Guide consocolaborative

Heetch lève 10 millions d’euros pour développer une « mobilité plus humaine et conviviale »

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Après avoir dû suspendre son service, déclaré illégal, l’entreprise revient avec une nouvelle offre adaptée à la législation française. Elle veut porter un modèle plus humain de transport entre particuliers et se développer dans d’autres villes que Paris, notamment Londres où Uber vient d’être interdit.

Le 2 mars 2017, l’entreprise était condamnée pour exercice illégal de l’activité de taxi. Avec plus de 500 000 euros de frais de justice à régler, d’aucuns auraient cru que la startup avait dit son dernier mot. Aujourd’hui, Heetch lève pourtant 10 millions d’euros pour trouver un nouveau souffle.

Lancée en août 2013, alors que l’économie collaborative était en plein essor, Heetch proposait un service de transport effectué par des particuliers. Sa philosophie, c’était un peu l’anti-Uber : des covoiturages « sympas » et propices à la discussion. Chez Heetch, le passager monte à l’avant. Son public : des jeunes urbains qui se déplacent jusque tard dans la nuit.

Une nouvelle offre légale

Après la décision de justice, la plateforme avait été contrainte de fermer durant deux mois. Avant que la startup ne revienne avec une nouvelle offre adaptée à la législation française. D’un côté, une solution de covoiturage légal, destiné aux courtes distances de nuit. Elle oblige les chauffeurs à « indiquer à l’application où ils souhaitent se déplacer » et à se limiter à deux courses nocturnes. De l’autre, une offre « pro », assurée par des chauffeurs possédant une licence de VTC. L’esprit lui se veut inchangé.

« Là où les plateformes de VTC classiques proposent une expérience uniforme, nous souhaitons rendre la nuit et la mobilité plus humaine, conviviale, accessible. C’est pourquoi nous continuons d’appliquer les recettes qui ont fait notre succès : sur Heetch, on monte à l’avant, tout le monde se tutoie », explique Teddy Pellerin, cofondateur de Heetch, à Madyness.

Londres dans le viseur

La levée de fonds servira à renforcer les équipes et accélérer le déploiement de ce Heetch nouvelle version. Non seulement sur le marché français, mais aussi à l’international, notamment dans la ville de Londres, où la startup projette de s’installer. La semaine dernière, Uber a en effet été privé de sa licence pour exercer dans la capitale anglaise. Un boulevard pour que Heetch puisse développer son contre-modèle.

Le 28 septembre 2017


Comments

comments

Sur le Même sujet