Guide consocolaborative

Pour hacker l’industrie musicale, ils inventent une plateforme de musique en circuit court

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Tous deux musiciens, le franco-tunisien Neil Zoubeidi et son ami Christophe Lafay ont lancé Noistr, un site qui permet aux artistes indépendants de vendre leur musique et leur merchandising directement à leurs fans. 2 000 artistes ont déjà rejoint l'aventure.

Alors que la vente directe et les circuits-courts concernent des pans de plus en plus large de notre consommation, le monde de la musique reste encore bourré d’intermédiaires. L’industrie musicale et les labels ponctionnent une grande partie de la rémunération des artistes pour assurer la production, la commercialisation et la distribution de leurs albums. Et il faut être très connu pour espérer toucher un revenu décent de la part des plateformes de streaming musical.

C’est pour « hacker ce système »  que le franco-tunisien Neil Zoubeidi et son ami Christophe Lafay ont lancé il y a peu Noistr, une plateforme de « musique en circuit-court ». « Nous sommes musiciens tous les deux, raconte Neil. Aujourd’hui il y a de plus en plus de d’artistes qui veulent garder leur liberté de composition et enregistrent leur musique tout seuls. Il leur manquait une plateforme de distribution. »

Vente directe

Sur Noistr chaque musicien peut s’inscrire, uploader ses musiques, ses photos, son merchandising pour vendre sa musique et ses créations directement à ses fans. Les albums sont disponibles en format digital ou physique. « C’est crédité directement sur le compte en banque de l’artiste, qui se charge de l’expédition », détaille Neil.

Noistr site

 

De con côté, la plateforme s’occupe du règlement, des factures et des bons de commande et prélève une commission de l’ordre de 6 % sur les transactions. Noistr permet aussi aux artistes de disposer d’une page internet d’écoute et de vente de musique, souvent trop coûteuse à faire développer pour les musiciens émergents.

Soutien de la scène Indé

Après plusieurs mois de développement et de tests, Noistr compte déjà quelques 2 000 artistes autoproduits. L’équipe table sur la scène indépendante pour se faire connaître. « On a plusieurs groupes comme, Johnny Mafia à l’affiche des Eurockéennes de Belfort, qui se reconnaissent dans la philosophie de notre projet. De leurs côté les fans sont de plus en plus sensibles à la question de la rémunération des auteurs ».

L’enjeu sera évidemment de former une communauté assez importante d’artistes et d’auditeurs pour que le modèle économique de Noistr soit viable. Pour ce faire, Neil et Christopher travaillent avec une équipe de chroniqueurs pour devenir à terme un média musical en plus d’une plateforme de vente. Bien implantés à l’Est de la France, ils comptent s’étendre en France et à terme dans tous les pays francophones. En attendant, les deux fondateurs ont lancé une campagne de crowdfunding sur KissKissBankBank. Pour 15 euros, c’est l’occasion de s’offrir un album indé et de soutenir la création musicale.

Le 7 juillet 2017


Comments

comments

Sur le Même sujet