Guide consocolaborative

Après #deleteUber, 3 alternatives efficaces pour se déplacer en ville

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

L'application phare de mobilité à la demande est pratique autant qu'elle est polémique. Mais il est possible de se déplacer autrement sans payer beaucoup plus cher ou attendre longtemps. Suivez le guide.

En quelques années, l’application de mobilité à la demande s’est imposée sur nos smartphones. Uber a su séduire bon nombre d’urbains partout dans le monde, siphonnant au passage un marché jusqu’alors chasse gardée des taxis. Pourtant les critiques s’accumulent à l’égard de la startup : concurrence déloyale, mauvaise rémunération des chauffeurs. Récemment, ce sont les ambiguïtés supposées de sa direction à l’égard de Donald Trump qui ont relancé le débat. Un hashtag #deleteUber a été lancé, bien que son PDG Travis Kalanick ait depuis déclaré que « le décret anti-immigration [était] contraire à tout ce en quoi Uber croit ». On vous laisse vous faire votre avis, mais voici trois alternatives à Uber qui fonctionnent, pour ceux qui ont décidé de laisser tomber l’application.

Chauffeur Privé, le VTC Made in France

L’appli joue clairement la carte de la différence et s’engage dans une confrontation directe avec Uber. Dans sa dernière campagne de pub, elle y va du jeu de mot « le beurre et l’argent du beurre » et met en avant que 100 % de ses impôts sont payés en France. « L’objectif est de démontrer qu’il existe une alternative au leader du VTC, de surcroit une alternative française », explique Anne-Carole Coen, directrice marketing de Chauffeur Privé, au magazine Influencia. Depuis qu’Uber a augmenté sa commission, les tarifs des deux applications sont (presques) comparables. Idem pour les temps d’attente. Ca se tente non ?

Heetch, pour les noctambules relax

Engagée dans un procès intenté par les chauffeurs de taxis, cette startup tient toujours bon. Lancé en 2013, Heetch permet aux particuliers d’être transporté par des chauffeurs non professionnels entre 20 heures et 6 heures à Paris, Lille et Lyon. On ne roule pas forcément dans une Mercedes Classe A, mais l’ambiance est détendue. Quand aux tarifs (appelés donation) ils sont fixés librement par les passagers. Seul hic : il faut parfois patienter un peu. Le temps de finir son verre.

Les taxis (si ! si !)

Lors de l’explosion des applications de VTC, beaucoup de clients ont déserté les taxis avec de justes motifs de mécontentement. Mais face à l’érosion de leur marché, les taxis ont fait des efforts : de nombreuses applications sont sorties pour attraper un taxi rapidement, la qualité de service se renforce (bouteille d’eau dans les véhicules), le paiement par carte se généralise… En mai dernier, le gouvernement a lancé Le.taxi, un service de réservation en un clic. De son côté, la plateforme G7 a revu sa politique tarifaire et joue la carte de l’innovation. De quoi peut-être leur laisser une dernière chance ?

Bonus : autostop connecté et scooters électriques

Ca n’est pas vraiment comparable à Uber, mais on vous en parle quand même : l’application OuiHop met en relation conducteurs et passagers allant dans la même direction pour faire de l’autostop courte distance. De son côté, Félix vous propose de faire vos trajets à l’arrière d’un scooter électrique.

Le 31 janvier 2017


Comments

comments

Sur le Même sujet