Guide consocolaborative

Cette appli collaborative recense les restos et hôtels durables

Partager [pssc_facebook] [pssc_twitter]

Respect du patrimoine, approvisionnement en produits locaux, nuit ou repas chez l'habitant... FairTrip permet à ses utilisateurs d'accéder à des adresses authentiques à rebours des guides et plateformes numériques de voyage.

Lassé de la politique après 4 années comme collaborateur parlementaire, Brian Corrieri entame un tour du monde de 11 mois qui le mènera de l’Afrique à l’Asie du Sud-Est. C’est là qu’il prend conscience de la nécessité de faire rimer tourisme avec progrès social et écologique. « Le tourisme est aujourd’hui la première industrie mondiale, explique-t-il. Or dans les guides papiers ou sur Internet, ce sont toujours les restaurants ou les hôtels les plus connus qui sont mis en avant, au détriment des projets locaux et solidaires. » 

Rentré en France en novembre 2016, Brian décide d’imaginer une application collaborative qui permettrait à ses utilisateurs de référencer les établissements touristiques engagés en France et dans le monde : un restaurant qui s’approvisionne en produits du coin, un hôtel qui emploie des personnes en insertion, une gargote authentique dans un pays en développement, etc. En six mois, il apprend à coder tout seul et FairTrip naît en juillet 2017.

1500 adresses référencées

Pour ajouter une nouvelle adresse, les utilisateurs doivent juger qu’elle répond à certains critères, tels que le respect du patrimoine, l’approvisionnement en produits locaux, ou le respect des salariés. « C’est déclaratif, mais notre équipe vérifie ensuite par téléphone ou via les statuts de l’établissement pour les adresses françaises », explique Brian. On est même allés visiter 200 restaurants à Paris. » Si un utilisateur trouve qu’un lieu ne correspond pas à l’éthique de FairTrip, il peut par ailleurs le signaler.

Résultat : « On a déjà 1500 adresses référencées sur la plateforme », dont la moitié en France s’enthousiasme le fondateur. Il s’est appuyé sur des partenariats avec des blogueurs ou des réseaux tels que Accueil Paysan (chambres d’hôtes) ou Village Monde (tourisme villageois) pour étoffer l’offre de FairTrip. Une offre qui n’est pas réservée aux campagnes et aux pays du Sud : à Paris, le Solarhôtel est ainsi référencé, proposant repas bio, éclairage à l’énergie solaire, vélos et récupérateurs d’eau de pluie.

Développement international

À terme, FairTrip devrait trouver son modèle économique en permettant des réservations dans les établissements sur lesquelles sera prélevée une petite commission. Pour l’instant, elle se finance en proposant un système d’adhésion aux restaurants, dont 10 % sont reversés à des ONG œuvrant dans les pays du Sud. Pour vraiment « transformer le voyage en outil de développement international inclusif et durable », la jeune pousse doit séduire un public plus large pour proposer plus d’adresses. Objectif : 1 million d’utilisateurs d’ici trois ans. Labellisée entreprise sociale, FairTrip mène actuellement une campagne de crowdfunding pour financer une nouvelle version de l’application.

Le 6 juin 2018


Comments

comments

Sur le Même sujet