Guide consocolaborative

En agrégeant les vidéos du web, cette plateforme veut devenir « le Netflix des cours en ligne »

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Pourquoi passer par un site de formation alors que le net regorge de vidéos d’experts, sur des sujets de pointe ? Béatrice Gherara a lancé avec deux amies Kokoroé, pour rassembler les cours disponibles sur le web grâce à une plateforme gratuite et ouverte à tous.

Apprendre aujourd’hui les compétences de demain, c’est le mantra de Kokoroé. Avec un design proche de celui de Netflix, cette plateforme d’apprentissage en ligne agrège du contenu éducatif autour de trois thèmes : business, technologie et créativité. Depuis le mois de septembre, y trouve des cours sur le growth hacking, le content marketing, les crypto monnaies, mais aussi des vidéos pour débuter sur Photoshop ou Instagram « car on considère que la créativité est importante » ajoute Béatrice Gherara, l’une des trois fondatrices. Avec Élise et Raphaëlle Covilette — sœurs jumelles —, elles ont toujours été sensibles aux à la misère éducative. À 30 ans, elles ont plaqué leurs jobs respectifs pour imaginer une nouvelle façon de se former.

Les trois fondatrices de Kokoroe - Olivier Ezratty©
Les trois fondatrices de Kokoroé – Olivier Ezratty©

Lutter contre le décrochage numérique

Kokoroé, qui signifie apprendre avec le cœur en japonais a une vocation : lutter contre le décrochage numérique. « 50 % des métiers qui existent actuellement vont disparaître d’ici 2025. L’enjeu, c’est de se former afin de s’adapter aux nouveaux métiers qui nécessitent une mise à niveau continuelle pour tous » explique Béatrice. Pour la jeune femme, on ne parle pas assez du décrochage numérique. Pourtant « il touche tout le monde : une salariée de 50 ans qui a besoin de rester à jour, un diplômé qui va arriver sur le marché du travail et qui doit avoir des notions en code informatique, un manager qui doit de se former aux outils numériques pour son business plan… »

Casser les codes de l’éducation

C’est l’intelligence artificielle qui est utilisée pour « curer » et agréger les vidéos libres d’accès, qui seront ensuite partagées quasi immédiatement sur le site. Par exemple, lorsque la communauté a plébiscité une formation sur l’Ether : « il nous a fallu moins de 48 heures pour intégrer le cours de Sébastien Bourguignon,  « Blockchain, comprendre ses nouvelles sources de financement ».

Selon Béatrice «le futur de la formation ne se fera plus du côté de la production de contenus, mais de l’agrégation et de la curation, car le savoir est déjà là, il existe en ligne ! » « Il existe pas mal de plateformes plus ‘old school’ qui ont été créées au début des années 2000, dont le contenu est onéreux, vite obsolète et non dispensés par des experts » ajoute-t-elle. C’est la raison pour laquelle les fondatrices ont voulu « casser les codes de l’éducation » ainsi, l’apprenant peut visionner gratuitement toutes les vidéos en ligne. S’il le souhaite, la version premium — 5,99 euros par mois — permet d’accéder à des ressources pédagogiques complémentaires. Articles de fond, fiche de synthèse, podcast, quizz pour tester ses compétences et expert communauté pour échanger avec d’autres élèves sont inclus dans l’abonnement. « Notre prix d’attaque a fait frémir le milieu traditionnel de la formation en ligne ».

Kokoroé
Plateforme Kokoroé©

Du binge-Watching au binge-Learning

« 70 % de notre audience, c’est les 25/35 ans. Ils n’ont aucun problème à consommer l’éducation comme une série. On commence aussi à toucher des générations plus âgées. » L’offre de Kokoroé avoisinera 600 vidéos et 500 parcours de formation en décembre. La plateforme s’appuie sur une communauté d’experts, qui valide les contenus liés à leurs domaines. À l’exemple d’Alice Zagury (The Family), qui présente une forme un peu plus sexy de SAV : le Care Hacking. « Ça nous permet d’être hyper réactifs et actualisés en permanence, de proposer des formations dans les compétences de demain, celles qui émergent ». Car pour Béatrice, le plus grand risque serait que ces connaissances restent entre les mains d’une élite favorisée.

 

Le 20 novembre 2017


Comments

comments

Sur le Même sujet