En ce début d’été les levées de fonds se multiplient, après Fidbacks c’est au tour de LearningShelter d’annoncer une levée de fonds de 200 000€.

LearningShelter_logo600

Lancé fin 2012 par 3 entrepreneurs encore étudiants, LearningShelter, premier site en France de cours particuliers en ligne par vidéo-bulle, vient d’annoncer sa première levée de fonds de 200 000 euros en amorçage auprès de Business Angels séduits par son concept novateur et unique.

LearningShelter permet à chaque élève de trouver un mentor expert et pédagogue, à un prix abordable et très disponible pour prendre un cours particulier en ligne par vidéo-bulle.

Les élèves (ou leurs parents) peuvent réserver un cours particulier dans le calendrier du mentor de leur choix. Le paiement s’effectue par carte bancaire, le mentor recevant l’argent une fois le cours passé. L’heure du cours venue, l’élève retrouve le mentor pour un cours en ligne par vidéo-bulle avec plusieurs options comme la webcam, le chat, la prise de notes à deux, le partage de documents et le partage d’écran. Les élèves peuvent laisser un avis public sur leur mentor.

Depuis son lancement, LearningShelter enregistre une croissance mensuelle moyenne de 25% (50% sur les 3 derniers mois) sans aucune dépense en communication. Le site compte aujourd’hui 150 mentors. La levée de fonds servira à améliorer le site encore plus vite et à accélérer le recrutement de mentors avec l’objectif de 1000 mentors pour fin 2013.

Alexandre Dana (24 ans), président et co-fondateur, souligne une certaine vision de l’éducation :

Les cours particuliers ont parfois mauvaise presse parce que les acteurs en place en ont fait une industrie de la peur. On stresse parents et élèves avec la peur de l’échec. Sur LearningShelter, on se recentre sur la relation mentor/élève et ça marche !

Charles Lefebvre du Preÿ (23 ans), directeur général et co-fondateur, ajoute :

Nos mentors n’ont pas de diplôme d’enseignant et ce sont pourtant les meilleurs. Regardez les recommandations laissées par les élèves ! Les mentors ont quelques années de plus, ils ont donc encore en mémoire les difficultés traversées actuellement par leurs élèves.

Grégoire Clermont (21 ans), directeur technique et co-fondateur, précise les ambitions internationales de l’équipe :

Certains élèves réguliers sont déjà hors Hexagone (Maroc, Italie, Etats-Unis, Corée du Sud, Tahiti) grâce notamment au succès rencontré par le service dans les lycées français de l’étranger. Nous pensons à terme accélérer l’internationalisation en sortant une version anglaise du site.

 

 

 

A propos de Edwin Mootoosamy


Je suis depuis toujours intéressé par les modèles culturels différents qui viennent bousculer l’idéologie dominante. Passionné par les nouveaux usages d’Internet et les mutations socio-économiques que cela induit, j'observe le développement de la consommation collaborative depuis 2008. OuiShare Co-Founder & France Connector et doctorant sur ces sujets, je m’intéresse plus généralement à la manière dont Internet reconditionne notre façon de faire société.

Commentaires clos.