confiance. Unités de soins palliatifs, maisons de retraite, assurances obsèques, société de services funéraires et journaux mettent gratuitement InMemori à disposition des familles confrontées à un décès. « On perçoit une redevance mensuelle de la part des distributeurs qui nous intègrent à leur offre » détaille Clémentine. InMemori touche également des commissions sur les actes d’hommages réalisés depuis la page. Service intergénérationnel oblige, l’équipe a développé un algorithme pour simplifier au maximum l’utilisation de l’interface. La mise en page des messages partagés se fait automatiquement et il suffit d’un clic pour recevoir la version papier du livre des souvenirs.

Sujet tabou

« Il y a un tabou sur le sujet, mais malgré nous. En fait, quand il est amené avec justesse, en faisant attention aux besoins fondamentaux comme manifester sa peine ou raconter des souvenirs, les gens se sentent à l’aise », confie Clémentine. InMemori, qui n’a pas de concurrent se développe à l’international. Après avoir levé 2,5 millions d’euros, la start-up a ouvert un bureau aux États-Unis à New York et un au Mexique.

Son ambition : continuer à être juste grâce à une équipe de support proche des familles et prendre le temps de faire les choses qui apportent du réconfort. « On ne brûle pas les étapes, on reste simples dans les actes qu’on propose. Notre moto c’est d’accompagner le plus possible et trouver les bons partenaires, ceux qui partagent les mêmes valeurs que nous ».

 

Le 8 janvier 2019


Comments

comments

Sur le Même sujet

  • Park and view : le camping-car est dans le pré

    Par : • Le 22 mai 2019

    Depuis le 15 mai, Park and view propose aux « campincaristes » amoureux des grands espaces et de la liberté, de louer des emplacements chez des agriculteurs. Loin des parkings saturés, la start-up entend dépoussiérer ce mode de voyage en créant du lien entre monde agricole et voyageurs. Le nouvel Airbnb du camping ?

    Partager
  • Lalibrairie.com : 2500 libraires adhèrent à une plateforme française pour contrer Amazon

    Par : • Le 10 mai 2019

    Georges-Marc Habib est propriétaire d’une librairie dans le XXe arrondissement de Paris depuis 2004. Pour répondre à la présence d’Amazon sur le territoire français, il a lancé Lalibrairie.com, une plateforme où 2500 libraires mutualisent leurs 300 000 références. Son but : inciter les lecteurs à acheter et à se rendre chez leurs bouquinistes tout en réduisant l’impact écologique des livraisons.

    Partager