Guide consocolaborative

Acheter en vrac : la carte de France des épiceries qui font un carton

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Moins d'emballages, moins de gaspillage et moins de dépenses : les épiceries en vrac ont le vent en poupe. Entre celles qui ouvrent aux quatre coins de la France et une franchise qui a déjà essaimé, nous avons regroupé ces initiatives sur une carte pour vous proposer des alternatives concrètes.

 (Cette carte n’est pas exhaustive, si vous avez des adresses secrètes, n’hésitez pas à nous les partager !)

En novembre 2015, Biocoop a lancé un magasin éphémère bio, 100% vrac et 100% sans emballages, à l’occasion de la COP 21. Un test grandeur nature pour reproduire définitivement ce modèle dans les mois à venir. En effet, bouteilles en plastiques, sac et emballages omniprésents dans les magasins d’alimentation, sont controversés d’un point de vue environnemental et il devient urgent de trouver des alternatives au tout emballé.

Vers une démarche Zéro Déchet

Les déchets de matières plastiques représentent en France 2 500 000 tonnes. La vente en quantité prédéfinie engendre un gaspillage de « près de 20 kilos, dont 7 kg de produits non déballés qui sont jetés, soit 10 millions de tonnes de nourriture gaspillées en France chaque année.

Réduire l’impact de l’activité humaine sur l’environnement passe par l’achat de quantités nécessaires.

C’est le pari qu’on fait les épiceries en vrac qui sont de plus en plus nombreuses. De Lille à Bordeaux en passant par Besançon, les produits proposés à la vente sont en majorité issus de l’agriculture bio et fournis par des producteurs locaux. Huile d’olive, riz, produits frais ou savons, sont vendus au litre, au kg ou à l’unité. Dans certains magasins, la consigne fait son retour et les bouteilles sont reprises contre une pièce, comme à la brasserie Météor, en Alsace ou O’bocal, à Nantes.

A Nancy, c’est une association hébergée dans une MJC, La juste dose, qui propose un système de cabas : contenants vides et listes sont déposés puis quelques jours après, récupérés pleins ! L’engouement des consommateurs pour le vrac est réel, comme le témoigne la campagne de crowdfunding de Ceci&Cela, à Toulouse. Plus de 7000 euros sur les 5000 espérés ont été récoltés en quelques jours.

Le vrac est aussi itinérant : la Petite Roulotte sillonne les marchés hebdomadaires de Libourne (33), Castillon la Bataille (33), Sainte Foy la Grande (33) et Montpon-Ménestérol (24). Le Vrac Mobile  quand à lui, se déplace le long de la Côte basque jusqu’au sud des Landes.

Le vrac se franchise

Autre formule, le réseau d’épicerie en vrac, day by day, connaît un succès exponentiel. Depuis 2013, 23 boutiques ont ouvert dans l’hexagone. La franchise a pour ambition de proposer la meilleure qualité, au meilleur prix et s’appuie essentiellement sur des entreprises françaises pour se fournir. Certaines enseignes de grande distribution proposent également des produits en vrac, parfois depuis des années ou lors du réaménagement de leur magasins comme Franprix, qui dans ses boutiques nouvelle formule vend désormais des produits en vrac.

Le mouvement Zéro Wast a quand à lui lancé le réseau Vrac et projette d’ouvrir sa maison du Zéro Déchet à Paris, qui vendra entre autre des contenants réutilisable pour faire ses courses…en vrac.

 

Le 16 novembre 2016


Comments

comments

Sur le Même sujet