YoupiJob.fr est la première plateforme française de jobbing. A l’occasion de la sortie de l’application iPhone du service, nous avons échangé avec Bertrand Tournier, un des co-fondateurs de YoupiJob.fr, qui nous en dit un peu plus sur ce qu’est le jobbing et sur les questions économiques et fiscales liées au développement du secteur.

En quoi consiste le service précisément ? De quoi se charge Youpijob dans la mise en relation ?

YoupiJob.fr développe la première plateforme française de jobbing sur le marché des services aux particuliers, dédiés aux services de la vie quotidienne. Le phénomène Jobbing, né aux Etats-Unis, développe un système d’entraide au quotidien entre particuliers : une personne qui a un job à accomplir le confie à une personne compétente qui habite près de chez elle. C’est inspiré des modèles made in USA en plein développement qu’est né en cette rentrée 2012, le premier site français : YoupiJob.fr

Le principe est simple : mettre en relation 2 catégories de particuliers. Les consommateurs de services qui manquent de temps ou de compétences pour réaliser certaines tâches (posteurs) et les prestataires de services (jobeurs) qui possèdent ce temps et ces compétences et sont en quête de complément de salaires.

La crise, la hausse du chômage, les fins de mois difficiles obligent les consommateurs à faire de plus en plus appel à ce qu’on appelle le « système D ». La consommation collaborative apparaît alors comme un idéal : partage matériel et immatériel entre particuliers, liens sociaux redéveloppés, économies réalisées, l’entraide un devenu le nouvel art de vivre. La communauté Youpijob invite à cette notion participative, et grâce à elle, les particuliers peuvent, par son intermédiaire, se filer des « coups de main », à moindre frais.

Quelles sont les tâches les plus effectuées ?

Les particuliers « employeurs » (dits posteurs) manquant de temps et d’argent pour la réalisation de « petits jobs » postent leurs besoins en indiquant la rémunération qu’ils proposent, et le type de job. Ceux-ci peuvent être :

  • « classiques » ; comme le ménage, aller chercher des vêtements au pressing, etc.
  • « dans l’air du temps » ; tels que le jardinage, la déco, l’organisation d’anniversaire, la cuisine, s’occuper des animaux, monter un meuble en Kit, etc.
  • Ou plus « originaux » ; comme la livraison d’un petit déj avec un bouquet de fleurs pour Madame, repeindre la coque d’un bateau, etc.

Que répondez-vous aux critiques :

- sur la précarisation de travailleurs sur votre plateforme ?

La précarisation ? Bien au contraire.

Aujourd’hui, en France, le taux horaire brut du SMIC est en 2013 de 9,43. Sur Youpijob.fr, la moyenne du taux horaire représente jusqu’à plus de 2 fois ce montant (de 10 à 25 euros /heures).

Nous travaillons actuellement à la mise en place d’un outil « prix conseillé » qui permettrait aux posteurs de proposer des tarifs en accord avec ceux du marché. Le « panier moyen » des jobs réalisés depuis le lancement de Youpijob est de 102 euros. Les jobeurs ont une véritable opportunité d’avoir un revenu complémentaire non négigeable.

- sur la concurrence déloyale vis-à-vis des professionnels ?

Youpijob.fr ne peut pas et n’a pas vocation à entrer en concurrence avec les professionnels. Sur notre plateforme, les posteurs recherchent des personnes compétentes pour des petites tâches de bricolage, des petites manutentions du quotidien. Ce type de tâches n’intéresse pas les professionnels car le déplacement serait le coût le plus important. Leur prise en charge pour ces petits travaux n’est pas du tout concurrentielle pour eux.

Nous sommes donc une véritable solution complémentaire au savoir-faire des professionnels.

Quel est l’impact économique pour les utilisateurs ?

Pour les jobeurs, l’économie financière est réelle : en moyenne, ils pourront faire faire tous leurs petits travaux 2 à 3 fois moins cher grâce à notre approche collaborative innovante. Pour les posteurs, encore une fois, avec un « panier moyen » de plus de 100 euros, on s’aperçoit vite qu’un complément de revenus de plusieurs centaines d’euros par mois est tout à fait possible

A terme, quel sera l’impact macro-économique : ce type de services est-il bon pour l’économie ?

Il favorise le partage économique et donc répartit le pouvoir d’achat. De plus les solutions actuelles et à venir permettent de mettre à disposition des utilisateurs des moyens simples pour réaliser leur déclaration, cela aura pour effet de combler le fossé entre le travail déclaré et le non-déclaré.

Quid de la situation fiscale ? Les personnes qui réalisent les tâches ont-elles un statut ? Déclarent-elles leurs gains et les encouragez-vous à le faire ? Quelle est votre responsabilité par rapport à cela ?

La consommation collaborative, dont Youpijob est un exemple émergent, n’est pas vecteur d’économie sous-terraine, bien au contraire.

Les personnes inscrites sur Youpijob n’ont pas de statut ; ce sont des particuliers. En France, un particulier est libre de rendre des services occasionnels contre une rémunération monétaire. Grâce à Youpijob, les posteurs peuvent, avant de sélectionner le candidat final à qui ils confieront le job, consulter leur profil, leurs compétences, leur savoir-faire, leurs expériences.

Bien entendu, jobeurs et posteurs doivent déclarer aux organismes publics et notamment l’URSSAF et aux Impots. C’est normal. Les services entre particuliers sont un marché créateur d’emplois, en plein développement qui se doit de participer à l’économie française.

En tant qu’entrepreneur, nous avons une responsabilité morale, et le site encourage cette déclaration. Sur notre page d’accueil, un onglet réservé à la rémunération indique clairement que tous les revenus acquis via Youpijob doivent être déclarés.

Quel type d’innovations fiscales envisagez-vous pour permettre de déclarer plus facilement ces micro-revenus ?

Nous travaillons actuellement sur différents projets pour lutter, en tant que précurseur, à cette idée reçue : services entre particuliers = travail au noir.

Pour développer ce marché et répondre chaque jour aux attentes de français nous nous devons d’être moteur sur ce sujet. Nous échangeons actuellement avec un prestataire pour l’intégration d’une technique qui permettra de faire les déclarations nécessaires de façon simple et automatique.

La tendance sociétale (crise économique, etc.) pousse les acteurs de la consommation dite collaborative à normer le marché naissant, à le structurer pour un développement pérenne. En tant que créateur du jobbing en France, nous souhaitons être partie prenante des échanges, discussions et réflexions de demain pour accompagner la structuration de ce marché, qui se doit d’être très normé.

Voir aussi l’interview des co-fondateurs de FrizBiz

A propos de Antonin Léonard


Tombé dans la marmite du collaboratif tout petit, je lance ce blog en 2010 avec de fonder OuiShare avec quelques amis...

Commentaires clos.