Yooneed est une plate-forme de mise en relation de services entre particuliers, lancée en 2012. Quelques questions à Laurent Blanchard, fondateur de Yooneed, sur sa vision du marché, sur les perspectives d’évolution mais également sur l’émergence d’un nouveau modèle économique centré sur les personnes, leurs besoins et leurs compétences.

yooneed

Quel est le constat à l’origine de Yooneed ?

Cela s’est fait progressivement  :

  • Automne 2008, tout début de la crise, je regarde une intervention de Jacques Attali qui dit : « Il ne faut pas nous inquiéter, nous n’avons jamais produit autant de richesses depuis le début de l’histoire de l’humanité, la question est où vont ces richesses ? Quand dans les années 70, 60% des richesses créées allaient vers ceux qui prenaient le risque économique et 40% vers ceux qui les produisaient, aujourd’hui c’est 70/30, très vite ce sera 80/20 », c’est-à-dire que 20% des richesses allaient aller vers 95% de la population et 80% vers 5%. Cherchez l’erreur.
  • Automne 2010, ouverture du JT de 20H, à la une «  Les marchés ont décidé de … ». Question : « Qui est ce Mr Marché, qui décide de nos vies, pour servir quels buts ? ».
  • Eté 2011, sur mon dernier job où je faisais partie du comité de direction, nous avions multiplié par 3 en 2 ans nos profits nets sur un marché a -10% en volume. Quand nous demandions une partie des richesses additionnelles que nous avions créées, pour innover, bâtir, développer, on ne nous la donnait pas. Même réponse quand nous demandions un peu de redistribution vers nos équipes qui 2 fois moins nombreuses, avaient travaillé 3 fois mieux.

A ce moment-là je me suis dit :

  • Le problème devient global et concerne toutes les entreprises d’Europe de l’ouest, nous sommes sur des  marchés matures dont la mission est de « cracher » du profit pour nourrir «la bulle financière » ou pour soutenir la croissance sur d’autres marchés. Une grande partie des richesses excédentaires que nous produisons partent et ne sont plus réinjectées dans notre économie, c’est un problème majeur.
  • L’agenda qui est donné aux entreprises ne va plus leur permettre d’absorber le marché du travail, ni d’augmenter les salaires. Beaucoup vont se retrouver avec des revenus qui ne permettent plus de vivre dignement, alors qu’ils ont une diversité et une complémentarité de talents à proposer.

Aujourd’hui 1 français sur 2 a du mal à terminer financièrement le mois et à couvrir ses besoins primaires,  alors qu’il a un travail ! Avoir un emploi n’est plus suffisant. Que pouvons-nous faire ? L’opportunité est immense.

Il faut apporter des solutions alternatives pour permettre au plus grand nombre d’être mis en situation de réussite, de pouvoir prendre son destin en main, et de pouvoir vivre de ce qu’il sait, là où il est, qu’il ait des talents  « manuels » ou « intellectuels ».

 L’Homme a créé l’économie, les échanges, pour qu’ils soient à son service et non l’inverse. Je pense qu’il est temps de reprendre le contrôle de nos outils, Yooneed en est un.

Quels sont les services que vous proposez pour accompagner vos offreurs ?

Yooneed c’est valoriser l’humain autour de ses talents pour lui permettre de valoriser ses revenus. Sur Yooneed, les annonces et les mises en relations sont gratuites et illimitées.Tous les talents sont possibles, il y aussi bien des magiciens que des détectives privés ou encore des mécaniciens. Chacun démarre ainsi avec les mêmes chances face au marché. Vous pouvez être recommandé par les personnes qui sont prêtes à s’engager pour vous en leur nom propre. Vous pouvez détailler précisément votre offre : expérience, diplômes, savoir-faire, documents officiels présentables sur demande, tarif, zone d’action, agenda, photos de vos réalisations.

Quelle est la différence par rapport à une agence d’intérim ?

Nous ne sommes pas une agence de placement, nous sommes un site de mise en relation directe entre un particulier et un autre particulier, un auto-entrepreneur, voire une entreprise.

