Guide consocolaborative

WiFillles Society, deux geekettes au service des nuls en informatique

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Lauréates 2016 du label La France s’engage, Mounia et Chérazade 17 ans, ont créé il y a un mois à peine WiFilles Society. L’association a pour but d’épauler les allergiques aux nouvelles technologies à coups d’ateliers d’informatique.

En troisième, leur professeur de technologie « n’aurait pas misé une seule pièce » sur elles, s’amuse Chérazade Kabache. Mais à force de persévérance, la jeune fille et sa meilleure amie, Mounia Bellila, finiront deuxièmes de leur collège de Pantin (Seine-Saint-Denis) dans un concours de création d’éoliennes en 3 D. Et toc ! À l’époque, la modélisation sur ordinateur était loin d’êre leur fort, mais depuis, elles ont donné un cours de code à François Hollande ( à l’occasion du premier forum La France s’engage, en 2016 ).
Eh oui ! Âgées de seulement 17 ans et en classe de première ES, elles montent aujourd’hui WiFilles Society. L’association, encore au stade embryonnaire, regroupe six jeunes filles prêtes à transmettre leur savoir aux moins dégourdis du clavier dans les domaines de l’informatique et du numérique. « On avait envie de concrétiser un  « après-WiFilles » et d’aider les gens autour de nous », expliquent les jeunes filles.

De WiFilles à WiFilles Society
Vous suivez ? Le programme WiFilles « tout court », initié par Face Seine-Saint-Denis (Fondation agir contre l’exclusion) est exclusivement réservé aux filles. De février à juin, tous les mercredis après-midi et pendant les vacances, il initie une vingtaine de collégiennes et lycéennes au codage, montage son et vidéo ou à la robotique. Mounia, poussée par sa mère, qui s’est aussi mise à l’informatique, est la première des deux à rejoindre la formation en 2013, après une réunion d’information à laquelle Chérazade, elle, ne s’est jamais pointée. « Pour moi, l’informatique était réservée aux garçons, c’était trop compliqué »  justifie-t-elle simplement. Selon elle, les filles sont mal informées sur les possibilités qu’offre ce domaine. Finalement, Mounia la convainc de rejoindre le programme et les deux filles vont vite rendre les garçons jaloux.
«Au début, certains me disaient que je n’allais pas réussir, puis ils ont été épatés et ont fini par nous demander si ce n’était pas possible d’intégrer WiFilles », plaisante Mounia.

Mounia Bellila & Chérazade Kabache
Mounia Bellila & Chérazade Kabache

Pas encore le bac en poche que, déjà, les deux meilleures amies peuvent modifier votre logo Google pendant que vous faites une recherche Internet. Bien que le terme « society » soit inspiré de la série Mr. Robot et son groupe de hackers Fsociety, dont les ambassadrices sont « complètement fans », l’association ne traite pas uniquement du langage binaire. Loin des cyberanarchistes de la production américaine, WiFilles Society aspire surtout à donner des coups de pouce à des personnes âgées ou des comités d’entreprise sur l’usage de Skype ou de la déclaration d’impôts en ligne. Pour le moment, elles souhaitent que ces ateliers soient gratuits. Les deux geekettes recherchent encore des financements publics et privés et sollicitent les entreprises pour obtenir des fonds complémentaires afin de rémunérer leurs intervenantes. Le président et le trésorier de WiFilles apportent leur expertise sur le plan juridique, mais Chérazade insiste : « C’est nous, les filles, qui siégeons au conseil administratif de l’association et prenons les décisions. » À ce jour, elles ne savent pas encore où s’orienter après le bac, mais les métiers numériques ne sont plus exclus de leur esprit. Des projets plein la tête, les deux copines se disent dorénavant « libérées et décomplexées » grâce à leur parcours et plus que jamais prêtes à « participer à l’avenir ».

Dates Clés
2013 : Mounia intègre la première promotion de WiFilles
2014 : Le programme WiFilles, autrefois réservé aux élèves de Seine-Saint-Denis, s’étend à l’Île-de-France
2014 : Chérazade intègre WiFilles
Octobre 2015 : Chérazade participe à Women 2 Women, un sommet sur l’“empowerment” féminin aux États-Unis
Décembre 2015: Mounia, de retour de vacances dans le nord de l’Italie et choquée par les images des naufragés, rejoint un projet de documentaire sur les migrants
Mai 2016 : Le projet WiFilles Society est lancé
Juin 2017 : Mounia et Chérazade passeront le bac !

Le 13 juillet 2016


Comments

comments

Sur le Même sujet