Malgré le développement de la consommation collaborative de nombreux objets squattent toujours nos placards ! Sharewizz est un site communautaire dédié au prêt gratuit d’objets entre amis et entre voisins. Rencontre avec  Benoît Renoul, co-fondateur de la plateforme.

Sharewizz qu’est ce que c’est ?

 

En quelques mots, Sharewizz est le premier réseau de mise en relation dédié au prêt gratuit d’objets entre voisins : une plateforme d’entraide non-marchande qui permet à chaque membre d’emprunter gratuitement près de chez lui l’objet dont il a besoin, parmi plus de 1400 objets partagés par la communauté (outils de bricolage et de jardinage, matériel de sport, petit électroménager,  matériel de puériculture et objets culturels : livres et DVDs).
Sharewizz répond donc à une double frustration : d’une part, celle de devoir acheter des objets que l’on n’utilise (presque) jamais, et d’autre part celle de voir nos placards encombrés avec des objets qui ne sont utiles à personne et qu’on n’utilise que quelques heures/jours par mois, voire par an!

Grâce à Sharewizz les Wizzers font des économies, ils peuvent rencontrer dans leur quartier des personnes avec qui ils ont des centres d’intérêts communs, et c’est aussi pour eux l’occasion d’adopter un mode de consommation plus responsable qui limite le gaspillage. L’économie, le social et l’environnement : les 3 piliers du développement durable sont profondément inscrits dans l’ADN de Sharewizz!

Bref, en cette période de crise, Sharewizz offre une alternative plus pratique, plus économique, plus conviviale et plus responsable, pour accéder aux objets du quotidien.

Comment cela fonctionne concrètement pour emprunter un objet ?

Sur Sharewizz, les utilisateurs ont 2 niveaux d’accès :

  • pour pouvoir consulter les objets partagés, il faut être inscrit.
  • pour pouvoir contacter un Wizzer ou emprunter un objet partagé par un autre Wizzer, il faut avoir partagé 3 objets minimum avec la communauté (compter 30 secondes par objet, grâce à notre outil magique de suggestion d’images).

Une fois l’objet trouvé sur le site, près de chez vous, vous contactez le prêteur aussi facilement que sur Leboncoin et vous calez avec lui les modalités du prêt (durée, date et lieu de RDV pour la remise de l’objet, versement ou non d’une caution, …). Il vous répond et hop, c’est dans la poche! Il ne vous restera qu’à vous évaluer mutuellement après la restitution de l’objet, pour que tous vos futurs co-Wizzers sachent que vous êtes un(e) Wizzer sympa, soigneux/-se et courtois/-e.

L’inscription et l’utilisation du site sont évidemment gratuites.

Image 20

D’où vient l’idée de Sharewizz ?

Eté 2011 – Partant faire de l’alpinisme avec des amis, je souhaitais emprunter une partie de l’équipement pour réduire mes coûts. Malheureusement, parmi mes proches, personne ne pratiquait ce sport… En dernier recours, j’ai donc tenté un appel auprès de mes contacts Facebook. Arnaud, un camarade d’école un peu perdu de vue ces dernières années, me répond. Ravi de s’apercevoir que nous avions cette passion en commun, il me propose de me prêter presque tout (pantalon, sac à dos, piolet, chaussures et crampons, …). En plus de son aide matérielle, il me fournit de précieux conseils pratiques (il a déjà fait l’ascension du Mont Blanc et pratique l’alpinisme depuis déjà plus de 2 ans). Sacrée aubaine!

Rentré heureux de cette aventure sportive facilitée par le partage (même si, compte tenu des conditions climatiques, nous n’avions pas pu atteindre le Mont Blanc), je reste vraiment marqué par cette expérience. Quelques mois plus tard, accompagné d’un associé, je commence à poser les bases d’un nouveau site internet dédié au prêt d’objets entre particuliers, qui faciliterait l’entraide matérielle entre habitants d’un même quartier, dans l’esprit du Couchsurfing.

Déjà créateur d’une startup en 2007 autour de l’accès internet pour tous, et covoitureur régulier depuis 2004, je suis passionné par les valeurs d’entraide et de convivialité. Après des mois de travail et de défis à résoudre, notre site a été lancé fin avril 2013 sous le nom de www.sharewizz.com.

En quoi Sharewizz est innovant dans le secteur de la consommation collaborative ?

La vision de Sharewizz est centrée sur la conviction que les rapports non-marchands entre les gens sont devenus très rares et que restaurer des rapports « non tarifés » enrichirait beaucoup les individus eux-mêmes, mais aussi l’ensemble de la communauté, voire la société tout entière. Du reste, comme pour le secteur de la consommation collaborative dans son ensemble, l’émergence d’un système d’entraide non-marchande est liée à 4 facteurs :

  • la crise économique, qui secoue nos habitudes de consommation,
  • l’innovation technologique, qui a permis l’émergence de plateformes communautaires et l’essor des réseaux sociaux,
  • le développement de logiques collaboratives au sein des groupes sociaux,
  • et l’augmentation de la prise de conscience environnementale.

Cependant, je considère que le non-marchand conserve une place à part au sein de la consommation collaborative : ce mode de partage dépasse largement l’aspect pratique et économique, laissant la place centrale à la fonction sociale de l’objet et à l’envie des personnes d’être utiles à d’autres, gratuitement et très concrètement. Pourtant, ce partage n’est pas à proprement parler solidaire : on se situe davantage dans des dynamiques d’entraide utilitaires (« j’accepte d’aider car je pourrai moi-même bénéficier de l’aide de la communauté demain ») que dans une dynamique solidaire. Ainsi, en prêtant via Sharewizz je ne fais pas une bonne œuvre, je rends simplement service à mon voisin ou à un ami. De plus, je réalise que j’ai une utilité véritable et très concrète au sein de la société et au sein de mon environnement direct.

 Quelques chiffres ?

2 mois après ouverture du site, plus de 1.400 objets sont partagés par notre communauté qui compte aujourd’hui plus de 1.100 membres à Paris mais aussi dans certaines grandes villes de province (Bordeaux, Lille, Lyon, Nantes et Toulouse notamment). En effet, certains Wizzers ayant souhaité pouvoir partager certains objets seulement avec leurs proches (ex : un appartement au bord de la mer, une voiture, des vêtements, …), et nous avons souhaité  leur donner cette possibilité, à partir du moment où 3 objets ont déjà été partagés « avec tous ». Cette part d’objets « privés » représente aujourd’hui 10%, preuve s’il en fallait que le partage et la confiance sont des notions très subjectives, où les acteurs doivent être laissés les plus libres possibles par les plateformes qui les mettent en relation.

A propos de Edwin Mootoosamy


Je suis depuis toujours intéressé par les modèles culturels différents qui viennent bousculer l’idéologie dominante. Passionné par les nouveaux usages d’Internet et les mutations socio-économiques que cela induit, j'observe le développement de la consommation collaborative depuis 2008. OuiShare Co-Founder & France Connector et doctorant sur ces sujets, je m’intéresse plus généralement à la manière dont Internet reconditionne notre façon de faire société.

Commentaires clos.