Les échanges se font en direct entre les acteurs, nous ne plaçons pas les offreurs, c’est la demande qui les choisit. On pourrait dire que c’est les petites annonces, mais version 2.0, nous allons plus loin, car publier son annonce est gratuit et on peut détailler son profil et sa proposition.

N’est-ce pas une certaine forme de précarisation, du monde du travail ?

La précarité gagne du terrain, une grande partie d’entre nous y est déjà confronté et cela ne cesse de s’amplifier. Yooneed permet à chacun d’exprimer ce qu’il sait faire, aime faire et d’en dégager des revenus. J’y vois plutôt une amélioration sociale. Il existe déjà des solutions simples pour proposer ses talents en toute légalité comme le statut d’auto-entrepreneur qui vous permet de facturer jusqu’à 32000€/an, je vous laisse faire le calcul par rapport au salaire moyen des français (environ 20000€), on encore le CESU (chèque emploi services universel). Nous permettons à chacun d’être mis en situation de réussite, pour les uns d’accéder à l’indépendance, pour les autres d’aller chercher des revenus pour améliorer le quotidien sans avoir à payer pour le faire.

Nous réduisons tous les intermédiaires, en dehors des charges liées à l’état, entre celui qui produit la richesse de son travail et celui qui la consomme afin de permettre à chacun de tirer le maximum de son travail. Nous proposons une solution citoyenne porteuse de liberté, de responsabilité et d’équité qui place l’être humain au centre de tout.

Quelles sont les contraintes et comment les surmontez-vous ?

La principale est de pouvoir prendre la parole auprès du plus grand nombre pour que chacun puisse prendre connaissance de cette solution et l’utiliser si il le souhaite. Nous sommes au cœur de l’actualité puisque nous répondons à 2 problématiques majeures, l’accès au travail et la relance du pouvoir d’achat. Nous sommes sur un marché énorme, mais qui n’est pas structuré, que peu encore connaissent, qui est encore en phase d’expérimentation.

Nous avons des chantiers importants à mener avec les acteurs de la consommation collaborative et d’autres partenaires (privés, publiques) pour construire ce nouveau modèle et bâtir des cercles d’échanges vertueux efficients, faciles et compréhensibles par tous. Cela permettra d’accélérer et de rebâtir massivement du pouvoir de consommer au local, qui bénéficiera à tous. Je pense que collectivement nous devons ouvrir notre réflexion et saisir l’opportunité de ce potentiel. J’entends par là qu’il va falloir repenser les choses, nous ne sommes plus à l’heure de la révolution industrielle, ni des 30 glorieuses et que les intérêts court-termistes qui servent quelques lobbies ne doivent pas nous stopper.

Nous devons travailler de concert avec le législateur pour que nos lois évoluent et permettent l’agilité tout en respectant les fondamentaux citoyens dont nous avons parlé précédemment et une concurrence loyale entre les différents statuts.

Cette problématique n’est pas propre à Yooneed, ni au « Jobbing», mais à l’ensemble du marché de la consommation collaborative, voire de l’économie collaborative, qui est en train de se mettre en place et qui va représenter une masse importante des échanges de demain.

Si nous sommes tous d’accord là-dessus, le reste viendra et tout le monde en bénéficiera.

A propos de Edwin Mootoosamy


Je suis depuis toujours intéressé par les modèles culturels différents qui viennent bousculer l’idéologie dominante. Passionné par les nouveaux usages d’Internet et les mutations socio-économiques que cela induit, j'observe le développement de la consommation collaborative depuis 2008. OuiShare Co-Founder & France Connector et doctorant sur ces sujets, je m’intéresse plus généralement à la manière dont Internet reconditionne notre façon de faire société.

Mots-clés :
 

5 Responses to « Yooneed, c’est valoriser l’humain autour de ses talents pour lui permettre de valoriser ses revenus. »

  1. Hebdomadaire dit :

    Voici le genre de sujet qui devrait faire la une de l’actualité. Il y a quand même un gros travail de fond à faire , rien d’impossible pourtant !

  2. guyard dit :

    Très aspirationnel et rafraichissant le matin…cela donne envie d’en savoir plus et d’aider…je recontacte Laurent