Guide consocolaborative

Le coparking est dans la place

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Comment optimiser les places de parking vacantes, faire gagner du temps aux automobilistes en cherche une et réduire les émissions polluantes ? Découvrez comment des start-up, à grand coup de technologie et d'ingénuité, ont répondu à ce défi en créant le Coparking.

En France, 20 % des émissions de CO2 liées aux transports sont dues à la recherche d’une place de stationnement. Un poids pour l’environnement et beaucoup de temps perdu – celui-ci se chiffrerait à un an dans la vie d’un automobiliste. Paradoxalement, des dizaines de milliers de places sont inutilisées dans les parkings privés des entreprises et immeubles d’habitation.

Start-up et Smartgrid

zenparkPour mieux allouer ces ressources, quatre sites mettent en relation propriétaires et usagers des parkings : Monsieur Parking, Parkadom, Mobypark et Prendsmaplace. Avec des tarifs avantageux, compris entre 5 et 20 euros la journée.   « Mais il faut à chaque fois se rencontrer pour échanger les clés, ce qui est assez pénible pour gagner quelques euros », explique William Rosenfeld, le fondateur de Zenpark. Créée en 2014, cette start-up est en train de s’imposer comme le leader européen du coparking avec une croissance de 300 % par an. Son atout ? Elle équipe les barrières automatiques d’un boîtier connecté à Internet. Grâce à une appli mobile, ses utilisateurs peuvent ainsi accéder aux places en quelques clics. « Notre système smartgrid permet de gérer les flux de véhicules de façon optimale tout au long de la journée », explique le PDG. Selon lui, chaque parking loué sur l’application représente 1500 heures de stationnement par mois. Une source de revenus complémentaires pour les propriétaires, pouvant atteindre 40 000 euros par an pour 20 places, mais aussi d’économies pour les automobilistes. Ceux-ci bénéficient de tarifs inférieurs de 25 % à ceux des horodateurs, ainsi que de possibilités d’abonnement. Zenpark vient de lever 6,1 millions d’euros auprès de plusieurs investisseurs, dont MAIF Avenir et Frédéric Mazzella, le fondateur de BlaBlaCar. L’objectif : gérer 1000 parkings partagés en France d’ici deux ans et s’étendre à toute l’Europe. La prochaine start-up française à succès ?

Le 8 septembre 2016


Comments

comments

Sur le Même sujet