Guide consocolaborative

OpenStreetMap, le Wikipédia de la cartographie

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Rencontre avec Gaël Musquet, porte-parole de la communauté française d’OpenStreetMap, qui permet à tous les internautes de participer à la création de cartes en accès libre, téléchargeables et modifiables à souhait.

Dans les locaux flambant neuf de la Fonderie, l’agence numérique publique associée au conseil régional d’Ile-de- France, Gaël Musquet bavarde, badine, serre des mains. Ce Guadeloupéen de 35 ans, bien connu des communautés du logiciel libre, est chez lui parmi les informaticiens et créateurs de start-up, dans les espaces de « coworking » (espaces de travail en commun) et autres « fab-labs » (espace de fabrication) où chacun peut venir tester des idées. « J’accompagne collectivités et entreprises dans la compréhension de l’open data [données ouvertes à tous], et je promeus, pour la région, le numérique communautaire et citoyen », explique-t- il. Mais c’est pour le rôle qu’il a joué dans le développement d’OpenStreetMap, « OSM » pour les intimes, que ce météorologue de formation s’est taillé une réputation dans le Web collaboratif. Il a en effet cofondé, en 2011, l’antenne française de cette « Wikipédia de la cartographie » qui permet à tous les internautes de participer à la création de cartes en accès libre, téléchargeables et modifiables à souhait.

Gaël Musquet l’a découverte en 2007, lorsque la plate-forme ne comptait que quelques milliers de membres. « Travaillant au ministère de l’Écologie, j’avais besoin de fonds cartographiques pour modéliser le traficroutier autour de ronds-points près d’Aix-en- Provence. Mais il n’existait aucune carte à jour — encore moins téléchargeable — des zones qui m’intéressaient. Grâce à OSM, j’ai pu réaliser mes propres plans en parcourant ces giratoires avec mon récepteur GPS et en transmettant les données aux serveurs de la plate-forme. J’ai résolu mon problème tout en participant à l’intérêt général, car d’autres ont pu ensuite utiliser mes itinéraires, les relier à d’autres données. » Geeks (adeptes des nouvelles technologies), « libristes » (adeptes des logiciels libres), vététisteus, randonneurs…Ils sont désormais près de un demi-million à participer, à ce projet international dont la force réside sur la mise en réseau de compétences et de communautés variées et leur connaissance locale du terrain.

Site OpenStreeMap
Site OpenStreeMap

 En voiture, à deux-roues, à skis ou à pied, ils tracent des routes, des sentiers, mais répertorient aussi une multitude de « points d’intérêt » — barrières, parcs, vignobles, commerces, boîtes aux lettres, points d’eau incendie, défibrillateurs, etc. En France, 32 184 terrains de foot, 44 114 lieux de culte et 86 103 objets liés au tourisme apparaissent ainsi sur les cartes d’OSM ! « Cette démarche change le rapport au territoire : grâce à elle, la cartographie n’est plus aux mains des États ou d’entreprises privées comme Google, et devient de plus en plus un service d’usage courant, assure Gaël Musquet. Ubérisation de l’économie, smart cities [villesS intelligenteS], voitures connectées…Rien de tout cela ne pourra réellement se développer tant que les citoyens ne produiront pas eux-mêmes des données cartographiques massives, fiables et libres d’accès, régulièrement mises à jour et standardisées. »

Humanitaire : sans cartes, pas de secours efficaces

OpenStreetMap a créé un groupe baptisé HOT (Humanitarian OpenStreetMap Team) afin de soutenir les organisations humanitaires lors de catastrophes naturelles (tremblement de terre, tsunami) ou de conflits armés. Il est actuellement très actif avec des pays en guerre comme la Syrie, le Mali et la République démocratique du Congo, mal couverts par les services de cartes commerciaux. Or la cartographie joue un rôle essentiel dans le travail des ONG, qui ont beaucoup de mal à circuler sur ces territoires. Les données que les communautés d’OpenStreetMap établissent facilitent ainsi l’aide aux réfugiés et la logistique des secours.

 

Le 7 juillet 2016


Comments

comments

Sur le Même sujet